Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants relatif à la promotion du "street art" féminin.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2018


 

Mme la MAIRE DE PARIS. - Nous poursuivons. Le v?u référencé n° 98 est relatif à la promotion du "street art" féminin. Nous ne sortons pas de cette même problématique, ce qui ne m'étonne pas, et je donne la parole à Laurence GOLDGRAB, présidente du groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants.

Mme Laurence GOLDGRAB. - Madame la Maire, merci beaucoup.

Mes chers collègues, en septembre 2014, mon groupe avait déposé un v?u visant à la création de 200 lieux de "street art" dans Paris. Ce v?u avait été adopté à l'unanimité et apparemment le recensement est en cours ; je n'en sais pas plus. Ce v?u sera en tout cas, je l'espère, l'occasion de remettre le sujet à l'ordre du jour.

Surtout, ce v?u est pour nous l'occasion de réinterroger la présence des femmes dans l'espace public, car si les artistes de "street art" français sont reconnues internationalement pour certaines d'entre elles - je pense notamment à "Miss Tic" ou à "Vinie Graffiti" -, elles sont hélas très peu visibles sur nos murs.

Le "street art" connaît un véritable essor et il nous apparaît important que les femmes y prennent toute leur place et que des lieux leur soient donc réservés. C'est tout le sens de notre v?u. L'opération "Plus belle Paris" qui a été annoncée pourrait d?ailleurs être l'occasion de mettre les femmes à l'honneur. Encore une fois, j'insiste, le "street art" est un moyen d'appropriation de l'espace public et ce dernier doit être davantage approprié par les femmes, pour qui l'espace public est aujourd?hui naturellement hostile dans sa conception mais également dans son occupation, souvent trop masculine. Je ne vais pas revenir sur le nom des rues, le nom des places, le nom des stations de métro, où les femmes sont?

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Non, en revanche, je vais demander à tout le monde de descendre d'un cran, car on est en train de parler d?un sujet important. Vous pouvez toujours discuter à l'extérieur de l'hémicycle. On écoute Mme GOLDGRAB.

Mme Laurence GOLDGRAB. - Voilà, je vais terminer en disant que l'objectif de notre v?u est d'éveiller, de susciter des vocations, de montrer à des jeunes filles que cette forme d?art leur est ouvert et qu?il est même un formidable moyen de prendre la place qui doit être la leur dans l'espace public. Merci beaucoup.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci, Madame GOLDGRAB. Il n'y a pas de citadelle interdite.

La parole est à M. Bruno JULLIARD pour répondre.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Merci beaucoup.

Absolument, Madame la Maire, et merci beaucoup pour la présentation de ce v?u qui nous permet de redire notre attachement à la promotion d?esthétiques trop peu représentées jusqu'ici, dont le "street art" fait partie.

Comme vous l?avez rappelé, nous nous sommes lancés dans une importante démarche de commande publique de murs de "street art" sous la direction artistique de "La Place", le nouveau centre culturel dédié au Hip Hop, notamment. De nombreux murs ont déjà été réalisés. Je fais référence à l'ensemble des réalisations fameuses dans le 13e arrondissement sous l?impulsion de Jérôme COUMET, mais aussi dans le 20e arrondissement. La récurrence des projets de "street art" votés au budget participatif démontre par ailleurs le désir fort des Parisiens et des Parisiennes de renforcer la présence de cet art dans l'espace public.

Votre v?u qui appelle notre vigilance pour un nécessaire renforcement de la visibilité des artistes femmes, notamment en matière de "street art", me permet déjà de revenir sur l'échange que nous avions eu auparavant sur le plan que nous avons lancé en faveur de l?égalité dans la culture, notamment la promotion de la création artistique féminine. Vous avez raison, Madame la Maire, de dire qu'il ne peut pas exister de forteresses assiégées. Il se trouve que dans le domaine du "street art" nous avons encore beaucoup de progrès à accomplir. C'est une commande que nous passons systématiquement à la direction de "La Place". Force est de constater que nous avons besoin encore d'être plus convaincants dans ce domaine, même si nous avons déjà de premières belles réalisations dans le 10e avec l'artiste Vinie ou encore dans le 12e avec l?artiste Stoul.

Cependant, je partage tout à fait votre avis, nous devons rester plus que vigilants pour continuer à donner de la visibilité à ces artistes femmes encore trop peu représentées aujourd'hui.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci, Monsieur JULLIARD.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2018, V. 103).

V?u déposé par le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants