Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Hommage aux victimes de l'attentat terroriste du vendredi 2 mars dernier au Burkina Faso.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2018


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, c?est malheureusement devenu une tradition à laquelle nous ne nous habituerons pourtant jamais, parce qu?il n?est pas concevable de s?habituer à la violence et au terrorisme. Nous ouvrons donc ce Conseil de Paris par un nouvel hommage aux victimes du terrorisme, qui frappe encore et toujours, partout et obstinément.

Vendredi 2 mars, une double attaque meurtrière a visé à Ouagadougou l?ambassade de France et l?état-major général des armées. Huit militaires ont été tués et 77 autres blessés. Ces hommes ont payé de leur vie le fait d?avoir protégé leur pays et la représentation de la France sur leur sol. Non, ils n?étaient pas au mauvais endroit au mauvais moment, mais tout simplement dans l?accomplissement de leur devoir.

Le Burkina Faso et sa capitale sont régulièrement visés par les terroristes. La France reste également bien sûr une cible bien au-delà de son territoire, comme en témoignent ces attaques. Je veux témoigner ma solidarité à l?égard des personnels de l?ambassade, à l?égard du Président KABORÉ, du Maire de Ouagadougou, Armand BÉOUINDÉ, et des forces burkinabées. Le terrorisme a aussi frappé à Aden, au Yémen, le 24 février et le 13 mars derniers, faisant 10 morts - parmi eux, des enfants - et une cinquantaine de blessés. Ces attentats revendiqués par l?Etat islamique visaient le centre d?approvisionnement d?une force de sécurité et l?unité de lutte antiterroriste. Aux victimes, d?où qu?elles soient, nous voulons le dire, nous sommes à leurs côtés dans la lutte contre le terrorisme. Paris est debout, vigilante, et parlera. En leur hommage, je vous demande d?observer une minute de silence.

(L'Assemblée, debout, observe une minute de silence).

Je vous remercie.

Nous reviendrons sans doute plus tard, au prochain Conseil, également sur la mort, l'assassinat de notre collègue à Rio, conseillère municipale de Rio, Marielle Franco, qui a été tuée. Je pense que nous serons amenés, avec l'ensemble du Conseil de Paris, à lui rendre hommage spécifiquement. Il ne s'agit pas de la même forme de terrorisme, mais d'une même violence qui tue. Nous y reviendrons bien évidemment, mais je souhaitais ici rester aussi dans la tradition et dans la vigilance qui est la nôtre et le soutien vis-à-vis de toutes les victimes du terrorisme.