Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

- Plan d'actions contre la pollution atmosphérique. - Nouveau dispositif d'aides.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2017


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous examinons le dernier projet de délibération DVD 104 et l'amendement technique n° 226 relatifs au plan d'actions contre la pollution atmosphérique, nouveau dispositif d?aides. La parole est à M. Thomas LAURET puis à Mme Joëlle MOREL, pour quelques minutes seulement.

M. Thomas LAURET. - On va faire vite. En résumé, on est très content du plan d'action et des mesures rappelées et approfondies pour inciter les Parisiens à choisir des véhicules propres et permettre aux artisans, commerçants de travailler.

En même temps, on se rend bien compte que cela fonctionne à moitié, que c'est très lent, que la transition n'est pas suffisamment rapide. On entend les chefs de l'Etat, l'Exécutif, dire qu'il faut aller plus vite, mais on ne mesure pas les conclusions du fait que les mesures que l'on a prises ne sont pas suffisantes.

Je réitère le souhait et ma proposition de réfléchir à des voies réservées aux véhicules propres sur les principaux axes qui traversent Paris et permettront d'inciter fortement les Parisiens à passer à ces véhicules propres.

Si on ne fait pas cela, y compris sur une période transitoire, on continuera à avoir des bouchons et de la pollution. En plus de cela, des Parisiens qui font le choix de jouer le jeu, qui prennent des Autolib', des véhicules électriques aujourd'hui commencent à les abandonner parce qu'ils sont dans les bouchons avec les autres.

Réfléchissons à quelques voies traversant Paris qui soient réservées aux véhicules propres pour une durée limitée. Je n'ai pas de réponse sur ce sujet, cela fait plusieurs fois qu'on en parle et Christophe NAJDOVSKI, avec une position trop anti-bagnoles même propres, ne suit pas cette logique. Il faut qu'on change notre fusil d'épaule sur ce point. Merci.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup. Mme Joëlle MOREL, dans une autre tonalité.

Mme Joëlle MOREL. - J'ai l'honneur de faire la dernière intervention. Il s'agit de délibérer sur un projet de délibération important, il s'agit d'amplifier le dispositif d'aide financière à destination des particuliers et des professionnels pour les accompagner vers des modes de déplacement non polluants.

La lutte contre la pollution atmosphérique est un combat d'intérêt général qui passe par une diminution du trafic de véhicules à moteur thermique dans Paris et en Ile-de-France. Cette diminution du trafic doit être accompagnée par différentes mesures.

Parmi toutes les aides proposées par la Ville, tout un éventail est consacré au vélo sous toutes ses formes. Qu'il soit électrique ou non, cargo, triporteur, les Parisiens et les Parisiennes pourront compter sur la Ville pour faire leur entrée dans le monde des mobilités actives. Pour les personnes qui souhaitent abandonner leur voiture au profit d'autres mobilités, la Ville leur permet de bénéficier du Vélib'. Ces types d'aide font partie des demandes des associations comme la Fédération française des usagers de bicyclettes, qui lors des Assises de la mobilité organisées par le Gouvernement, ont demandé que l'achat de vélos à assistance électrique soit encouragé par les pouvoirs publics. A ce titre, j'aimerais revenir sur les résultats de la grande enquête de la Fédération française des usagers de bicyclettes, 113.000 Françaises et Français ont répondu à ce questionnaire pour faire le point sur les conditions de circulation à vélo dans leur ville. Les réponses font l'objet d'un traitement ville par ville et des analyses locales seront publiées au printemps. Je retiens particulièrement ce chiffre, 92 % des participants à l'enquête estiment que les vols de vélos sont fréquents et craignent pour la sécurité de leur véhicule. Ces résultats nous confortent largement dans notre choix d'avoir porté sur ce budget, en début de ce Conseil, un amendement visant à financer la construction de vélobox, un élément indispensable pour continuer de développer l'usage du vélo à Paris. Pour conclure, nous nous félicitons que le dispositif d'aide soit élargi. Il s'agit maintenant de les faire connaître largement au grand public et aux professionnels. Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

M. NAJDOVSKI pour répondre dans un esprit de clôture de ce Conseil de Paris rassembleur.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Je suis heureux de proposer ce projet de délibération proposant de nouvelles aides pour se déplacer sans polluer.

Comme vous le savez, nous avons décidé de prendre à bras le corps la question de la pollution atmosphérique, avec la création de la première zone à basse émission en France et ce, dès septembre 2015.

Ces mesures que nous mettons en ?uvre avec comme méthode la progressivité s'accompagnent du développement volontariste des modes de déplacement non polluants, à travers le Plan Vélo, le Plan Piéton, le financement de transports collectifs - on vient de le voir avec le vote de la délibération sur le prolongement du tramway T3 -, mais aussi des aides financières destinées aux professionnels et particuliers.

