Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Accueil et intervention de M. Zeid Ra'ad AL HUSSEIN, Haut-Commissaire de l'O.N.U. aux droits de l'homme.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2017


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, c'est avec un immense plaisir que j'ai l'honneur d'accueillir ce matin le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme, M. Zeid Ra'ad AL HUSSEIN au lendemain de la journée internationale des droits de l'Homme.

Hier, nous avons lancé la commémoration du 70e anniversaire, c'était le 69e anniversaire, mais c'est l'année du 70e anniversaire de la Déclaration universelle. Nous avons lancé cette commémoration à l'endroit même où elle fut signée, au palais de Chaillot, les associations, les militants, les partenaires de Paris, les Parisiens sont venus nombreux rappeler l'attachement de Paris aux droits de l'Homme.

Cet attachement, bien sûr, n'est pas simplement le fruit de son histoire, même si nous le savons, Paris est une ville dans laquelle les droits de l'Homme, non seulement ont toute leur place, mais y ont été aussi proclamés dès la Déclaration universelle de 1789, et ensuite la déclaration, notamment, universelle de 1948. C'est aussi à Paris que l'accord sur le climat a été conclu en 2015. Paris est une ville qui à la fois inspire, et qui a un devoir, une obligation particulière par rapport à la question des droits de l'Homme.

Monsieur le Haut-Commissaire, chacun connaît votre action déterminée au service des droits humains, et la nécessité de rester mobilisé alors que 70 ans après l'adoption de la déclaration universelle, nous faisons encore face à des situations alarmantes. Des peuples soumis à des régimes autoritaires, des victimes de conflits armés, des minorités persécutées, des femmes violées, des réfugiés qui subissent les pires violences durant leur voyage, et aujourd'hui, le rétablissement de l'esclavage dans un certain nombre de pays, on pense bien sûr à la Libye et à cette situation choquante, inacceptable de marchés aux esclaves.

Face à cette situation, les villes ont un rôle majeur à jouer, et Paris doit y prendre toute sa part. Les villes ont un rôle majeur à jouer, parce qu'elles sont en première ligne de front de la mondialisation.

Elles sont en première ligne de front pour accueillir toutes ces populations très créatives qui vont très bien et font la richesse et l'essor de nos villes, et Paris accueille ces populations jeunes et créatives avec bonheur et cherche bien sûr à les accueillir encore plus, mais nos villes accueillent aussi des populations qui vont moins bien, celles qui sont à la recherche de protection, tout simplement parce que dans nos villes où il y a de la lumière, les populations à la recherche tout simplement d'une vie meilleure ou de sauver leur vie, se disent que c'est là qu'elles peuvent trouver secours et assistance.

Dans nos villes, nous travaillons justement l'accès de toutes ces populations aux services essentiels, les services qui garantissent la dignité des droits humains, la santé, l'éducation, le logement, la citoyenneté.

Dans nos villes, les grandes villes du monde, et bien sûr Paris, nous faisons en sorte que les réfugiés puissent être accueillis dignement, c'est ce que nous avons fait ensemble.

Et je veux remercier ici une majorité très très large de ce Conseil de Paris à laquelle une partie de l'opposition s'est jointe. Je veux remercier les groupes de la majorité et le groupe UDI-MODEM de nous avoir accompagnés pour l'ouverture de 2 centres de réfugiés à Paris, l'un pour les hommes, l'autre pour les femmes et les familles, mais aussi et là, toute la majorité et l'opposition municipale s'y retrouvent pour soutenir les initiatives concernant les journalistes, les artistes, à travers le réseau ICORN, qui est le réseau des villes refuges, et nous le savons, la maison des journalistes installée dans le 15e arrondissement, Monsieur le maire du 15e, est un haut lieu justement de cette solidarité que nous apportons.

Dans le Conseil que nous allons avoir, nous allons d'ailleurs délibérer notamment sur une aide concernant la situation des réfugiés en Libye, pour venir accompagner les grandes organisations humanitaires qui luttent contre notamment l'esclavage et la traite des êtres humains qui est en train aujourd'hui de se développer.

