Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2017 DPSP 16 - Subventions (79.280 euros) et conventions avec 10 structures dans le cadre de la prévention de la récidive.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2017


 

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet DPSP 16 : subventions et convention avec 10 structures dans le cadre de la prévention de la récidive.

La parole est à Joëlle MOREL pour le groupe GEP.

Mme Joëlle MOREL. - Merci, Madame la Maire.

Par ce projet de délibération, nous sommes appelés à voter une subvention de 79.000 euros à dix structures dans le cadre de la prévention de la récidive. Je veux affirmer, au nom du groupe Ecologiste, combien ce projet de délibération est important pour accompagner tout particulièrement les jeunes en déshérence.

Le groupe Ecologiste se réjouit de ces actions qui visent à prévenir la récidive des Parisiens, en particulier celles des jeunes de 13 à 25 ans ayant commis une infraction.

L'ensemble de ces actions expérimentales répondent à deux objectifs :

- l'élargissement du périmètre du public visé par des actions en faveur de la prévention de la récidive,

- l'encouragement et les actions pour prémunir les jeunes de toute forme d'embrigadement, en renforçant les capacités de défense intellectuelle.

L'éducation à l'image et aux médias sont particulièrement intéressantes.

Ainsi, "Cyclofficine" accompagnera douze jeunes, condamnés suite à des dégradations de Vélib', à réparer des vélos.

"La mécanique de l'instant" mettra en place des ateliers collectifs citoyens dans le cadre des projets d'intérêt général.

Une trentaine de jeunes du 18e arrondissement et du 19e arrondissement participeront avec l'association "Entr'Aide" à des ateliers d'éducation à l'image sur le thème de la radicalisation.

Une cinquantaine de jeunes seront accompagnés par "les Petits Débrouillards" pour développer leur sens critique par rapport au web et aux nouvelles technologies.

A ces actions s'ajoute celle pour lutter contre les conflits d'usage dans l'espace public. Mais dans le 11e arrondissement, nous sommes tout particulièrement concernés dans un quartier, dans et autour du square de la Roquette. Depuis plusieurs mois, les riverains m'ont interpellée. Nous nous sommes mobilisés, accompagnés en particulier par Stéphane MARTINET, adjoint à la sécurité, et Delphine TERLIZZI, adjointe à la jeunesse, pour entendre et répondre aux sollicitations des riverains et des associations d?éducateurs de rue.

Ces subventions, l?une de 9.000 euros pour l?association "Paris Est Mouv" et l?autre de 10.000 euros pour "ABC Insertion" et "La Maison des journalistes", permettront, je l?espère, d?intervenir de manière constructive auprès des jeunes en menant des ateliers de prévention et ainsi permettre de soulager ce quartier, qui souffre d?actes d?incivilités et de violences urbaines depuis trop longtemps.

Je vous remercie.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, je donne la parole à Colombe BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci beaucoup, Madame MOREL. D?abord, merci d?avoir salué ce projet de délibération. Il est classique. Vous connaissez notre engagement en matière de prévention de la délinquance et de prévention de la récidive. En effet, nous affirmons, année après année, notre souhait de pouvoir être présents et d?accompagner des associations dans le cadre de ces sujets.

Permettez-moi juste de rajouter aux projets que vous avez énoncés un nouveau projet. Je suis très contente qu?on puisse s?engager dans cette voie avec l?Association française des victimes du terrorisme, qui monte un projet de prévention de la radicalisation. C?est un projet qu?ils ont construit avec le S.P.I.P. de Paris et dans lequel ils travaillent - ils l?ont déjà fait ailleurs - à permettre la rencontre entre une victime d?attentat et des personnes qui sont sous main de justice en milieu ouvert, tout ceci dans le cadre de la justice réparatrice d?un processus de résilience. Je suis très contente qu?on puisse accompagner l?A.F.V.T. sur ce projet qu?ils nous ont proposé. On en fera évidemment le bilan, comme toutes les actions sur lesquelles nous travaillons. Nous savons aussi que nous sommes sur des sujets sur lesquels il faut regarder comment les choses évoluent.

Permettez-moi de dire un mot - vous m?y invitez, merci, Monsieur PENINOU, pour votre accord - sur la situation du 11e arrondissement, qui est en effet une situation sur laquelle tout le monde travaille : bien entendu, les élus du 11e - et c?est un sujet sur lequel nous sommes régulièrement avec François VAUGLIN -, mais également les services de la Préfecture de police, et aussi le Club de prévention spécialisé, vous en avez parlé, mais également les agents de la Ville de Paris. Je pense évidemment aux agents du square lui-même, mais aussi aux inspecteurs de sécurité de la Ville de Paris, qui y sont très présents en ce moment.

Oui, il y a une situation qui s?est détériorée, et c?est la raison pour laquelle nous avons souhaité, avec François VAUGLIN, travailler en concertation avec les associations locales et le Club de prévention spécialisé "Olga Spitzer", afin que notamment, au-delà des autres aspects qui ont été soit gérés par la police et la justice, soit sur des aspects plus structurels? Je pense notamment au travail que nous sommes en train de mettre en ?uvre sur l?audit de sécurité du square de la Roquette. Nous avons donc souhaité pouvoir mettre en place un programme d?activités à destination des jeunes au sein du square, permettant une occupation positive de cet espace et de lutter contre les conflits d?usage. Ce travail se fait en parallèle d?un échange et d?un travail en commun avec le commissariat, le Parquet et les services de la Ville. Je viens d?y faire allusion.

On vous propose donc, dans le cadre de ce projet de délibération, de soutenir l?intervention de deux associations : "ABC Insertion" et "La Maison des journalistes", spécialisées dans l?éducation à l?image, à la critique et aux médias, dans le cadre de projets qui sont portés par les Clubs de prévention "Olga Spitzer" et "Jeunesse Feu vert". C?est vraiment un travail en partenariat qui nous permettra, qui leur permettra, de travailler également sur les relations police-population. C?est un sujet majeur. C?est un sujet sur lequel nous devrons collectivement avancer.

Et puis, parallèlement, "Paris Est Mouv", qui est une association que vous connaissez bien dans le 11e arrondissement, a mis en place des ateliers hebdomadaires de graffitis et de danses en extérieur, qui ont commencé la semaine dernière et qui s?étaleront jusqu?en juin 2018.

On essaye donc de travailler en cohérence avec l?ensemble des acteurs, avec un programme qui ne soit pas uniquement là, tout de suite, maintenant, mais qui nous permette de travailler sur le moyen terme : "Un été à la Roquette", que vous connaissez bien aussi, qui est porté par le Club de prévention, la M.J.C. Mercoeur et les associations du quartier et soutenu par la mairie du 11e.

On va tous se voir au début de l?année 2018, maintenant qu?on a mis en place ces projets et qu?ils vont pouvoir démarrer, pour voir comment est-ce que nous avançons globalement, avec l?ensemble des acteurs, sur la question du square de la Roquette et de ses abords. Je ne doute pas qu?en associant tous les acteurs dans le partenariat, dans la construction collective, nous arrivions à retrouver une situation plus apaisée. En tout cas, c?est ce à quoi nous travaillons et c?est aussi pour cela que ces projets étaient présents dans ce projet de délibération. Merci en tout cas de les avoir signalés.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DPSP 16.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2017, DPSP 16).