Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

48- 1997, P 2063 - Subvention à l'Association indépendante des locataires R.I.V.P. de la porte d'Orléans, 20, avenue Paul-Appell (14e). - Montant : 6.000 F.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 1998



M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Nous commençons par le projet de délibération P 2063 qui concerne une subvention à l'Association indépendante des locataires R.I.V.P. de la porte d'Orléans dans le 14e.
La parole est à Mme JUNOT.
Mme Marie-Thérèse JUNOT. - Merci, Monsieur le Maire.
L'Association indépendante des locataires R.I.V.P. de la porte d'Orléans est certainement fort sympathique et ses activités très estimables, mais la loi commune de toutes les associations doit être désormais leur autonomie financière. C'est la noblesse de la vie associative que de financer ses activités par les efforts propres de ses membres.
L'association en question y arrive d'ailleurs dans la proportion de plus de 80 %.
Le groupe des Indépendants votera contre ce projet de délibération afin de marquer une volonté de rupture à l'égard d'une politique dépassée de subventionnement systématique des associations à Paris.
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Merci, Madame JUNOT.
Je donne la parole à Jean-François LEGARET pour vous répondre.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, au nom de la 1ère Commission. - Je répondrai brièvement à Mme JUNOT comme je l'ai fait en 1ère Commission en indiquant que cette association n'a pas seulement pour objet d'être une association de locataires R.I.V.P. puisque son objet statutaire est plus large. Cette association a pour objet de créer des solidarités de voisinage auprès des personnes âgées ou isolées, d'intervenir auprès de la R.I.V.P., de la Ville ou des pouvoirs publics en général pour la défense et la recherche d'améliorations de conditions de logement et du cadre de vie.
Vous savez que sur un budget annuel de 35.500 F, il est proposé une subvention de 6.000 F.
Je rappelle que, dans le passé, nous avons accordé depuis 1992 des aides qui étaient égales ou assez sensiblement supérieures puisque nous avons accordé 6.400 F en 1994, 6.600 F en 1995.
J'ai souhaité que cette subvention soit plafonnée à 6.000 F à la suite des interventions très appuyées du Maire du 14e, qui soutient cette association. Il ne me semble pas déraisonnable de poursuivre, pour une année encore, cette aide, qui reste d'un montant mesuré.
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Merci, Monsieur LEGARET.
M. MANO a demandé la parole pour une explication de vote.
M. Jean-Yves MANO. - Une explication de vote toute simple. Je ne reprendrai pas à mon compte les propos de Mme JUNOT dans la mesure où le groupe socialiste, dans son principe, appuiera fortement ce type de demande de subvention qui est l'exemple même de l'action que nous devons encourager au niveau des immeubles dans les cités plus ou moins difficiles. C'est grâce à des gens de bonne volonté de ce type qu'un lien social peut se créer et que moins de délinquance peut s'exprimer grâce à l'action des locataires. Nous ne pouvons qu'encourager pour la Ville de Paris, l'existence de ces subventions pour ces associations. C'est pourquoi nous voterons bien volontiers cette subvention, celle-là, comme d'autres si elles se présentent.
Je vous remercie.
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Merci, Monsieur MANO.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération P 2063.
Qui est pour ?
contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, le groupe des Indépendants et M. MESMIN s'étant abstenus, MM. REVEAU et HUBIN ayant voté contre. (1997, P 2063).