Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe PPCI relatif à l’attribution de créneaux aux différents groupes politiques lors de la conférence de presse pré-Conseil de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2017


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Nous examinons le v?u n° 182 relatif à l'attribution de créneaux aux différents groupes politiques lors de la conférence de presse pré-Conseil de Paris.

La parole est à Mme HAREL pour deux minutes maximum.

Mme Marie-Laure HAREL. - Je vous remercie.

Le v?u que je présente est un v?u qui me semble très important en termes d'équité entre les groupes dans le cadre du Conseil de Paris. Il y a une conférence de presse qui se tient chaque jeudi précédent le Conseil, entre 9 heures et 13 heures. Cette conférence de presse est organisée ici par les services de la Ville, dans les locaux de la Ville. Elle a normalement pour but de permettre à tous les groupes, je dis bien à tous les groupes, d'échanger avec les médias parisiens en amont des séances, pour expliquer les positions qu'ils auront sur telle ou telle délibération et les projets qu'ils entendent présenter.

Il n'aura échappé à personne que la composition des groupes politiques a quelque peu évolué à Paris ces derniers mois. De nouveaux groupes sont nés, mon groupe PPCI, et Démocrates et Progressistes. Cela représente tout de même 15 conseillers de Paris.

Or, malgré les demandes répétées de mon groupe PPCI depuis le mois de juillet, cela fait donc cinq mois, pour participer à cette conférence de presse, les services de la Ville nous rétorquent que tous les créneaux sont pris et qu'il n'y a pas de solution à nous proposer. C'est une injustice de fait.

Le temps dévolu à la conférence de presse n'est pas extensible. 9 heures - 13 heures, c'est le maximum de temps que peuvent nous consacrer les journalistes qui ont aussi besoin de suivre l'actualité, de rédiger et de monter leur sujet.

Je formule donc une demande très simple. C'est que la Ville procède, comme cela aurait dû être fait automatiquement dès l'arrivée des nouveaux groupes, à la redistribution des plages d'échange avec les journalistes lors de la conférence de presse, entre 9 heures et 13 heures. J'aimerais que l'ensemble des groupes puisse se voir attribuer un créneau proportionnel à leur taille. Il en va de notre droit d'expression, mais aussi d'une utilisation juste des moyens de la Ville.

Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup, Madame HAREL.

Pour vous répondre, Bruno JULLIARD. J'ai été saisi de deux explications de vote, Thomas LAURET et Nicolas BONNET-OULALDJ.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Merci beaucoup, Madame la Maire. Merci, Marie-Laure HAREL pour cette interpellation qui intéresse l'ensemble des groupes du Conseil de Paris.

Tout d'abord, votre v?u est l'occasion de rappeler que, bien évidemment, nous accueillons avec bienveillance les nouveaux groupes nés ces derniers mois, comme en témoigne d'ailleurs un certain consensus sur les temps de parole accordés à chaque groupe, dans le cadre des différents débats organisés que nous avons déjà eu à connaître.

Il en va bien sûr de même pour l'expression publique des groupes auprès de la presse. Je ne voudrais d'ailleurs pas laisser croire, contrairement à ce que pourrait laisser penser votre v?u et un peu votre intervention, que nous essayons de museler qui que ce soit. Il est exact que l'attribution de créneaux aux nouveaux groupes pour leur conférence de presse pré-Conseil pose de réelles difficultés d'organisation car vous n'êtes pas sans savoir qu'une tierce partie est ici concernée, à savoir les journalistes. Vous conviendrez qu'une conférence de presse sans journaliste pourrait être un peu triste. J'ai d'ailleurs l'occasion de féliciter pour leur travail l'ensemble des journalistes qui nous suivent chaque jour et chaque heure du Conseil de Paris, notamment dans la salle de presse et qui sont présents le jeudi matin. Dès la séance de novembre, premier Conseil après la création de votre groupe, le service de presse de la Ville de Paris, qui coordonne ces conférences de presse pré-Conseil, a proposé à votre groupe un créneau, le jeudi après-midi. Pour le Conseil de décembre, deux créneaux supplémentaires vous ont été proposés 8 heures 30 et 14 heures 30. Je comprends complètement que cela ne vous convienne pas et que vous nous fassiez part de votre insatisfaction face à ces trois offres. Laissez-moi terminer, Madame HAREL, puisque je vais dans votre sens. Je vous ai écouté. Nous avons demandé au service de presse de mener une concertation avec les journalistes, qui a déjà commencé et qui couvre le conseil de presse pour trouver une solution viable. Le service de presse sera en mesure de nous proposer, d'ici à la fin de cette semaine, une nouvelle répartition afin d'assurer aux huit groupes, ainsi qu?à Danielle SIMONNET, indépendante, un créneau d'échange et de présentation des délibérations et des décisions phares du Conseil à venir. Je conclus. Pour que cela tienne en une seule demi-journée, il faudra que tout le monde fasse des efforts et diminue la durée de sa conférence de presse. Je rappelle que le groupe Socialiste, le plus gros groupe du Conseil de Paris, n'a pas de conférence de presse, et que l'Exécutif a actuellement une heure de conférence de presse. Je propose moi-même que, pour l'Exécutif, nous limitions à 45 minutes. Je compte sur la bienveillance des autres groupes du Conseil de Paris pour que nous arrivions à faire tenir dans une demi-journée l'ensemble des groupes pour que tous puissent avoir accès à la presse, le jeudi matin. Avis favorable.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup. Comme nous sommes tous en mesure de présenter et répondre à des v?ux en moins de deux minutes, nous allons évidemment y arriver.

