Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par les groupes SOCA, PCF-FG et GEP relatif au poste d'animateur-médiateur du quartier des Amandiers.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2017


 

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Nous passons à l?examen de v?ux non rattachés, tout d?abord le v?u n° 186 relatif au poste d?animateur-médiateur du quartier des Amandiers. La parole est à Virginie DASPET pour le groupe Socialiste et Apparentés. Je vais vous demander un petit peu plus de respect des orateurs en ayant des conversations un petit peu moins fortes à l?intérieur de l?hémicycle, s?il vous plaît.

Mme Virginie DASPET. - Merci. Je voulais juste préciser que je présentais ce v?u au nom de la majorité municipale du 20e arrondissement, soient les élus socialistes et apparentés, communistes et écologistes, ce qui explique, par voie de conséquence, que je le présente aujourd?hui avec Mme PRIMET et M. GLEIZES.

Pour en revenir à l?essentiel, je suis particulièrement heureuse que ce v?u soit inscrit aujourd?hui en présence du Représentant du Préfet de police, puisque s?il concerne la politique de la ville, il a aussi une dimension de prévention évidente, et c?est aujourd?hui ce qui pose problème. Qu?est-ce que c?est que ce poste ? C?est un poste d?animation jeunesse classique, dédié à un quartier prioritaire de la géographie politique de la ville. C?est de l?animation jeunesse classique, mais pas que, puisqu?il y a aussi beaucoup d?accueil informel et de montage de projets, mais il y a surtout un volet beaucoup plus innovant, conçu dans le cadre du précédent projet de territoire, qui est la coproduction, et donc le cofinancement d?activités nouvelles, une forme de maraude, puisque c?est quelqu?un qui va sur l?espace public repérer des jeunes, les accompagner vers des structures existantes et les ramener à d?autres types d?activités ou d?équipements que nous proposons. Le souci, aujourd?hui, c?est que tout ceci fonctionne très bien, tous les comités de pilotage le reconnaissent, chacun s?entend pour dire que c?est quelque chose qui fonctionne bien, sauf qu?au-delà de la coproduction et du fait que ce soit toujours inscrit comme une priorité et un fil rouge du contrat de territoire sur Belleville-Amandiers, nous n?avons plus l?aspect cofinancement.

Aujourd?hui, plusieurs directions de la Ville financent ce poste. Nous avons réussi à associer deux bailleurs sociaux dans le cadre de l?exonération T.F.P.B., "Paris Habitat" et "Elogie-Siemp", le problème étant que la Région, qui était coproductrice de ce dispositif, ne le finance plus depuis maintenant un an. Nous avons donc perdu 10.000 euros, et nous avons appris au mois de septembre que la subvention F.I.P.D., prévue et provisionnée par tous à hauteur de 20.000 euros, finalement redescendait à 13.000 euros, avec donc un trou de 7.000 euros à boucler en trois mois pour finir l?année et simplement rémunérer cette personne.

Le nouveau souci, c?est que le F.I.P.D., manifestement, veut se désengager totalement du financement de ce poste et que nous n?avons pas aujourd?hui de voie de sortie. On a eu un petit peu d?espoir, parce que la déléguée du Préfet a beaucoup soutenu ce dossier. On nous avait parlé d?un poste "Fonjep". Manifestement, ce ne sera pas possible. Cela impliquerait qu?il y ait disparition d?un poste aujourd?hui existant d?ici la fin du mois, donc bien évidemment, on ne le souhaite pas, de toute façon, mais c?est de toute façon quelque chose qui n?arrivera pas.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci de conclure.

Mme Virginie DASPET. - La seule solution serait donc de retrouver un financement F.I.P.D. ou un autre type de financement, mais en tous les cas que la Région Ile-de-France et l?Etat reprennent leur cofinancement sur ce poste. Merci.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci. Pour vous répondre, je donne la parole à Colombe BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci beaucoup, Madame la Maire. Nous essayons de nous réorganiser, avec Bruno JULLIARD.

