Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Z.A.C. "Paris Rive gauche" (13e). - Projet Campus Mode. - Avenants n° 1 aux conventions conclues le 20 décembre 2005 et le 12 juillet 2006 avec Ports de Paris et la S.C.I. "Docks en Seine". Vœu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif à la création d'un musée dédié à l'animation 2D et 3D, au jeu vidéo et à la bande dessinée.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2018


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DU 21 et l'amendement n° 87 qui y est rattaché, qui pourra donner lieu à une explication de vote, ainsi que le v?u référencé n° 88 de même. Il s'agit de la Z.A.C. "Paris Rive gauche".

La parole est à Béatrice LECOUTURIER, puis Jérôme COUMET.

Mme Béatrice LECOUTURIER. - Merci beaucoup. Je voulais intervenir sur ce projet de campus de la mode qui nous est proposé dans le 13e arrondissement, car après 4 projets de relance depuis l'ouverture de la Cité de la mode et du design en 10 ans, triste record, nous sommes amenés à nous prononcer aujourd'hui sur un nouveau projet qui vise à accueillir une nouvelle école de mode issue de la fusion de l?Institut français de la mode et de l'Ecole de la chambre syndicale de la couture parisienne.

Le groupe UDI-MODEM votera ce projet de délibération, car nous trouvons ce projet intéressant. Il renforce la présence d'un public stable, sédentaire, à savoir les étudiants, ce qui permet d'éviter d'avoir un lieu semi-désert durant la moitié de l'année et de limiter les pertes financières, déjà considérables pour ce projet. Le fait de conserver des night-clubs et des bars nous semble essentiel, car il permet, malgré tout, que les docks continuent d'être ouverts d'une manière ou d'une autre au public et ne deviennent pas un lieu exclusivement privé.

En outre, le projet pédagogique porté par cette école est intéressant, car la fusion de ces deux établissements permettra de proposer des formations allant du C.A.P. au doctorat, et donc, d'attirer des étudiants venant de divers horizons, aux parcours universitaires différents.

Néanmoins, nous regrettons le départ du musée Art ludique ces jours prochains. Ce départ est une mauvaise nouvelle pour l'image de Paris, tant pour les expositions proposées par le musée à travers le monde faisant l'objet d'un succès populaire et critique important, mais également car il s'agissait du seul lieu à Paris consacré exclusivement aux jeux vidéo, à la bande dessinée ou au cinéma d'animation.

A l'heure où, à Charenton, le centre commercial Bercy 2 va laisser place à un cluster d'entreprises dédiées aux jeux vidéo et à l'animation 3D, la nécessité pour Paris de disposer d?un espace muséal et d?exposition consacré à ces formes d?art, dont la France est un fer de lance à travers le monde, prend tout son sens.

C?est l?objet de notre v?u qui vise dès à présent à mettre en place un groupe de travail qui définira la mise en place d?un lieu muséal dédié à la bande dessinée, à l?animation, aux jeux vidéo, voire à d?autres formes d?art proches qui correspondent à un vrai savoir-faire parisien qu?il faut absolument valoriser.

Je terminerai d?un mot concernant les loyers payés par la Cité de la mode au Port autonome de Paris. Nous regrettons que la réforme du statut de Paris n?ait pas été l?occasion pour la Ville de récupérer plus de compétences sur celles du Port autonome. Ce n?est pas la première fois que les coûts de location exorbitants demandés par le Port autonome mettent en danger certains projets ou les retardent. C?est le cas de la Cité de la mode, mais ce fut aussi le cas des "Sea Bubbles", à qui le Port autonome demandait un tarif trop élevé pour l?installation de ces stations d?embarquement.

Nous considérons que Paris doit récupérer la main sur cet espace public majeur de la capitale. Il s?agit d?une décision qui, bien sûr, relève de l?Etat, mais, Monsieur le Maire, sachez que nous appuierons toute initiative visant à aller dans ce sens et qui visera à une simplification administrative qui se fait de plus en plus pressante. Toute strate en moins est bonne à prendre.

