Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par les groupes les Républicains et Indépendants et UDI-MODEM relatif à la sécurité de la placette Louis Loucheur.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2017


 

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Nous examinons le v?u n° 189 relatif à la sécurité de la placette Louis-Loucheur.

La parole est à Mme Alix BOUGERET, pour le groupe LRI.

Mme Alix BOUGERET. - Merci, Madame la Maire.

Alors, au risque, également, de passer pour une rétrograde et une archaïque, je vais également intervenir sur la vidéo-protection.

Ce v?u s'adresse à M. le Préfet et concerne un lieu du nord du 17e arrondissement. La placette Louis-Loucheur, dans le 17e, a été réaménagée intégralement en 2013. A l'époque, il s'agissait de répondre au regroupement de jeunes à cet endroit, ce n'était pas qu'une question esthétique, mais force est de constater avec le temps que c'est un échec et les doléances des riverains sont de plus en plus alarmantes.

Cette placette est devenue le lieu de regroupement de bandes et de trafics illicites. Il est donc important que les riverains puissent bénéficier d'une placette centrale - vous en conviendrez - de quartier dans un cadre apaisé et sécurisé. Ce v?u que nous proposons répond aux attentes des riverains et notamment du commissariat qui n'avait pas pu déplacer la caméra il y a quelques mois sur la placette Louis-Loucheur.

En accord avec le commissariat du 17e, les élus de la majorité d'arrondissement demandent que le Préfet de police inscrive comme priorité la pose de cette caméra de vidéo-protection place Louis-Loucheur dans le 17e. Je vous remercie.

(M. Mao PENINOU, adjoint, remplace Mme Pauline VÉRON au fauteuil de la présidence).

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - La parole est à Mme BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci beaucoup, Madame BOUGERET.

Il y avait deux façons de répondre à votre v?u. La plus simple pour moi aurait été de vous dire : "Vous vous adressez au Préfet de police pour lui demander d'installer une caméra. Après tout, c'est son problème et pas celui de la Ville et manifestement, vous avez - en tout cas c'est ce que vous venez de dire - un dialogue qui vous permet de dire 'en accord avec le commissariat du 17e, nous vous demandons'." Après tout, je vous aurais laissé dans un dialogue entre le commissaire du 17e, représentant du Préfet de police, et la mairie du 17e.

Je vais y apporter un avis défavorable, qui est un avis de méthode, et je veux vous expliquer pourquoi. Cette demande, soyez-en bien assurée, vient des bancs de la droite comme des bancs de la majorité municipale. Nous sommes quelques années après le vote du P.V.P.P. 2. Nous sommes en train d'en finir le déploiement et vous êtes bien placée dans le 17e pour savoir qu'il y a des zones d'aménagement qui n'ont pas été couvertes dans la première phase.

On voit émerger de nouvelles demandes auxquelles je vais vous répondre "non" dans mes fonctions. Vous n'aviez pas posé cette demande quand nous avions travaillé avec l'ensemble des élus d'arrondissement - c'était à l'époque Mme KUSTER - en dialogue avec les commissaires. J'aurai raison de vous le dire et vous aurez peut-être tout aussi raison de me dire "oui, mais depuis le monde a changé et c'est là qu?on en a besoin et plus nécessairement là où on les avait implantées auparavant". Tout ceci est possible, Madame BOUGERET. Ce n'est pas une question? Je vous fais confiance ainsi qu?à votre commissaire sur la réalité du 17e, mais vous voyez bien que l'on va avoir besoin de se caler en termes de méthode sur la façon dont on traite cela dans ce Conseil - c?est presque le plus anecdotique - et surtout comment on avance s'il y a d'autres besoins de caméras, caméras tactiques de la Préfecture de police, qui peuvent être déployées. Bref, il faut que l'on trouve une méthode avec les maires d'arrondissement, avec surtout le Préfet de police, pour que l'on arrive à avancer sereinement et le plus rationnellement possible sur ce sujet. Je fais par principe confiance aux élus d'arrondissement sur la connaissance de leur territoire, mais le Conseil de Paris ne peut pas être le lieu de régulation de sujets antérieurs.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Comme vous l'avez rappelé à M. JULLIARD tout à l'heure?

La parole est à M. le Représentant du Préfet.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DU POLICE. - Très rapidement, Monsieur le Maire, par rapport à la demande qui est exprimée, d?abord sur la situation de ce quartier, je ne dirai pas qu'il n'y a pas de problèmes car on a le regroupement régulier d'une cinquantaine de jeunes sur ces secteurs. Le commissariat du 17e et les moyens en renfort ont déjà mené ces derniers mois une quarantaine d?opérations de sécurisation. Pour illustrer cela, on a quand même interpellé un individu qui avait un chien d'attaque de première catégorie sans permis de détention, en sachant que deux autres ont été interpellés récemment rue Francis-Garnier dans un hall d'immeuble alors qu?ils étaient en train de fumer et de consommer de l'alcool dans cette cage d'escalier. Il y a un sujet sur cette place. Il y a une caméra pas très loin mais qui ne permet pas de visualiser comme on le souhaiterait la place Louis-Loucheur. Je confirme donc la demande du commissaire du 17e arrondissement sur ce secteur. Comme l'a dit Mme la Maire adjointe, il faut que l'on finisse le plan avec 165 caméras. Après, nous travaillerons à l'ensemble des propositions qui ont été formulées. En tout état de cause, pour le 17e, cette caméra entre autres fera partie des priorités.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 189 avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u n° 189 est rejeté.