Nous avons aussi décidé, parce que nous le voyons, beaucoup de maires, les maires sont, de grandes villes ou petites villes, à travers le monde, l'expression de la démocratie locale, l'expression des pouvoirs locaux.

De plus en plus, les maires dans le monde sont aussi des cibles, sont menacés, il y a dans le monde beaucoup de maires emprisonnés aujourd'hui, notamment pour des raisons politiques, je pense à des maires qui appartiennent à des minorités dans certains pays. Je pense à nos collègues kurdes, qui pour beaucoup d'entre eux sont emprisonnés, et nous avons souhaité créer, avec mon adjoint Patrick KLUGMAN, cela vous sera proposé, un observatoire des maires en danger, afin d'avancer là aussi sur un statut protecteur et en tous les cas sur des mobilisations. Nous le savons, quand la mobilisation se fait à l'échelle internationale, elle apporte sa protection.

Paris, enfin, continuera à apporter sa protection à travers la Citoyenneté d'honneur, à des femmes et des hommes qui sont menacés dans leur vie, parce qu'ils expriment leur liberté d'opinion qui leur est refusée, et nous savons là aussi que cette citoyenneté d'honneur a une force dans la mesure où lorsque Paris l'accorde, elle devient une protection pour beaucoup d'entre elles et d'entre eux.

Monsieur le Haut-Commissaire, nous sommes ici une ville engagée vous le savez, une ville sur laquelle vous pouvez compter, vous pouvez compter sur chacun des Parisiens, vous pouvez compter, je pense, sur chacun des élus ici présents et bien sûr sur la Maire de cette ville que je suis. Vous pouvez compter sur nous pour porter toujours plus haut et plus fort cette question des droits humains. Nous sommes à vos côtés dans la crise globale, dans cette grande déstabilisation du monde. Nous savons que l'Europe a un rôle très particulier à jouer, et nous ferons tout pour que l'Europe soit à la hauteur de l'enjeu qui est celui pas simplement de l'Europe, mais bel et bien celui de l'humanité.

Monsieur le Haut-Commissaire, je vous remercie d'honorer de votre présence notre Assemblée and now, the floor is yours. Thank you very much for beeing here.

M. le Haut-Commissaire - Madame la Maire, Mesdames et Messieurs les élus du peuple de Paris, Excellence, chers collègues et amis, c'est un honneur pour moi d?être ici parmi vous pour assister à la commémoration de l'adoption de la déclaration universelle des droits de l'homme de Paris qui eut lieu en 1948. Cette déclaration s'inspire, d'ailleurs, très largement du texte rédigé et adopté dans cette même ville en 1789. Il s'agit, bien sûr, de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

Les hommes et les femmes de Paris ont toujours défendu ardemment la liberté, la justice et l'égalité, les valeurs qui ont porté au plus haut la cause des droits de l'homme. Je suis ici pour vous exprimer ma profonde gratitude et vous demander de prendre à nouveau le flambeau de l'un des plus importants combats de notre histoire, celui qui vise à offrir à chaque être humain un monde où règnent la justice, l'égalité et la dignité. Car les droits de l'homme sont inaliénables et ne peuvent être, dès lors, retirés légitimement par aucun gouvernement ou aucun autre acteur. Car les principes de justice, d'égalité et de dignité sont les fondements qui garantissent une paix durable entre les sociétés au sein de ces dernières.

Aujourd'hui, les droits de l'homme sont en réel danger. Des États et d'autres acteurs non étatiques violent volontairement et de manière délibérée les règles de décence humaine élémentaires, pourtant bien établies en droit international humanitaire. Des millions de personnes sont victimes d'humiliations, de discrimination, d'exploitation, de privations et de tyrannie, ici, en Europe, et ailleurs. On observe une montée des nationalismes qui attisent la peur, le racisme et la xénophobie, qui désignent des responsables et récoltent le fruit de leur labeur lorsque des foules hurlantes s'en prennent aveuglément aux plus vulnérables.