Dans l?attente d?une évolution hypothétique de ce statut, peut-être pourriez-vous jouer un rôle de médiation auprès du Port autonome, afin que celui-ci puisse pratiquer des loyers plus abordables. Je suis certaine que ce serait à sa portée, pour peu qu?il accepte de faire le même effort en termes d?économies que celui demandé aux collectivités territoriales.

Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Jérôme COUMET.

M. Jérôme COUMET, maire du 13e arrondissement. - J?ai écouté avec une grande attention ma collègue Béatrice LECOUTURIER et je partage entièrement ses propos, y compris dans ses conclusions. C?est-à-dire que mis à part que c?est maintenant le Port de Paris, et non le Port Autonome, mais cette évolution sémantique n?a pas provoqué une évolution totale et entière de son positionnement, le Port de Paris reste assez autonome par rapport à la Ville de Paris et c?est un véritable problème.

En tout cas, ce projet de délibération est vraiment important. Il permet de donner une nouvelle impulsion à la Cité de la mode, en renforçant tout simplement sa vocation initiale et en accompagnant la création d?un très grand pôle autour de la mode et des écoles de la mode, avec une échelle qui permettra une meilleure insertion dans l?univers international. Il y avait déjà la qualité et il y aura maintenant la quantité, si je puis dire. En tout cas, on pourra se comparer au campus de Londres notamment et ce sera un élément tout à fait important.

Pour autant, vous avez raison, chère collègue, il y a l?avenir du musée Art ludique. C?est une institution tout à fait remarquable, qui a montré tout son savoir-faire en créant des expositions extrêmement intéressantes et qui font aujourd?hui le tour du monde. Elles font le tour du monde tout simplement parce qu?elles sont appelées par d?autres institutions à travers le monde, en Europe mais aussi ailleurs, en Corée, au Japon, etc. Cela montre tout à fait l?intérêt de cette institution qui s?est créée récemment.

Il m?avait été indiqué par la Caisse des dépôts que ce nouveau projet des écoles de la mode ne remettrait pas en cause l?implantation du musée Art ludique. Pour autant, le musée Art ludique a été mis dehors. Je regrette amèrement que les efforts n?aient pas été faits pour leur permettre de rester sur le site. On savait qu?il y avait des impayés de loyer, soyons clairs, mais il n?empêche que je trouve regrettable que l?on n?ait pas pris les moyens nécessaires pour garder cette institution au sein de la Cité de la mode.

Pour ma part, j?essaierai de trouver de nouvelles implantations dans le 13e. Je ne sais pas si ce sera possible. En tout cas, je me réjouis de cette convergence de vue sur l?évolution de la Cité de la mode. Gardons le positif qui est que ce projet de délibération permettra cette nouvelle impulsion et la création de ce grand campus de la mode dans le 13e arrondissement qui est devenu le grand arrondissement universitaire.

Merci à vous.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Frédéric HOCQUARD.

Il y aura une explication de vote sur le v?u. D?accord.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Merci pour vos interventions. Effectivement, nous allons après de nombreuses discussions aboutir enfin à ce que nous puissions étendre le projet du campus mode sur la Cité de la mode.

C?est important parce que vous savez ce que représente la mode à Paris. C?est évidemment ce que l?on connaît au moment de la "Fashion Week", ce que l?on peut voir avec les défilés de mode des maisons de haute couture. Mais il faut aussi le rappeler, c?est toute une formation des écoles et un certain nombre d?ateliers et de métiers d?art installés dans cette ville, ce sont des écoles de formation présentes ici. C?est aussi pour cela, et surtout grâce à cela, que Paris rayonne dans le domaine de la mode.

Il faut pouvoir le rappeler à l?occasion de ce projet de délibération et à l?occasion de la signature de cet avenant sur la Z.A.C. "Paris Rive Gauche". Le projet Paris Campus mode va aussi permettre de donner une meilleure visibilité à l?Institut français de la mode en regroupant à cet endroit une formation qui ira du CAP jusqu?au doctorat, c?est-à-dire qui sera complète de ce point de vue.

