Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif à l’indemnisation des kiosquiers. Vœu déposé par l'Exécutif relatif au renouvellement des kiosques de presse parisiens.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2017


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous passons maintenant au v?u n° 172 relatif à l'indemnisation des kiosquiers et au v?u n° 227 qui peut être considéré comme un v?u bis, présenté par l'Exécutif et qui lui répond.

Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Mes chers collègues, nous avons eu beaucoup d'échanges au sujet des kiosques, et finalement jamais assez au sujet des kiosquiers. J'étais déjà intervenue à l'époque du changement de statut quand on était passé d'une D.S.P. concession à un marché unique, pour vous alerter sur la situation d'une très grande précarité des kiosquiers, qui sont des travailleurs indépendants et qui ont une telle amplitude horaire, puisqu'ils travaillent six jours sur sept, à raison de 10 à 12 heures par jour. Certains sont à des niveaux de rémunération de 3 ou 5 euros de l'heure puisqu'ils se font une rémunération sur une toute petite marge sur la presse papier et puis ensuite sur le hors presse, ce qui généralement ne va pas loin.

Or beaucoup, pour certains d'entre vous, vous êtes intervenus à plus d'une reprise. Je pense notamment aux Républicains sur la question du "look" des nouveaux kiosques. Oui, ces kiosques vont changer, il y a eu des débats sur ce sujet à la fois sur les qualités environnementales des futurs kiosques, la forme, le style, mais sauf que le problème, c'est qu'il faut environ trois semaines pour changer les kiosques. On ne change pas un kiosque comme cela, du jour au lendemain. Et il n'y a pas eu, à cette heure, une seule réunion de négociation avec les syndicats des kiosquiers pour voir comment ils seraient indemnisés pendant le changement de ces kiosques.

Même "Mediakiosk" a pu répondre à certains "vous n'avez qu'à prendre vos congés pendant ce temps-là". Eh bien, non, ce sont des travailleurs indépendants, mais ils ont droit au respect comme tout le monde. Si on les empêche de travailler, il faut qu'ils soient indemnisés. D'où mon v?u où je pose la question : si c'est trois semaines, au moins 2.000 euros. Sachez que cela ne correspond pas à 2.000 euros de salaire net puisqu'ils sont indépendants et que c'est à eux de payer l'ensemble de leurs cotisations et assurances.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Madame SIMONNET, je vous remercie.

Olivia POLSKI pour vous répondre. Nous avons ensuite une explication de vote du groupe Ecologiste de Paris.

Mme Olivia POLSKI, adjointe. - Madame la Conseillère, mes chers collègues, vous le savez effectivement, le métier de kiosquier est difficile. Il faut arriver tôt le matin, travailler dans un espace restreint, avec une gestion complexe des invendus en fin de journée, dans des conditions climatiques difficiles. Donc récemment, la Maire de Paris a fait le choix politique fort d'apporter son soutien en faveur de la vente de la presse écrite et des kiosquiers dans un contexte économique pourtant difficile pour la presse. Cela s'est traduit notamment par des investissements importants qui permettront le déploiement de 360 nouveaux kiosques à Paris, à partir du premier trimestre 2018.

Ce renouvellement va effectivement avoir comme conséquence un temps de dépose, de pose et de raccordement des kiosques allant de deux à trois semaines, pendant lequel le kiosquier ne pourra pas exercer son activité.

La Ville de Paris travaille à ce que cette période pénalise le moins possible les kiosquiers et j'ai mesuré l'inquiétude qui est la leur; notamment quant à la période d'incertitude que va générer ce délai nécessaire à la pose des nouveaux kiosques.

Je partage totalement votre souci des délais d'installation des nouveaux kiosques et des craintes des kiosquiers durant cette phase de transition déterminante pour l'ensemble de la profession et j'ai donc demandé, depuis le mois d'octobre, puisqu'il y avait eu notamment un mouvement dans lequel j'avais entendu cette détresse, à la Direction de l'Attractivité et de l'Emploi de travailler pour apporter une réponse à cette préoccupation légitime des kiosquiers.