Notre politique marche donc bien sur deux jambes. Ce projet de délibération illustre cette approche. Depuis la mise en place des premières aides en 2008 pour les artisans taxis et les aides à l'acquisition de vélos à assistance électrique, 11 millions d'euros d'aides ont été versés dont plus de la moitié, 6 millions d'euros, depuis mai 2014, avec un impact immédiat.

15.000 véhicules propres circulent aujourd'hui grâce à ces subventions, donc bien avant la mise en place des premières restrictions pour les véhicules les plus polluants. En septembre 2015, nous avons mis en place des aides à la conversion vers des moyens de transport non polluants. Par ailleurs, nos aides n'excluent personne. Il y en a 27 aujourd'hui. Elles sont claires et sans mauvaise surprise. Par exemple, lorsque nous annonçons une aide jusqu'à 9.000 euros pour les professionnels souhaitant acquérir un poids lourd électrique ou G.N.V., il n?y a pas d'exclu, alors que la région Ile-de-France, dont la présidente est prompte à nous critiquer, ne fait malheureusement pas le même choix puisqu?elle choisit de ne pas verser d?aides poids lourds propres aux entreprises de transport de marchandises pour compte d?autrui, c'est-à-dire les entreprises qui roulent le plus, dont le métier est précisément de transporter des marchandises. Cherchez l'erreur.

Le projet de délibération proposé ce jour doit nous permettre de multiplier le nombre de véhicules propres dans les déplacements du quotidien, en particulier les V.A.E. - les vélos à assistance électrique - et les vélos cargo, mais aussi les véhicules électriques ou G.N.V. pour l'ensemble des activités professionnelles ayant besoin d?un véhicule. Je pense aux artisans, aux livreurs, aux taxis, aux autocars de tourisme. Nous aidons non seulement à l'acquisition de véhicules, mais facilitons aussi leur usage, avec des aides pour la recharge électrique du stationnement sécurisé. Autre nouveauté dans le dispositif mis en place : la possibilité de bénéficier d'aides dans le cadre de la location longue durée avec option d'achat.

Nous menons en parallèle une action pour le développement des stations de recharge au G.N.V. Nous offrons la gratuité du stationnement pour les véhicules propres. Nous développons les pistes cyclables. Paris, on peut le dire, est à l'avant-poste de la révolution vers une mobilité plus propre. Un exemple récent pour illustrer mon propos. Avec mon collègue, Jean-François MARTINS, hier, nous étions invités par la compagnie "Big Bus" à la présentation du premier bus touristique électrique à deux étages. C'est une première mondiale : le premier engin de ce type à rouler dans le monde. Et si "Big Bus" a choisi Paris plutôt que New York, Londres, Rome, Shanghai ou Hong Kong, c?est parce que nous mettons nos exigences à un niveau très élevé et que ces exigences font émerger un marché, une offre qui n?existait pas auparavant, mais aussi que nos exigences sont crédibles.

Donc, n?écoutons pas les Cassandres, les partisans de l'immobilisme, ceux qui critiquent la méthode pour éviter de trouver des solutions aux problèmes que nous devons affronter maintenant. Nous avons choisi la voie du changement. Ce n'est pas la plus facile.

Le projet de délibération proposé aujourd'hui permettra à chacun d?être accompagné pour que, demain, l'air que nous respirons soit meilleur. Je répondrai à notre collègue, Thomas LAURET, que nous sommes favorables à des voies dédiées pour les véhicules propres, moins polluants, dans Paris. Et j'espère que nous pourrons compter sur votre soutien auprès du Gouvernement, auquel nous demanderons, dans le cadre des Assises de la mobilité, à ce que nous ayons les outils réglementaires nous permettant d'avoir ces axes à ultra-basses émissions que nous avions votés dès 2015 dans la délibération du plan antipollution de la Ville de Paris.

Donc je pense que vous serez un relais précieux et je pense aussi, déterminé, pour que nous puissions obtenir satisfaction auprès du Gouvernement pour la mise en place de ces voies dédiées pour les véhicules propres ou moins polluants.

Je terminerai en précisant que nous avons un amendement technique sur ce projet de délibération qui concerne la gratuité de la recharge sur les bornes Belib?, que nous offrons pendant un an aux chauffeurs de taxi convertis à l'électrique. Et par rapport au texte initial, l'amendement apporte une modification facilitant la gestion par le gestionnaire des bornes de cette nouvelle disposition. Voilà une illustration, aussi, de notre engagement en faveur d?une mobilité plus durable.

Monsieur le Maire, j?espère que nous voterons ce projet de délibération important à l'unanimité. Merci.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Applaudissons après le vote.

Je mets aux voix, à main levée, l?amendement technique n° 226 de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

L'amendement technique n° 226 est adopté à l'unanimité.

Je mets maintenant aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 104 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération amendé est adopté à l'unanimité. (2017, DVD 104).

Merci infiniment. Désignation