Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche relatif au site Parcoursup.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2018


 

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Nous examinons le v?u n° 39 relatif au site Parcoursup.

La parole est à M. Nicolas BONNET-OULALDJ.

M. Nicolas BONNET-OULALDJ. - Merci, Monsieur le Maire.

Notre v?u a trait à la loi relative à la réussite et à l?orientation des étudiants qui est encore en cours d?étude au Sénat.

Tout le monde sait ou plutôt tout le monde de bonne foi sait que cette loi va instaurer une sélection généralisée dans toutes les universités. Certes, elle l'instaure "mine de rien", comme l?écrit Robert GARY-BOBO, conseiller de M. MACRON, mais personne n?est dupe.

Cette loi s?insère de façon très cohérente dans un agenda ultra-libéral. Elle prévoit donc des universités d?excellence, attirant les moyens et les meilleurs étudiants, et des universités de seconde zone accueillant les jeunes considérés comme de seconde zone, le système à l?américaine dont on sait qu?il produit une société profondément inégalitaire.

Avec la réforme du Bac qui s?annonce, le Gouvernement va de facto figer les jeunes très tôt dans leur parcours scolaire et donc dans leur parcours de vie. Alors que le nombre d?étudiants ne cesse de croître chaque année, cette loi vise non pas à répondre au choc démographique en augmentant les capacités d?accueil mais à instaurer de nouvelles gares de triage.

Nous avions déjà voté dans cette Assemblée un v?u demandant au Gouvernement de retirer cette loi sur la sélection. Nous continuerons par ce v?u sur les conséquences concrètes de cette loi. En effet, avec cette loi, les étudiant-es émettront des choix mais qui pourront être tous refusés par les établissements qu?ils auront demandés. Le Gouvernement l?a d?ailleurs bien pris en compte puisqu?il prévoit dans ce cas que le Rectorat pourra imposer une filière d?études à un-e étudiant-e, quand bien même elle ne correspondrait pas à ses choix. Imposer à quelqu?un d?étudier ce qu?il ne souhaite pas, c?est toute la considération que les soi-disant libéraux accordent à la liberté de choisir sa vie.

Par notre v?u, nous demandons à ce qu?une information soit donnée à la Ville par le Rectorat pour faire le point régulièrement sur ce genre de cas. Nous demandons aussi que les statistiques de refus des universités nous soient communiquées.

Vous l?aurez compris, je terminerai par-là, nous serons mobilisés sur le sujet à l?avenir, car en plus d?abandonner l?objectif de la massification de l?accès au supérieur, en plus d?instaurer de profondes inégalités, ce texte participe d?une réelle violence sociale sur un fond de médiocrité austéritaire.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à Mme Marie-Christine LEMARDELEY.

Mme Marie-Christine LEMARDELEY, adjointe. - Cher Nicolas BONNET-OULALDJ, vous déposez un nouveau v?u relatif à Parcoursup et vous vous inquiétez du fait que ce nouveau dispositif puisse ouvrir la voie à une sélection à l?entrée aux universités et plus généralement des effets induits par sa mise en place.

Je rappelle que, comme vous, l?Exécutif est bien sûr attaché au droit inconditionnel à poursuivre des études dans l?enseignement supérieur, et donc opposé à la sélection et favorable à une politique d?orientation des étudiants qui soit efficace tout en respectant leur liberté de choix.

Parcoursup est encore en cours de déploiement, il faut donc observer attentivement et en temps réel l?ensemble des modalités de ce dispositif. Mais en tout état de cause, nous partageons tout à fait votre volonté de vigilance quant à la non-sélection, quant à l?attention portée au cas des étudiants qui verraient leur choix d?orientation refusé et globalement quant au fonctionnement du nouveau dispositif dans son ensemble.

D?ores et déjà, divers points d?alerte nous ont été transmis. Nous sommes dès maintenant en lien étroit avec le Recteur à ce sujet, avec qui nous entretenons une relation de travail fluide et constructive. Les amendements que je propose à votre v?u visent à expliciter cette position de vigilance dans les considérants, et dans les attendus à bien préciser qu?elle s?exercera notamment en lien avec l?Académie de Paris et les établissements d?enseignement supérieur. Nous saisirons donc le Rectorat afin d?obtenir des points réguliers et rapprochés sur l?état des affectations des étudiants parisiens et au sein de l?Académie de Paris. Sous réserve d?acceptation de ces amendements, j?émets donc un avis favorable de l?Exécutif à votre v?u.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Merci beaucoup.

J?ai une demande d?explication de vote de M. AURIACOMBE.

M. Pierre AURIACOMBE. - Merci.

Si le v?u en tant que tel demande juste des informations, nous n?y sommes pas opposés bien évidemment. En revanche, nous ne pouvons pas voter sur les attendus du v?u, les considérants avec lesquels nous ne sommes largement pas d'accord. Nous voterons donc contre le v?u, non pas sur la demande en tant que telle mais sur les considérants. Merci.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Merci.

La proposition d'amendement est-elle acceptée ? Oui.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 39 ainsi amendé avec un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u amendé est adopté. (2018, V. 15).

V?u déposé par Mme SIMONNET