Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif à la préservation des T.E.P.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2018


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le v?u n° 23 est relatif à la préservation des T.E.P.

Danielle SIMONNET, vous avez deux minutes.

Mme Danielle SIMONNET. - Mes chers collègues, je remets à nouveau ce sujet sur la table, parce que des habitantes et des habitants ne décolèrent pas et veulent à tout prix défendre les terrains d'éducation physique en accès libre, à la fois parce que ces T.E.P. sont des lieux accessibles pour tous les jeunes et donc gratuits, et qu'ils sont extrêmement importants parce qu'ils permettent vraiment cette appropriation de l'espace public par les jeunes. Il y a besoin de cette soupape de liberté pour les jeunes dans les quartiers. Première chose.

Deuxièmement, pour des raisons écologiques, nous avons une ville ultra dense. Il faut cesser de bétonner et sur-bétonner Paris. On a besoin de préserver ces espaces non construits, non bâtis qui, généralement, jouxtent aussi un peu de verdure, même si bien souvent, ils ne sont pas des espaces verts à proprement parler puisque souvent bitumés. Il faut aussi respecter cela.

A travers ce v?u, je propose que le Conseil de Paris fasse en sorte que l'ensemble des T.E.P. parisiens, comme le stade Ménilmontant, puisqu'il s'agit de cela, soient classés dans le P.L.U. en zone urbaine verte inconstructible, comme ce fut fait pour le stade Championnet dans le 18e arrondissement. Vous allez me dire qu'on a déjà eu le débat sur le P.L.U., pourquoi le réchauffer maintenant ? Mais parce qu'à un moment donné, prendre ce geste symbolique entre nous ici signifie que nous souhaitons véritablement préserver l'ensemble de ces mètres carrés.

Cela me semble important de le faire.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre, Jean-Louis MISSIKA.

Nous aurons ensuite une explication de vote du groupe Ecologiste.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Madame SIMONNET, on a déjà eu l'occasion d'aborder ce sujet dans plusieurs cadres, que ce soit à l'occasion de la modification du P.L.U. votée en 2016 par l'ensemble des groupes de la majorité, ou dans le cadre des débats sur le projet du T.E.P. Ménilmontant.

Avec ce nouveau v?u, il me semble que vous confondez certaines dispositions et règles du P.L.U. D'abord, je voudrais vous donner quelques précisions sur l'état actuel des T.E.P. sur le territoire parisien. Ils représentent 82 équipements couvrant une surface de 27,86 hectares, dont près de 50 % sont en zone U.V., avec seulement 33 T.E.P.

Par comparaison, les Buttes-Chaumont occupent 25 hectares, et le Père-Lachaise occupe 45 hectares. Quand vous demandez que l'ensemble des terrains d'éducation physique soient classés dans le P.L.U. en zone urbaine verte, je voudrais vous rappeler que cela ne les rend absolument pas inconstructible, puisqu'il est tout à fait possible, par exemple, d'y construire des bâtiments tels qu'une piscine, un gymnase ou même un crématorium.

Je tiens toutefois à vous rassurer sur le fait que chaque situation de T.E.P. est unique et mérite d'être analysée au cas par cas. Car certains T.E.P., qui sont en zone U.V. présentent des délaissés et des espaces non utilisés pour lesquels on peut se poser la question de leur devenir, au regard de besoins identifiés localement.

Mais le but, et je voudrais être clair sur ce point, n'est pas de le faire au détriment d'une activité ni de densifier à outrance. Il s'agit de pouvoir se donner la possibilité de diversifier l'offre en fonction des besoins d'un quartier, tout en tenant compte du contexte urbain.

On peut d'ailleurs citer comme autre exemple qui illustre mes propos, l'opération T.E.P. Davout, pour laquelle vous avez d'ailleurs voté la délibération en septembre 2015, qui concerne la construction d'une piscine sur la parcelle du T.E.P. Davout dans le 20e arrondissement, dans le cadre de cette mandature, pour venir pallier le manque en matière de piscines dans l'Est parisien. Pour ces différentes raisons, je vous demande de retirer votre v?u, ou j'émettrai un avis défavorable.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je suppose que vous maintenez votre v?u, Madame SIMONNET.

Explication de vote, David BELLIARD.

M. David BELLIARD. - Sans surprise, nous voterons ce v?u de notre collègue Danielle SIMONNET, même si on ne l'aurait pas écrit tout à fait comme cela, pour trois raisons.

D'abord, notre opposition au projet Ménilmontant que nous avons déjà exprimée à plusieurs reprises au sein du Conseil de Paris. Ensuite, notre attachement à la préservation des T.E.P. qui permettent des pratiques du sport à des jeunes issus de quartiers défavorisés, voire très défavorisés.

Enfin, troisième argument, nous sommes attachés à la préservation d'espaces de pleine terre pour des questions notamment de perméabilité des sols.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 23 avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u n° 23 est rejeté.