Merci beaucoup, Madame DASPET. J?apporterai un avis favorable à ce v?u, pour deux raisons : la première, et c?est la plus importante, est que ce projet est utile et intéressant sur le fond. Je suis allée à la rencontre du centre social et de l?animateur de ce dispositif, de ce projet, et arriver à allier un projet qui soit en même temps un projet, finalement, d?animation jeunesse classique, au sens où ce type de projet existe dans des centres sociaux, mais avec une dimension de médiation et de médiation dans la rue, en ayant à c?ur d?associer les bailleurs, vous l?avez dit, le centre social, c'est une évidence, mais également l'ensemble de ceux qui interviennent et travaillent dans ce quartier, est vraiment d'abord intéressant du point de vue de la concertation et de la coordination.

Intéressant aussi sur les bilans qui sont produits et faits de cette action, et je suis absolument persuadée que la médiation dans l'espace public est l'un des sujets sur lesquels nous devons travailler.

Ce projet, nous le soutenons, la Ville le soutient. Elle le soutient via la politique de la ville, et le soutient aujourd'hui via le droit commun de la ville. Ce poste et ce projet doivent continuer dans le quartier des Amandiers.

Je suis comme vous, assez amère sur le désengagement de la Région qui, après avoir réduit son financement en 2016, s'est désengagée du coup, et il faut que l'Etat continue à aider, à appuyer, à accompagner. Le Fonds interministériel de prévention de la délinquance est en effet l'acteur qui peut être présent sur des projets de cette nature-là, en tout cas j'aurai à c?ur de nous permettre collectivement de trouver les moyens de voir ce projet continuer. Il est utile dans le quartier.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Je donne la parole à M. le Représentant du Préfet de police pour des éléments de réponse sur ce v?u.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Merci. Simplement, pour évidemment confirmer l'intérêt pour le Préfet de police de l'action de cet animateur dans le quartier. Nous sommes dans le 20e arrondissement, nous sommes en Z.S.P. ou dans ses franges parfois, sur des actions de prévention, et évidemment on ne peut être que favorable à l'action qui est portée.

Simplement, je me permettrai de signaler que dans le v?u qui a été déposé, il est mentionné les baisses successives de financement de l'Etat, le désengagement de l'Etat pour 2017, etc.

Je me permettrai simplement de ne pas partager la manière dont ce v?u est rédigé, dans la mesure où depuis 2011, sur ce seul poste, l'Etat a engagé 121.400 euros. 121.400 euros ce qui, je l'espère, démontrera l'intérêt porté à ce poste. C'est 21.400, 22.000, 20.000, 25.000, 20.000, 13.000 en 2017, ce qui démontre bien que l'Etat a tenu ses engagements par rapport à ce poste.

Sauf que pour le F.I.P.D. dont les financements n'ont pas baissé, c'est comme les enveloppes de votre collectivité. Nous sommes dans une enveloppe fermée, et si pendant 6 ans et plus nous finançons un poste d'animateur dans un quartier, cela se fait forcément au détriment de toutes les autres initiatives qui émergent dans les différents quartiers de Paris.

A un moment donné, il y a des choix, et pour ce qui concerne l'Etat, au bout de 6 ans de cofinancement à hauteur de 20.000 euros et 13.000 pour l'année dernière, à un moment donné il faut essayer de trouver d'autres forces de financement. On va vous y aider, avec l'aide du Préfet de Région, et on va vous aider à essayer de trouver d'autres formes de financement, mais il faut que chacun prenne sa part et pas seulement l'Etat au titre du F.I.P.D., ce n'est pas un puits sans fond.

Soyez assurés que l'on va essayer de trouver une solution au financement de ce poste, avec le directeur que l'on a rencontré en mars dernier.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 186 des groupes Socialiste et Apparentés, Communiste - Front de Gauche et Ecologiste de Paris, avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est adopté. (2017, V. 398).