Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2017 DASES 401 G - Subvention (3.000 euros) à l'association "Les fourmis vertes" (93 Montreuil).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2017


 

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DASES 401 G relatif à l'attribution d'une subvention à l'association "Les fourmis vertes".

La parole est à Mme Fatoumata KONÉ, pour le groupe Ecologiste de Paris.

Mme Fatoumata KONÉ. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, la deuxième édition de la semaine parisienne de la santé environnementale vient de s'achever. Cette année, celle-ci s'est tenue autour de thématiques en lien avec notre cadre de vie et notre santé tels que l'air, l'habitat, le développement durable, l'urbanisme, l'alimentation, la biodiversité ou encore l'activité physique.

L'occasion de rappeler que la première édition avait été lancée l'an dernier dans la dynamique du vote au Conseil de Paris du Plan Paris Santé Environnement.

Je me réjouis donc de la poursuite du Plan parisien de santé environnementale qui porte une vision globale sur ces enjeux, à la fois dans la recherche d?une expertise et dans la diffusion de l?information auprès de tous les publics. La politique de prévention en matière de santé environnementale est désormais bien lancée et il s?agit maintenant de poursuivre le maillage des actions.

La convention entre le service parisien de santé environnementale et l?"Association pour la prévention de la pollution atmosphérique", projet de délibération également présenté à ce Conseil, en est un exemple concret et pertinent.

Ce travail est particulièrement utile à l?identification des ménages plus exposés aux risques liés à la pollution de l?air dans leur logement qui n?est, rappelons-le, pas toujours due à l?air extérieur mais peut également provenir de l?environnement proche et quotidien, tels que de produits d?entretien ménager de mauvaise qualité, de murs en mauvais état ou encore de mobiliers constitués de matériaux pouvant être toxiques. A ce titre, la multiplication des audits des conseillers médicaux en santé intérieure semble indispensable. De ce fait, félicitons-nous du développement des réseaux de ces professionnels.

Les liens entre les problèmes de santé et l?habitat peuvent mettre du temps à être diagnostiqués, alors que ce sont souvent les populations les plus fragiles qui en souffrent. L?objectif de co-construction d?une culture de la santé environnementale à Paris ne doit pas faire l?impasse sur les quartiers populaires où les populations sont particulièrement exposées aux pollutions intérieures.

L?utilisation de produits d?entretien dangereux pour la santé et l?environnement, la gestion des déchets et la qualité de l?alimentation sont des problématiques d?autant plus importantes qu?elles peuvent sembler être secondaires, voire anodines, lorsque les fins de mois sont déjà difficiles.

C?est contre ces multiples facteurs d?exposition aux risques de santé environnementale que nous devons proposer des politiques adaptées au plus près des besoins des habitants.

L?association "Les fourmis vertes" intervient ainsi directement auprès des habitants dans le quartier politique de la ville du 20e arrondissement, afin de les sensibiliser à l?environnement, l?éco-citoyenneté et au développement durable.

De plus, ces ateliers de sensibilisation sur les éco-gestes dans l?habitat utilisent des méthodes d?éducation populaire qui permettent une meilleure appropriation de ces questions par les participants. Les populations les plus vulnérables ont autant besoin que les autres de vivre dans un environnement sain. Au nom de l?égalité pour toutes et pour tous, nous devons donner davantage de moyens à la lutte contre la pollution intérieure de l?air.

Merci.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, Fatoumata KONÉ.

Merci d?avoir tenu votre temps de parole.

Pour vous répondre, je donne la parole à Mme Anne SOUYRIS.

Mme Anne SOUYRIS, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire, merci, chère collègue.

Effectivement, à l?occasion de la deuxième édition de la Semaine parisienne de santé environnementale portée par la Ville de Paris, nous avons, comme vous l?avez rappelé, monté avec l?association "Les fourmis vertes" dans le 20e arrondissement un atelier de sensibilisation auprès d?habitants de tous âges sur les éco-gestes dans l?habitat qui permettent de faire des économies tout en préservant l?environnement et la santé de toute la famille.

Cette association propose des actions qui visent à sensibiliser les habitants aux enjeux de santé environnementale et de montrer qu?il est possible d?induire des changements durables vers un mode de vie plus sain, mais aussi plus économique grâce à des gestes simples et faciles à appliquer au quotidien.

Ces interventions, qui ont lieu dans le bas de Belleville, sont d?autant plus importantes dans les quartiers "politique de la ville" où résident les populations les plus exposées aux risques en matière de santé environnementale. Soutenir la capacité de participation et d?expression de populations les plus soumises à la défaveur sociale est un objectif essentiel du Plan parisien de santé environnementale.

En matière de lutte contre les inégalités de santé environnementale, les deux actions étroitement liées de ce plan, fiches actions 3 et 4, montent justement en puissance pour fournir à la Ville, à ses partenaires et au public, deux outils importants : d?une part, une cartographie des zones de fragilité en santé environnementale permettant de prioriser l?action publique parisienne ; d?autre part, un tableau de bord de la santé des Parisiens dont l?ambition sera de juger des effets des politiques de santé mises en place par la Ville.

Pour accompagner un processus de mobilisation des citoyens et citoyennes, et des acteurs associatifs en matière de santé environnementale, nous souhaitons privilégier et renforcer notre partenariat avec les associations comme "Les fourmis vertes".

Oui, notre axe essentiel doit être de renforcer le caractère participatif éco-constructif de la démarche du Plan parisien de santé environnementale. Ainsi, pour aller toujours plus loin dans cette perspective, nous envisageons de créer un label "Paris Santé Environnement" qui récompenserait des actions concrètes, visant à atteindre les objectifs du P.P.S.E. portés par les associations. Une présentation de ces actions serait ainsi réalisée chaque année dans le cadre de la Semaine de santé environnementale.

Je vous remercie.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci beaucoup, Anne SOUYRIS.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 401 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2017, DASES 401 G).

2017 DASES 436