Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2017 DASCO 146 - Caisse des écoles (13e). - Convention pluriannuelle d'objectifs et de financement 2018-2020 pour la restauration scolaire, périscolaire et extrascolaire.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2017


 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DASCO 146. Il s'agit de la caisse des écoles du 13e arrondissement avec une convention pluriannuelle d'objectifs et de financement 2018-2020 pour la restauration scolaire, périscolaire et extrascolaire.

La parole est à M. Jean-Noël AQUA, pour le groupe Communiste.

M. Jean-Nöel AQUA. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, nous avions approuvé la démarche visant à changer de système de gestion des caisses des écoles, nous l'avons déjà exprimé ici, et nous voudrions même aller plus loin en instaurant une régie publique.

Nous partageons, en effet, le constat que divers dysfonctionnements existent dans les différents modes de gestion, les divergences et dérives dans le statut des salariés, des salariés qui s'occupent de nos enfants, dans les sources d'approvisionnement, dans la qualité des repas servis, tout ceci constitue des points très préoccupants, tant pour nous à la Ville que pour les parents. C'est pourquoi nous étions satisfaits de l'adoption d'une règle et d'une instance commune au niveau parisien. Harmoniser les modes de gestion participe en effet de l'égalité, égalité devant le service public, qui est non seulement un principe de base de notre République, mais aussi en l'espèce une mesure de justice sociale. La plus grande implication que la Ville aura dans la gestion des caisses des écoles va ainsi contribuer à améliorer la qualité de l'alimentation de nos petits à harmoniser les conditions de travail et à mieux gérer la ressource. Tout cela va dans le bon sens et donc, nous le savions. Permettez-moi d'ailleurs de parler de la question des goûters. A l'initiative, il y a déjà quelques années de cela, des élus communistes, le goûter est désormais servi à tous les enfants du 13e arrondissement qui veulent s'y inscrire dans un temps commun de restauration autour de 15 heures et 16 heures. Les goûters peuvent en effet être sources de frustration entre les enfants, par exemple entre les familles aisées ou pauvres. Ils peuvent être aussi bien souvent un moment de "malbouffe" si vous me pardonnez l'expression, car un "bon goûter" pour un enfant ne l'est pas nécessairement pour son équilibre nutritionnel et sa santé. La proposition partait ainsi de bonnes intentions et l'expérience a été couronnée de succès, avec de nombreux petits qui s'y inscrivent et une bonne gestion de ce moment. Nous proposons donc aujourd'hui, sur ces bases, de faire tâche d'huile et que cette expérience concluante du 13e soit étendue à tout Paris, participant ainsi tant de la réduction des inégalités que de la promotion d'une alimentation saine est équilibrée. Vous l'aurez compris, nous sommes favorables à tous les projets d'harmonisation des pratiques et des conditions de travail, de partage des bonnes expériences et de réflexion poussée quant à l'équilibre alimentaire des enfants et dans le respect de l'environnement. Nous espérons que nous franchirons progressivement, comme nous le faisons actuellement, les étapes vers une plus grande intégration à l'échelle parisienne. Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - La parole est à M. Patrick BLOCHE.

M. Patrick BLOCHE, adjoint. - Merci.

Je vais répondre à chaque intervenant, surtout que M. AQUA n'est pas intervenu directement sur la convention en tant que telle, c'est un prétexte, mais un bon prétexte, parce que je vous retrouve dans beaucoup des propos, des positions que vous avez souhaité prendre.

Vous avez évoqué le projet qui fut porté un moment, de ce que vous appelez une régie publique que l'on pourrait appeler établissement public de la restauration scolaire à Paris, et dont l'harmonisation des tarifs en avait été quelque part les prémices.

Mais à l'impossible nul n'est tenu, et comme vous le savez, il reste aujourd'hui 20 caisses des écoles, qui ont une délégation de service public, et évidemment sont autonomes dans leur gestion.

De ce fait, c'est à l'arrivée d'ailleurs 36 projets de délibération visant 36 conventions.

Pourquoi 36 conventions ? Parce qu'il y a 20 conventions qui concernent les caisses des écoles assurant la restauration scolaire dans les écoles, et 16 conventions concernant les caisses des écoles qui assurent la restauration des collèges. Vous avez fait référence à une excellente initiative prise par le 13e arrondissement, à savoir : offrir à chaque élève scolarisé dans cet arrondissement un goûter. C'est une très bonne initiative, qui fait l'objet d'ailleurs d'un début d'imitation dans d'autres arrondissements, et cette démarche très exemplaire interpelle beaucoup l'adjoint que je suis. Je souhaiterais, effectivement, que l'on puisse s'inscrire dans une démarche où chaque élève scolarisé à Paris, quel que soit son arrondissement, pour rejoindre votre état d'esprit, puisse avoir droit à son goûter.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASCO 146.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2017, DASCO 146).