Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Parisiens, Progressistes, Constructifs et Indépendants relatif à la mise en place d'une mission de maintenance urbaine.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2018


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous examinons donc maintenant le v?u référencé n° 77 relatif à la mise en place d?une mission de maintenance urbaine.

La parole est à M. Jérôme DUBUS.

M. Jérôme DUBUS. - Nous sommes tous pressés ce soir. On n?a pas envie que cela dure.

Je demande à l?assistance de se reporter à la discussion que nous avons eue hier sur la propreté, parce que ce v?u n?a rien à faire dans la 2e Commission, si ce n?est qu?il s?adresse au premier adjoint.

Je l?ai déjà présenté hier lors de la discussion sur la propreté : je ne le représente donc pas, mais je le maintiens. Merci, Monsieur JULLIARD.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. JULLIARD.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Merci, Jérôme DUBUS. Merci, Monsieur le Maire.

Ce v?u nous permet effectivement de revenir sur quelques démarches essentielles engagées ces dernières années pour progresser sur ce que nous appelons, de manière - il faut le reconnaître - un peu "techno", la gestion de l?espace public, c?est-à-dire, tout simplement, la gestion du quotidien des Parisiens, de leur cadre de vie. C?est aussi, bien sûr, une question d?image pour notre ville, auprès de tous les visiteurs que nous accueillons.

Par essence, l?espace public est un espace commun, complexe, qui appelle l?intervention de nombreux services de la Ville. C?est pourquoi la Ville vient de mettre en place un dispositif à plusieurs étages pour mieux gérer cet espace.

D?abord une nouvelle secrétaire générale adjointe, vingt coordinateurs territoriaux et des équipes transverses qui vont être étendues à l?ensemble des arrondissements au printemps. C?est le travail de Laurence GIRARD, secrétaire générale adjointe, et de ses équipes, qui ont pris le problème à bras le corps avec, par exemple, la mise en place de la démarche "Objectif Paris Propre". Au niveau central, ce nouveau dispositif permet d?ores et déjà la coordination des services de propreté, de la voirie, des espaces verts, sur les grands chantiers comme, par exemple, les nouvelles places. Au niveau local, le dispositif des coordinateurs de l?espace public a été réactivé. Il s?agit de doter chaque arrondissement d?un poste de cadre technique référent issu de la DEVE, de la DVD ou encore de la DPE, chargé d?assurer la coordination des actions sur l?espace public de l?arrondissement. Au-delà, nous avons acté la mise en place d?équipes transverses chargées de repérer et régler les dysfonctionnements les plus courants. Y participent la DEVE, la DPE, la DVD, mais aussi la DPSP, et aussi les services sociaux car le dérèglement de l?espace public a souvent des causes sociales qu?il convient de traiter socialement. Les maires d?arrondissement connaissent parfaitement ces dispositifs et savent en faire bon usage. L?anarchie que vous décrivez dans votre v?u témoigne surtout d?une méconnaissance certaine du fonctionnement de notre ville et des dispositifs que nous mettons en ?uvre. Pour n?en prendre qu?un exemple, je me permets de vous informer que concernant les murs tagués, dont vous faites mention, un marché existe qui permet à chaque citoyen témoin d?un tag visible sur l?espace public de faire appel au service qui agit en un temps record. C?est le cas déjà aujourd?hui. Vous laissez croire que la Ville et ses agents resteraient inactifs et impuissants devant ce que vous dépeignez comme une situation apocalyptique, ce que vous faisiez déjà hier matin. Faute de proposition réellement nouvelle dans votre v?u et puisque d?autres ne relèvent pas de votre autorité, notamment l?organisation des délégations au sein des Exécutifs d?arrondissement, je vous demanderai de bien vouloir retirer votre v?u. Vous avez déjà dit que vous le mainteniez, ce sera donc un avis défavorable.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Vous le maintenez, Monsieur DUBUS ? J?avais bien senti.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Parisiens, Progressistes, Constructifs et Indépendants, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée. V?u déposé par Mme SIMONNET relatif aux travaux du théâtre du Châtelet.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le v?u référencé n° 78 est relatif aux travaux du théâtre du Châtelet.

La parole est à Mme Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Mes chers collègues, vous avez tous vu, en vous promenant non loin d?ici, l?immense bâche publicitaire géante pour les marques de téléphone portable qui sont apposées sur les échafaudages sur la façade du théâtre du Châtelet, propriété de la Ville de Paris, actuellement fermé pour travaux.