J'ai été saisie de trois explications de vote : M. LAURET, M. BONNET-OULALDJ et Mme GOLDGRAB.

M. Thomas LAURET. - Nous nous associons pleinement au v?u du groupe Constructif. En tant que progressistes de gauche et de droite, et démocrates, nous souhaitons que les bonnes intentions de l'Exécutif puissent être réalisables dans les meilleurs délais. Il n'a pas été si facile que cela, depuis la création de notre groupe comme celui du groupe de Marie-Laure HAREL, d'arriver à trouver une entente sur ce sujet. J'espère que l'ensemble des groupes sauront faire la petite place nécessaire pour que chacun puisse s'exprimer démocratiquement, sans freiner ce genre d'exercice. Merci.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

M. BONNET-OULALDJ.

M. Nicolas BONNET-OULALDJ. - Madame la Maire, mes chers collègues, évidemment, nous sommes favorables au v?u de Mme HAREL, mais je voudrais rappeler l?histoire : quand je suis arrivé ici président de groupe en 2014, il n?y avait pas de conférence de presse organisée par le bureau de presse pour les groupes. C?est à la demande du groupe Communiste, puisque les journalistes passaient d?un bureau à l?autre, sans que les choses soient organisées, et qui passaient un coup dans le bureau du groupe Communiste, qui allaient après chez les Verts, qui allaient après? et qui se calaient par rapport à la conférence de presse de l?Exécutif. Et à la demande du groupe Communiste, avec le groupe "Verts", nous avons dit : "peut-être que ce serait bien de nous donner une salle et d?organiser les choses".

Je rappelle ça pourquoi ? Parce qu?il ne faudrait pas que de nouvelles règles bousculent quelque chose qui a été mis d?un commun accord, à la demande des présidents de groupe, au point de départ. Je rappelle que c?est à la demande des groupes, parce qu?il y a un autre sujet. C?est-à-dire que si on multiplie le nombre de personnes qui veulent s?exprimer à la presse en si peu de temps, tous les non-inscrits, tous les élus qui voudront construire un nouveau groupe demanderont aussi cette expression. Et comme l?a bien dit Bruno JULLIARD, cela ne passe pas en une demi-journée.

Je voudrais qu?on l?évoque peut-être en Conférence des présidents, puisqu?on a une Conférence des présidents de groupe, et que l?on se dote de règles précises, et que ces règles soient aussi respectées par ceux qui interviennent devant la presse, notamment dans le respect des heures, du temps qui est compris. Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci. La parole est à Mme GOLDGRAB.

Mme Laurence GOLDGRAB. - Moi aussi, je suis favorable à ce v?u. Bien sûr, nous allons tous faire des efforts, mais je m?étonne quand même qu?un v?u soit présenté sur ce thème, parce que c?est une question d?organisation, et je pense que nous aurions très bien pu résoudre cette difficulté, s?il y en a, sans un v?u. Voilà, je m?étonne, mais je voterai.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci, Madame GOLDGRAB.

Monsieur BELLIARD.

M. David BELLIARD. - Dans la même veine que ce que viennent de dire mes collègues, bien entendu, on est favorable à ce v?u. On a d?ailleurs déjà montré notre capacité d?organisation, puisque Danielle SIMONNET a un créneau aussi pour s?exprimer devant la presse en tant qu?indépendante, et je trouve cela normal, que toutes les sensibilités présentes au Conseil de Paris puissent s?exprimer. Et j?aurais la même interrogation, c?est-à-dire qu?on est là dans une question d?organisation interne du Conseil de Paris. Nous aurions pu, je crois, nous en expliquer dans une Conférence des présidents et trouver des modalités et, d?une certaine manière, faire des "gentlemen?s agreements".

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Je vais néanmoins mettre aux voix le v?u? Oui, en écriture inclusive, c?est beaucoup plus compliqué, "gentleman?s agreement".

Je mets donc aux voix, à main levée, ce v?u avec un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est adopté. (2017, V. 393). Merci.