Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à l'hébergement des soldats de l'opération Sentinelle. Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif au Val-de-Grâce. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2017


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant les v?ux référencés nos 106, 107 et 107 bis relatifs à l'hébergement des soldats de l'opération "Sentinelle" et au Val-de-Grâce. Il y a manifestement un petit problème de titre.

La parole est d'abord à Déborah PAWLIK, pour deux minutes maximum, à Danielle SIMONNET ensuite et Ian BROSSAT vous répondra.

Mme Déborah PAWLIK. - Merci, Madame la Maire.

Madame la Maire, chers collègues, depuis 2015 les militaires de l'opération "Sentinelle" parcourent Paris pour assurer notre sécurité. Ces femmes et ces hommes que nous croisons tous les jours font désormais pleinement partie de notre quotidien.

Leur tâche est loin d'être facile puisque les rondes sont longues, fatigantes et que le matériel qu'ils portent est particulièrement lourd. Leur mission est particulièrement dangereuse, les militaires de "Sentinelle" étant aujourd?hui les cibles d?attaques violentes et meurtrières. On n'en compte pas moins de 6 depuis le début de l'opération. En réponse à leur investissement sans faille, comment l?Exécutif parisien remercie nos militaires ? En les éloignant de Paris, puisqu'ils sont logés à Satory, à Saint-Germain-en-Laye ou encore à Nogent-sur-Marne pour ne citer que ces sites. Un hébergement qui implique donc des trajets longs, qui accroît évidemment leur fatigue et réduit d'autant leur temps de présence effective sur la voie publique.

Madame la Maire, le sujet de l'hébergement des soldats de l?opération "Sentinelle" à Paris n'est pas nouveau ; nous en parlons régulièrement dans cet hémicycle. Malheureusement, rien n'avance et les casernes militaires continuent à être détournées de leur objectif premier, à savoir l'hébergement de nos soldats.

Une fois encore, nous demandons que de nouveaux sites soient mis à la disposition des soldats de l'opération "Sentinelle" à l'intérieur de Paris. A cet effet, l'îlot Saint-Germain, libéré depuis peu par les services du Ministre de la Défense, pourrait par exemple être une solution appropriée. Nous attendons en tout cas et enfin un engagement fort de votre part sur ce sujet.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci, Madame PAWLIK.

La parole est donc à Mme Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Mes chers collègues, mon v?u concerne le Val-de-Grâce, qui est fermé depuis 2016. Il est convoité en ce moment par deux Ministères et deux promoteurs privés. Plusieurs projets concernant l'établissement, attendent, d'ailleurs, un arbitrage du Président de la République. Donc, il me semble important que notre Assemblée émette ses propres v?ux sur ce que nous souhaitons voir accueilli dans ce bâtiment extrêmement important, sachant qu?on a carrément des projets vraiment privés, mais enfin, qui renvoient aussi à la petite musique qu'on a entendue dans cet hémicycle concernant un tiers de l'hôpital Hôtel-Dieu, puisqu?il y a, parmi ces projets, la "Station F de la santé et des biotechs", un projet de promotion privée, comme si la santé était une marchandise, ce qui me choque pas mal, même énormément.

Je voudrais, à travers ce v?u, d?abord, saluer les déclarations de M. Ian BROSSAT, qui avait proposé dans le "JDD", me semble-t-il, l'ouverture immédiate de l'ancien hôpital du Val-de-Grâce pour accueillir des personnes sans abri. Et je propose, à travers ce v?u, que ce ne soient pas simplement ponctuel, mais puisqu'il y a des difficultés pour trouver des lieux pérennes pour l?hébergement d?urgence, il me semble que ce serait très pertinent que l'ancien hôpital du Val-de-Grâce soit transformé en centre d'hébergement pérenne pour personnes sans abri et non pas qu'il devienne un lieu pour des entreprises privées lucratives sur la Capitale.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

Rappel au règlement.