Or, ces bâches sont totalement illégales, au regard du règlement local de publicité ou bien du Code du patrimoine. Je ne vous prends qu?un exemple : la taille de la publicité excède complètement 50 % de la surface totale de la bâche support ; la durée de l?affichage ne devrait pas excéder l?utilisation effective des échafaudages, mais nous n?avons aucune garantie sur ce point. Et il y a d?autres raisons, mais je vous invite à lire le v?u pour comprendre cette illégalité.

Sachez, par ailleurs, qu?en plus de cela, vous avez un tunnel piéton, en-dessous de l?échafaudage, qui ne sert absolument pas aux travaux, qui se limitent aux travaux de la corniche et qui ont besoin de l?échafaudage pour cela, mais pas de ce tunnel piéton. Le tunnel piéton sert simplement au changement de la bâche ! Rien que ce tunnel piéton, qui ne sert qu?au changement de la bâche, c?est-à-dire quelques heures tous les mois, lorsque le publicitaire a envie de renouveler la publicité, nuit énormément aux commerçants. Résultat : les commerçants ont comptabilisé une baisse de 40 % de leur activité, ce qui met en danger la survie économique de certains des commerces de cette rue.

Pour toutes ces raisons, à travers ce v?u, je demande que la bâche publicitaire non réglementaire apposée sur le théâtre du Châtelet soit retirée, parce que sa taille ne correspond pas à la taille qu?elle devrait respecter ; que le tunnel piéton soit retiré ; et qu?une concertation ait lieu pour fournir aux commerçants toutes les précisions sur la durée et la nature réelle des travaux en cours ; et que les commerçants qui exercent dans les locaux du théâtre soient indemnisés de manière rétroactive au regard des préjudices subis, puisque la Ville, elle, récupère beaucoup d?argent en bénéficiant de cette bâche publicitaire.

Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Pourtant, quand on voit les prix du "Zimmer"?

La parole est à M. Bruno JULLIARD.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Chère Danielle SIMONNET, nous avons déjà parlé à plusieurs reprises de ces bâches publicitaires pour rénover parfois nos églises, en l?occurrence ici le théâtre du Châtelet. Vous y êtes opposée depuis le début. Nous avons eu l?occasion d?expliquer à plusieurs reprises les raisons pour lesquelles nous y sommes favorables.

J?aimerais qu?il y ait autant d?entrain à souligner le fait que la Ville de Paris va investir, elle-même, 26,5 millions d?euros publics pour financer les travaux du théâtre du Châtelet, ce à quoi nous pourrons rajouter 5 millions d?euros de financements extérieurs privés, notamment de la publicité, ce qui nous permettra de faire plus, nettement plus, notamment sur la façade et le toit que ce que nous aurions pu faire seuls.

Contrairement à ce que laisse entendre votre v?u, l?exploitation publicitaire de cette bâche sur l?échafaudage du théâtre du Châtelet est totalement autorisée sur les immeubles classés monuments historiques, y compris dans son dimensionnement, mais la justice aura l?occasion de le dire dans très peu de temps, je le crois.

Je ne reviens pas sur l?ensemble des démarches juridiques, si ce n?est pour vous dire que vous reprenez aussi dans votre v?u ce que certains plaignants ont indiqué, à savoir que l?échafaudage ne serait qu?un prétexte permettant l?exploitation publicitaire, et qu?il ne serait pas utile aux travaux - qu?il s?agirait, en somme, d?un échafaudage fictif. Autant je peux entendre votre opposition de principe aux bâches publicitaires, autant je ne voudrais pas que nous laissions raconter n?importe quoi sur la démarche engagée par la Ville. Evidemment, ces échafaudages sont bien utiles et ce, dès à présent : cela a été utile pour un repérage de l?ensemble des pathologies de la façade, ainsi que des chantiers tests qui sont en cours pour établir différents protocoles d?intervention, comme il était obligatoire de procéder sur les monuments historiques. Par ailleurs, des travaux sont en cours sur la toiture.

Conformément aux demandes de l?Inspection du travail, ces échafaudages font office de protection collective pour les travailleurs qui interviennent en hauteur et nous permettent donc d?y apposer de la publicité.

S?agissant, enfin, du dialogue avec les riverains, dont les commerçants, il a bien sûr été nourri et a permis d?adapter, autant que possible, les implantations de chantiers et d?échafaudages pour réduire les nuisances. Nous n?avons pas pu répondre à toutes les demandes, notamment des commerçants. Ce dialogue doit se poursuivre pour minimiser leur gêne qui, malheureusement, restera réelle, je le concède, et évoquer avec eux les enjeux d?indemnisation, si cela se justifie. Avis défavorable à votre v?u.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par Mme SIMONNET, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Monsieur DUBUS ? La parole va revenir à Danielle SIMONNET, si vous pouviez?

Merci.