Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Socialiste et Apparentés relatif à la construction du nouveau lycée Paul Valéry.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2018


 

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Nous examinons le v?u référencé n° 39 relatif à la construction du nouveau lycée Paul Valéry.

La parole est à Mme Catherine BARATTI-ELBAZ, maire du 12e arrondissement, pour deux minutes.

Mme Catherine BARATTI-ELBAZ, maire du 12e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

Courriel du proviseur du 8 décembre 2016, courrier du proviseur du 30 janvier 2017, Conseil d?administration du lycée du 9 novembre 2017, courriel du 16 février 2018, Conseil d?école du secteur, interpellation des parents d?élèves, courrier des riverains, interpellation des conseillers de quartier, autant de sollicitations de la communauté éducative et des habitants du 12e arrondissement en quête de réponse sur le projet de construction du nouveau lycée Paul Valéry.

Loin des polémiques politiciennes, il est de ma responsabilité aujourd?hui de maire du 12e arrondissement de relayer ces attentes sur un dossier bien concret de mon arrondissement qui implique directement la Région Ile-de-France sur ses responsabilités les plus évidentes, celle des lycées, et par extension celle des cités scolaires.

Le projet de reconstruction du lycée Paul Valéry a été défini, il y a plusieurs années, faisant suite au constat partagé de la vétusté de la cité scolaire Paul Valéry qui n?offre plus aujourd?hui les conditions d?études adaptées pour l?ensemble de la communauté éducative.

Ce projet a été acté en 2011, avec l?affectation des crédits nécessaires à sa réalisation par la Région Ile-de-France. Un architecte a été désigné en juin 2015 et le démarrage des travaux était prévu à l?été 2017. Nous avions tenu une réunion publique avec la vice-présidente en charge des lycées dès octobre 2015 dans le 12e arrondissement. Pourtant, depuis l?arrivée de la nouvelle majorité régionale, je suis obligée de constater que ce nouveau lycée fait figure de chimère pour l?ensemble de la communauté éducative qui est désormais un peu à cran. En effet, le permis de construire a été rejeté par la Préfecture de police, faute de contenir un poste de secours. Le calendrier du chantier est sans cesse repoussé et aucune information à destination de la communauté éducative ni de la Ville de Paris n?est aujourd?hui disponible. J?ai donc été sollicitée à de nombreuses reprises et comme je l?indiquais...

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Madame la Maire, je vais vous inviter à conclure, je suis désolé.

Mme Catherine BARATTI-ELBAZ, maire du 12e arrondissement. - Oui. Comme aujourd?hui je n?ai pas de réponse, je fais ce v?u. Et je trouve que les Parisiens sont légitimes à interpeller le Conseil régional sur ses compétences et que les élus parisiens que nous sommes sont légitimes à demander à la Maire de Paris d?interpeller la présidente de la Région Ile-de-France pour avoir des informations.

Je vous remercie.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Madame la Maire.

Pour vous répondre, la parole est à Patrick BLOCHE, pour deux minutes.

M. Patrick BLOCHE, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Je profite d?ailleurs du début de mon intervention pour corriger une erreur que j?ai faite tout à l?heure. Déjà concentré sur la réponse que j?allais faire à Catherine BARATTI-ELBAZ, j?ai parlé pour Turgot de cité scolaire par erreur en répondant à Mme HAREL. En fait, j?évoquais simplement le fait que les collégiens de Montgolfier profitaient de la demi-pension du lycée Turgot. Je corrige, Turgot n?est pas une cité scolaire, mais Paul Valéry est une cité scolaire.

Je vous remercie, Madame la Maire et les élus du 12e arrondissement, d?avoir pris l?initiative de cet excellent v?u, car effectivement le silence de la Région est inquiétant. De ce fait, je tiens à signaler pour compléter votre propos qu?un courrier du Secrétaire général a été adressé début mars au directeur général du Pôle Lycées de la Région pour proposer l?élaboration d?un protocole foncier permettant de traiter l?ensemble des sujets fonciers liés à l?opération d?aménagement, et de formaliser les engagements réciproques des deux parties afin de relancer sur de bonnes bases cette opération.

C?est dans ce contexte que je donne évidemment au nom de l?Exécutif un avis tout à fait favorable à votre v?u.

Madame la Maire, et plus généralement tous les élus du 12e arrondissement, je veux vous assurer une nouvelle fois de notre mobilisation à vos côtés pour d?abord débloquer cette situation et permettre l?avancée de cette importante opération dans l?intérêt des jeunes Parisiens et de leur famille, notamment de l?arrondissement dont vous êtes la maire.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Monsieur BLOCHE.

J?ai une explication de vote du groupe LR, par la voix de Mme MONTANDON, pour une minute.

Mme Valérie MONTANDON. - Merci, Monsieur le Maire.

La Région et la Ville ont travaillé en effet sur un projet de partition foncière de reconstruction des lycées puis des collèges. Contrairement à ce qui est suggéré dans ce v?u, le retard n?est pas imputable à la nouvelle majorité régionale. A son arrivée en décembre 2015, la rénovation des lycées avait déjà deux ans de retard. Vous avez raison, Madame la Maire, cela a été lancé en 2011, mais en 2015 il y avait déjà deux ans de retard, ce qui incombe donc à la majorité présidée par M. Jean-Paul HUCHON.

Lors de la Commission permanente de juillet 2017, la Région a justement engagé l?ensemble des crédits pour 40.228.000 euros permettant le lancement des travaux dans les meilleurs délais possibles. Grâce à la mobilisation des crédits, le permis de construire a pu être élaboré et déposé sans délai. Mais il a cependant été refusé par la Ville de Paris fin 2017, parce que vous vous cachez derrière la Préfecture, mais vous savez très bien que vous avez été partie prenante. Dans la décision de rejet, la Ville est loin d?être innocente.

Le v?u aujourd?hui est malvenu, d?autant plus qu?au-delà de ce rejet de permis de construire, le calendrier des travaux dépend de l?acceptation du permis de construire...

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Cela me semble dépasser une explication de vote, Madame MONTANDON, mais je vais vous inviter à conclure pour expliquer votre vote.

Mme Valérie MONTANDON. - Voilà, votre v?u est malvenu. Des réunions sont prévues, vous le savez pertinemment.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Et donc vous voterez ?

Une Intervenante. - Elle est interpellée, évidemment qu?elle répond !

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Madame PÉCRESSE, vous avez changé !

Mme Valérie MONTANDON. - Vous vouliez une réponse. Voilà !

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Socialiste et Apparentés, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2018, V. 81).

V?u déposé par les groupes Socialiste et Apparentés, Communiste - Front de Gauche et