Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, Vœu déposé par le groupe U.M.P. relatif à la Commission des finances du Conseil de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2007


 

M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du v?u référencé n° 42 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P., relatif à la Commission des finances du Conseil de Paris.

C?est M. LEKIEFFRE qui intervient.

M. Christophe LEKIEFFRE. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, comme l?avait promis Nicolas SARKOZY lors de sa campagne présidentielle, la présidence de la Commission des finances à l?Assemblée nationale est revenue il y a quelques jours à un membre de l?opposition.

Soyons honnêtes, et c?est d?ailleurs indiqué dans la rédaction de notre v?u, cette excellente idée avait été empruntée au programme de la candidate du Parti Socialiste, Ségolène ROYAL.

Les socialistes ont donc naturellement accepté cette présidence, notamment - et je cite ici Didier MIGAUD, nouveau président d?opposition de la Commission des finances de l?Assemblée nationale - parce qu?elle ?va permettre une plus grande transparence des chiffres et un meilleur contrôle de l?Exécutif?.

Deux objectifs, Monsieur le Maire, qui ne devraient pas trop vous contrarier.

Aussi, Monsieur le Maire, avec mon collègue Jean-François LEGARET et les élus du groupe U.M.P., nous vous proposons de vous inspirer de l?esprit démocratique et républicain de l?actuel chef de l?Etat en confiant la présidence de la Commission des finances de notre collectivité à un membre de l?opposition. Opposition que vous baptisez avec un peu de condescendance, depuis le début de cette mandature : la minorité ; une attitude négative qui, je l?avoue, me fait douter sur votre capacité d?ouverture politique et de transparence budgétaire.

Monsieur le Maire, vous avez déclaré ce matin à mon collègue Jean-François LEGARET que ?n?était pas Didier MIGAUD qui veut?. Je crains dans quelques instants que nous ayons à constater à votre égard que n?est pas non plus Sarko qui veut !

M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Même s?il y a déjà une commission du Conseil qui n?est pas présidée par un membre de la majorité, je donne la parole à M. CARESCHE.

M. Christophe CARESCHE, adjoint. - Non, j?allais dire : ?N?est pas Jacques BRAVO qui veut?. Jacques BRAVO qui est l?actuel Président de la Commission des finances, et ce serait quand même dommage de se priver de ses compétences !

Ecoutez, ce v?u est intéressant, humoristique.

M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Distrayant.

M. Christophe CARESCHE, adjoint. - Distrayant, voilà.

C?est le genre de v?u que l?on fait en début de mandature, donc je vais dire à M. LEKIEFFRE que je laisserai le soin à nos successeurs, c?est-à-dire dans quelques mois, après les élections municipales, et au prochain Maire de Paris évidemment de prendre toutes les dispositions pour faire en sorte qu?il y ait un statut de l?opposition dans cette maison.

C?est dommage, Monsieur LEKIEFFRE, que vous n?ayez pas eu l?idée plus tôt. Voilà.

M. Christophe LEKIEFFRE. - Je n?avais pas lu le programme de Ségolène ROYAL !

M. Christophe CARESCHE, adjoint. - Donc, avis défavorable.

M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe U.M.P., assorti d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est repoussé.

La séance est suspendue.