Nous travaillons aussi d'ailleurs avec les acteurs concernés que sont "Mediakiosk" et "Enedis" pour réduire au maximum le temps de fermeture des kiosques et mettre en place, quand ce sera possible, des dispositifs temporaires pour permettre aux kiosquiers de continuer à vendre de la presse. Concernant votre demande particulière d'aider à hauteur de 2.000 euros chaque kiosquier impacté, nous, nous avons travaillé à une autre solution qui consiste à mettre en place un système d'indemnisation qui tient compte, donc plus juste, du nombre de jours effectifs de fermeture du kiosque. De cette façon, nous pourrons garantir à chaque kiosquier impacté une compensation plus juste du manque à gagner pendant la période des travaux. En effet, la durée de fermeture peut varier de huit jours à trois semaines parce qu'il s'agit d'un travail de dentelle à faire. Il nous faut mettre en place un système d'aide qui réponde au cas par cas. Au regard de ces éléments, je vous propose de retirer votre v?u ou j'appellerai à voter contre. Merci.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Vous maintenez votre v?u, je suppose, Madame SIMONNET ?

Mme Danielle SIMONNET. - Eh bien, non, détrompez-vous, je retire mon v?u parce que je trouve très positif que l'Exécutif propose cette négociation avec les kiosquiers et j'espère que l'indemnisation journalière nous permettra d'avoir un revenu décent par journée chômée.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Du coup, il n'y a pas d'explication de vote, Monsieur BELLIARD, puisque le v?u est retiré.

Mme Danielle SIMONNET. - Une phrase?

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Quand le v?u est retiré, il n'y a du coup pas d'explications de vote.

Mme Danielle SIMONNET. - Je n'avais pas terminé ma phrase.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Terminez votre phrase, Madame SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Je voulais remercier le groupe Ecologiste de Paris parce que je sais qu'à la suite du dépôt de mon v?u, le groupe Ecologiste de Paris a aussi contribué au résultat de ce v?u de l'Exécutif qui permet de faire avancer le débat. Je tenais à le signaler.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Vous auriez pu le dire avant aussi. Explication de vote sur le v?u de l'Exécutif. Monsieur BELLIARD.

M. David BELLIARD. - Merci, Monsieur le Maire, mes chers collègues, pour cette explication de vote sur le v?u de l'Exécutif, d'ailleurs je voulais remercier moi aussi ma collègue Danielle SIMONNET d'avoir porté, devant cette Assemblée, ce sujet de nouveau. Je sais qu'elle y est très investie.

Rapidement, la situation des kiosquiers est préoccupante, cela a été rappelé, frappée par la transformation en profondeur du marché de la presse qui voit ses activités basculer massivement vers le numérique. Les modes de distribution traditionnels de la presse connaissent de graves difficultés, à telle enseigne que de nombreux kiosquiers sont de véritables travailleurs pauvres avec des rémunérations très faibles, pour bon nombre d'entre eux largement au-dessous du SMIC horaire, auquel s'ajoute souvent une absence de confort des kiosques qui est inacceptable.

Je rappelle que nous avions débattu longuement, au moment où le contrat avec "Mediakiosk" touchait à sa fin. C'est finalement la filiale de "JC Decaux" qui a été reconduite pour une nouvelle délégation de service public avec la promesse de nouveaux kiosques qui nous occupent aujourd'hui.

D'ailleurs, nos propositions visant la création d'une S.C.I.C. n'avait, à l'époque, pas reçu l'accord de notre majorité.

Donc nous sommes aujourd'hui plus convaincus que jamais que cette reconduction n'était pas la solution, mais l'urgence est d'être mobilisés pour que les kiosquiers, qui vont voir changer leur kiosque, n'accusent pas de perte de revenus pendant cette période de changement.

Pour cela, nous avons demandé, dans la foulée du v?u de Danielle SIMONNET que la période de transition soit la plus courte possible et que les kiosquiers soient indemnisés sans perte de rémunération, et cela dès le premier jour d'impossibilité d'exercer leur activité. Ces deux demandes sont donc dans le v?u de l'Exécutif que nous voterons.

Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. Je vous rappelle que mon rôle est de faire respecter les temps de parole. Explication de vote de M. de FROMENT.

M. Jean-Baptiste de FROMENT. - Merci beaucoup, Monsieur le Maire.

Le groupe LRI votera également le v?u de l'Exécutif. Mme SIMONNET a eu raison de pointer cette difficulté et il faut que les kiosquiers soient indemnisés pendant la période où leur kiosque sera remplacé et qu'ils n'auront pas de revenus.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 227 de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est adopté. (2017, V. 386).