Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif aux locaux de l'école Du Breuil.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2017


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous passons au v?u n° 196 relatif aux locaux de l?école du Breuil, v?u déposé par Danielle SIMONNET et présenté par Nicolas BONNET-OULALDJ.

M. Nicolas BONNET-OULALDJ. - Je présente ce v?u, même si je ne suis pas cosignataire parce que je ne partage pas la forme et la rédaction. Cela dit, il me paraissait important d?en parler puisque plusieurs agents de l?école du Breuil ont manifesté leur problématique de voir un projet de changement de statut pour la transformation d?un établissement public en régie personnalisée dotée d?une personnalité morale et de l?autonomie financière dès le mois de juillet 2018.

Je voudrais rappeler quand même notre attachement à cette école qui a plus de 150 ans et qui est un établissement déterminant dans la filière paysagère, dans la filière des parcs et jardins, et qui délivre des diplômes autant pour des agents de la Ville mais aussi pour des Parisiennes et des Parisiens. Alors, dans ce v?u, Danielle SIMONNET demande à la Mairie de Paris de renoncer à son projet de changement de statut d?établissement public garantissant le maintien de l?école du Breuil avec toutes ses classes, postes et personnels au sein de la Direction des espaces verts et de l?environnement, que la Ville de Paris donne les moyens humains, techniques et financiers à la DEVE pour continuer l?action de l?enseignement de l?école et qu?elle mette en ?uvre la rénovation et l?agrandissement de l?école. Pour le groupe Communiste, nous nous abstiendrons. Cela dit nous voulons rester vigilants sur ce dossier et nous demandons un peu plus d?éclaircissements sur ce que la Ville envisage de faire sur ce changement de statut.

C?est pour cette raison qu?il paraissait important que ce v?u soit présenté et débattu.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - La parole est à Mme Pénélope KOMITÈS.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - J?aurais préféré répondre à Mme SIMONNET mais je vais vous répondre, Monsieur BONNET, pour vous dire, comme j?ai déjà eu l?occasion de vous le dire en tête-à-tête, que lors de ma prise de fonction, c?est le premier dossier que les organisations syndicales m?ont présenté. C?est en sachant que le devenir de l?école du Breuil avait fait l?objet d?une réflexion depuis plus de dix ans avec une accumulation de rapports, notamment de l?Inspection générale, sans qu?il ne se soit rien passé et que depuis dix ans les agents de l?école étaient dans une situation d?instabilité importante, se demandant ce qu?il allait advenir d?eux.

Alors, je le dis franchement, nous n?avons absolument pas envie ni le souhait d?imposer une gestion comptable. Avec le projet que nous avons, c?est doter l?école d?un budget consolidé dont elle aura la maîtrise, avec une réactivité qui lui permettra de prendre plus facilement des décisions courantes et de mieux gérer les partenariats pédagogiques.

Nous sommes non pas en train de privatiser l?école mais en train simplement de la transformer en régie dotée de la personnalité morale et de l?autonomie financière. C?est vraiment un deuxième souffle qui n?a rien d?une privatisation.

Mme SIMONNET s?inquiète d?une collaboration avec l?E.I.V.P. et de la création d?un master, mais on en fait tous les jours des partenariats avec l?E.I.V.P. ou avec les universités. Ce sont des outils essentiels pour consolider l?avenir de cette école et la formation continue des agents municipaux. Je dois dire que les formations infra-bac ont particulièrement à gagner de ce sujet dans une école pour rayonner encore mieux. Après, j?entends dire que les agents de l?école seraient défavorables. Cela fait un an et demi qu?on y travaille avec les agents, qu?on a eu des tonnes de réunions d?information, que j?ai assisté encore il y a maintenant un moins à un séminaire de deux jours avec la totalité des personnels, qu?ils ont émis des propositions extrêmement constructives et qu?ils sont partie prenante de ce léger changement. Je voudrais lui dire également que les salariés bien évidemment, qui sont des agents de la Ville, vont conserver leur statut, la possibilité de muter, leur rémunération, leurs avantages sociaux. Bref, s?ils veulent aller travailler dans une autre direction, il n?y aura pas de problème. A un moment donné, il faudrait arrêter de raconter n?importe quoi. Les contractuels - il y en a peu qui travaillent dans cette école - auront bien évidemment un nouveau contrat. Mme SIMONNET finit en disant que ce serait vachement bien si on pouvait agrandir les locaux de l?école, mais je signale simplement que nous sommes dans un espace boisé classé, en plein milieu du bois de Vincennes, que j?ai un peu de mal à construire et je ne pense pas que l?architecte des Bâtiments de France ou l?Inspecteur des sites me donnera l?autorisation de construire. Ceci étant dit, nous travaillons à la rénovation de ces locaux. Franchement, j?émets un avis défavorable sur ce v?u et je souhaiterais quand même, avant d?écrire tout et n?importe quoi, qu?on fasse un petit peu attention.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Explication de vote pour le groupe Ecologiste de Paris.

La parole est à Mme Joëlle MOREL.

Mme Joëlle MOREL. - L?école du Breuil est une école prestigieuse qui a une grande histoire. Son évolution est un sujet particulièrement complexe et le groupe Ecologiste de Paris souhaite rencontrer l?ensemble des partenaires avant de se positionner. Nous nous abstiendrons donc sur ce v?u.

(Mme Colombe BROSSEL, adjointe, remplace M. Mao PENINOU au fauteuil de la présidence).

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

Une explication de vote de Nicolas BONNET.

M. Nicolas BONNET-OULALDJ. - Je l?ai dit en le présentant, mais je réaffirme une chose.

Nous nous abstiendrons mais on veut que la Ville veille à ce que les moyens alloués à l?école du Breuil restent suffisants et qu?il n?y ait pas dans l?évolution la tentative que le privé remplace le public dans le financement, et bien sûr que le statut des agents ne soit pas modifié. C?est pour cela qu?on va s?abstenir et on va rester très vigilant sur le projet qui nous sera présenté pour l?évolution en 2018.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 196 avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u n° 196 est rejeté.