Dans de nombreux pays du monde, nous assistons au recul des droits, notamment du droit des femmes, des minorités, des migrants et du principe fondamental qui inclut la société civile dans la prise de décisions. Nombre d'entre nous craignent un retour en arrière si nous continuons à nous aventurer sur cette voie désastreuse pour aboutir à une planète ravagée par la souffrance et les guerres, car la justice est fondamentale si l'on souhaite qu'une relation s'inscrive dans la paix.

Vous, les élus du peuple, avez un rôle déterminant à jouer dans la défense des droits de l'homme et le respect de la dignité humaine dans nos communautés. Au sein du Conseil de Paris, il vous est possible d'établir un tissu solide et résilient fait de valeurs communes dans la promotion de l'égalité entre chaque individu, indépendamment du sexe, de la race ou de l?origine ethnique, de la croyance religieuse, du handicap, de l'orientation sexuelle et aussi du statut de migrant et ce, en aidant les personnes à comprendre que leurs similarités sont bien plus nombreuses que leurs différences, en édifiant des ponts entre les communautés et en détruisant les murs au lieu de les construire.

Les violences extrémistes font leur lit dans l?aliénation et la discrimination. Dans cette belle ville qui a subi les effroyables attentats du 13 novembre 2015, vous êtes en mesure de prôner l'empathie et le respect, ces valeurs d'inclusion qui mettent à mal les forces haineuses et construisent la paix. Vous pouvez ?uvrer à offrir un même accès aux services publics, à protéger le droit des individus à un logement, à l?éducation, à l?emploi et un environnement sain. Vous pouvez garantir les chances des jeunes qui ont droit au même respect que leurs aînés. Lorsque de nombreux jeunes sont condamnés à une incertitude économique et au désespoir, leur amertume ronge le tissu social. De même, si la règle de droit est asservie à des fins politiques et personnelles, et lorsque les forces de l'ordre sont perçues comme violentes, arbitraires et injustes, elles viennent nourrir la ranc?ur et le désir de vengeance. En tant qu?acteurs politiques, économiques et sociaux reconnus dans ce pays et dans toute l'Europe, vous pesez sur la reconnaissance des droits de l'homme aux migrants. Je partage avec nombre d'entre vous l'inquiétude face aux atteintes intolérables dont sont victimes les migrants en Libye, et l?Union européenne a en l?espèce un rôle à jouer. Mon inquiétude va grandissante, notamment sur le sort des migrants dans de nombreux pays européens. Je tiens à vous rappeler que les autorités sont tenues de faire respecter et de protéger les droits fondamentaux des personnes et ce, sans tenir compte de leur statut administratif. Aujourd?hui, je vous demande bien plus que la simple participation à un autre anniversaire plein de sentimentalisme. Je vous enjoins à réfléchir sur le caractère essentiel, sur l?urgence absolue de cette déclaration universelle des droits de l?Homme, d?attirer dans votre sillage un large public pour défendre notre cause, d?agir pour contrer les individus emplis de haine et les ennemis de ces droits, de faire avancer ces droits. Car le choix qui s?ouvre à nous aujourd?hui est clair, nous pouvons défendre ardemment les droits qui nourrissent la justice et construisent la paix ou nous pouvons permettre qu?ils soient déconstruits et reniés jusqu?à ce qu?ils s?affaissent à nos pieds et que notre monde bascule dans la violence. C?est le combat qui appartient à notre génération et il n?est pas désespéré, loin s?en faut. Nos prédécesseurs, ces géants du mouvement de défense des droits ont su en finir avec l?esclavage, le colonialisme, la ségrégation, l?apartheid et bien plus. Le défi à relever aujourd?hui est concret et nous pouvons et nous nous devons de réussir. A nouveau, je remercie la Maire de cette invitation et tous les représentants.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci, cher collègue.

C?est après un message aussi fort et aussi inspirant que nous allons traduire très concrètement un certain nombre de nos ambitions, celles qui consistent à vouloir faire de cette ville, une ville inclusive, innovante, solidaire.