Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DPJEV 103 - Communication de M. le Maire de Paris relative à l’arrêté préfectoral du 22 mars 2007 autorisant et réglementant, au titre du Code de l’Environnement, l’exploitation par l’A.P.-H.P. d’une installation de production de froid ainsi que des groupes électrogènes et compresseurs d’air au sein du bâtiment Laennec de l’hôpital Necker (15e).

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2007


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. Maintenant, nous examinons le projet de délibération DPJEV 103 concernant une communication de M. le Maire de Paris relative à l?arrêté préfectoral du 22 mars 2007 autorisant et réglementant, au titre du Code de l?Environnement, l?exploitation par l?A.P.-H.P. d?une installation de production de froid ainsi que des groupes électrogènes et compresseurs d?air au sein du bâtiment Laennec de l?hôpital Necker (15e).

Je donne la parole à Mme de CLERMONT-TONNERRE.

Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Merci, Monsieur le Maire.

Vous nous demandez de prendre acte de l?autorisation préfectorale d?exploitation de plusieurs installations classées pour la protection de l?environnement sur le site de l?hôpital Necker.

Or, ces installations s?inscrivent dans le cadre du projet du nouvel hôpital dont la construction est programmée à l?angle Sèvres-Montparnasse et pour laquelle un permis de construire a été déposé en mai 2006.

Sans refaire l?histoire de cet important projet, j?en rappellerai les grandes lignes. Chacun connaît l?hôpital Necker, ses couloirs vétustes, ses services éclatés et ses bâtiments inadaptés à l?exercice d?une médecine de pointe.

Chacun s?accorde à reconnaître que les infrastructures de Necker ne sont plus adaptées aux attentes des familles, aux besoins des médecins et à la réputation d?un grand hôpital de renommée internationale.

Chacun est conscient de la nécessité de donner à l?hôpital les moyens d?assurer ses missions et de développer des projets d?ambition.

Toutefois, l?A.P.-H.P. se doit, dans le 13e, dans le 14e, dans le 15e arrondissement et partout où elle dispose d?emprises foncières, parfois fort importantes, de penser des projets hospitaliers qui s?intègrent dans le paysage parisien, surtout dès lors que, contrairement à l?hôpital européen Georges-Pompidou qui a été réalisé sur une friche industrielle et dont on peut souligner la réussite, les projets de reconstruction sont programmés en plein c?ur de Paris et, comme cela est le cas pour Necker, en lisière du plan de sauvegarde et de mise en valeur, en face d?un monument historique et en co-visibilité avec le Dôme des Invalides.

Vous savez, Monsieur le Maire, combien ce projet est sensible et rencontre à la fois une grande adhésion sur le fond et un vif émoi dans sa forme.

Une grande adhésion parce que le projet améliorera l?accueil des enfants et des familles ; parce que les médecins et les personnels disposeront de conditions optimales pour exercer leurs missions au service des malades.

Un vif émoi dans la mesure où cet important projet de 55.000 mètres carrés ne tient pas compte des questions d?intégration dans le paysage urbain et dénature les perspectives, alors que le nouveau P.L.U. assigne des objectifs de mise en valeur du paysage architectural et urbain de Paris et de meilleure qualité d?insertion dans l?environnement.

De nombreuses voix se sont élevées pour demander une révision de l?implantation du projet et la conservation de l?Hôtel Texier. Ainsi, la Commission du Vieux Paris, présidée par votre adjointe en charge du patrimoine, Moïra GUILMART, a protesté lors de ses séances des 7 juin et 5 juillet 2005 contre le projet de construction à l?angle du boulevard Montparnasse et de la rue de Sèvres.

Des pétitions dénonçant le saccage du paysage vous ont été adressées par plusieurs associations parisiennes. Les grandes associations nationales de sauvegarde du patrimoine se sont mobilisées et sont intervenues par la voie du ?G8 Patrimoine? pour demander que le projet soit repensé.

Enfin, lors de notre séance de février 2007, vous nous avez vous-même, Monsieur le Maire, fait part de votre souci de trouver une solution permettant de mener à bien ce projet Necker, dans les meilleurs délais, et, en même temps, de pouvoir préserver le paysage urbain.

Vous nous aviez alors informés que vous vous étiez entretenu, d?une part, avec le Directeur de l?A.P.-H.P. et, d?autre part, avec le Professeur CARLI. Et vous nous aviez précisé qu?à l?occasion des ces différentes discussions, un consensus avait été trouvé pour essayer d?avancer sur une solution satisfaisant tout le monde, c?est-à-dire un projet de modernisation de l?hôpital Necker qui réponde aux contraintes de fonctionnement de l?hôpital et à la nécessité de préserver le paysage urbain.

Monsieur le Maire, au-delà de ces perspectives esquissées et des annonces formulées lors de la séance de février, aujourd?hui, où en est-on ?

Quelles avancées concrètes avez-vous obtenues sur ce projet ? Qu?adviendra-t-il de l?Hôtel Texier ? Les perspectives urbaines seront-elles respectées ?

Enfin, le projet Necker démontrera-t-il qu?il est possible de faire converger la logique médicale et la prise en compte de la dimension patrimoniale et paysagère et qu?il est possible de concevoir un beau et bon projet dans lequel l?architecture contemporaine trouve toute sa place, sans pour autant dénaturer les perspectives parisiennes ?

Merci, Monsieur le Maire.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. CONTASSOT.

M. Yves CONTASSOT, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Madame de CLERMONT-TONNERRE, cela n?a pas grand-chose à voir avec la communication. J?aurais préféré, pour ma part, que vous posiez une question et vous auriez sans doute eu une réponse plus détaillée. Ce que je peux vous dire, c?est que le permis de construire est toujours en cours d?instruction.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur LHOSTIS, vous avez la parole.

M. Alain LHOSTIS, adjoint. - Je veux simplement dire qu?il s?agit d?un projet majeur de réorganisation de l?Assistance publique et, effectivement, le Maire examine cette question, en lien avec la Direction générale de l?Assistance publique.

Il ne saurait tarder à prendre une décision, comme il me l?a rappelé encore récemment, mais cette décision sera prise, en tenant compte des remarques qui ont été faites. Cependant, pour tout vous dire, la communauté médicale et l?ensemble des associations d?enfants handicapés sont l?arme au pied et je vous conseille, Madame, de faire très attention aux déclarations que vous faites et à la mobilisation dont vous parlez. Une autre mobilisation et une autre exaspération sont en train de monter, celles qui consistent à dire que nous avons absolument besoin de ce lieu pour prendre en charge le handicap pédiatrique.

On a trop tardé sur cette question ; il faut absolument avancer.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Nous allons avancer. Il n?y a pas de vote, s?agissant d?une communication.