Deuxième chose, effectivement ce campus de la mode, cette Cité de la mode a besoin aussi d?une "dynamique" peut-être un peu nouvelle. Ce n?est pas parce qu?elle est peu fréquentée, car je rappelle que c?est un des lieux nocturnes les plus fréquentés. Environ un million de personnes fréquentent cet endroit, mais en général après 22 heures 30 ou minuit plutôt qu?en journée. C?est un des gros lieux festifs nocturnes de cette ville et tant mieux. Ils resteront et seront présents à cet endroit-là.

Il y a évidemment une question d?équilibre économique à laquelle doit répondre cet avenant. Pour vous répondre plus précisément sur la question du musée Art ludique, nous avons été confrontés à une difficulté sur ce sujet et on avait déjà eu le débat en Conseil de Paris. Je rejoins ce que vous avez dit tous les deux, Monsieur le Maire et Madame la Présidente, sur le fait que ce musée Art ludique est particulièrement intéressant par rapport à ce qu?il peut développer, aux différentes expositions que l?on peut y trouver, à la synthèse que l?on peut avoir à cet endroit sur les questions à la fois d?art ludique, de bande dessinée, et les questions aussi liées à la vidéo et aux images animées.

Il y a une conciliation, puisqu?il y avait un arriéré de loyer extrêmement important entre la Cité de la mode et le musée Art ludique. Cette conciliation a malheureusement abouti au fait que le musée Art ludique a accepté de quitter la Cité de la mode avant la fin de l?année, en contrepartie du fait que le passif, la dette était apurée.

Nous n?avions pas évidemment à la Ville ni les moyens ni la volonté d?apurer cette dette. On est sur un lieu qui est totalement privé. Nonobstant, il serait dommage que le musée Art ludique et l?activité qui est portée disparaissent de la Ville de Paris et de notre territoire. Il n?est pas prévu - je parle sous la responsabilité de l?adjoint à la culture en charge de manière directe des équipements de la Ville - que nous les accueillions ni à la Gaîté lyrique ni au Forum des images, car ce ne sont pas les projets prévus à cet endroit, ni même que nous construisions un nouvel établissement dédié à cette question.

Par contre, avec le musée Art ludique et avec les services, notamment avec la DAE et avec vous, Madame la Présidente, nous pourrions regarder de quelle manière le musée Art ludique, projet privé, pourrait trouver une place à l?intérieur de cette ville. Je suis sûr que nous pourrions avec eux regarder, peut-être avec une période qui serait "hors les murs" pour l?instant - ils vont de toute manière avoir une grande exposition Miyazaki qui se trouvera de fait avec une période de hors les murs - mais qui puisse rester au niveau du territoire parisien, parce que sur l?offre qu?il représente, sur la dynamique et le rayonnement, je pense que le musée Art ludique a toute sa place dans la ville et sur notre territoire parisien.

Voilà pour vous répondre. Sur le v?u que vous avez déposé, j?émettrai, Madame la Présidente, sauf si vous le retirez, un avis défavorable sur ce v?u parce que nous ne pouvons pas nous engager tel que vous le préconisez dans votre v?u. Par contre, je vous propose que rapidement nous puissions rencontrer ou faire un groupe de travail, en tout cas que nous puissions nous voir avec vous et le musée Art ludique, que nous avons tous rencontré les uns et les autres bien évidemment et que j?ai vu récemment au mois de janvier, de manière à trouver une solution.

Voilà pour vous répondre sur les différents points et me satisfaire - il me reste quelques secondes - que sur ces questions de mode et sur cet espace, nous ayons un endroit qui soit rayonnant dans le domaine de la mode à Paris.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

L?amendement n° 87 du groupe Socialiste et Apparentés est-il maintenu, Jérôme COUMET ?

M. Jérôme COUMET, maire du 13e arrondissement. - Non, il est évidemment retiré puisque le protocole a été signé. La concertation a été quand même très orientée vers leur départ, on va dire cela.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Le v?u n° 88 du groupe UDI-MODEM est-il maintenu, Madame LECOUTURIER ?

Mme Béatrice LECOUTURIER. - Je voulais remercier M. le Maire de ses explications, me réjouir qu'il y ait un consensus autour de ce Musée des arts ludiques. Merci pour votre intervention, Monsieur le Maire.

Nous retirons le v?u, mais nous aurons une attention tout à fait particulière concernant cette réunion de travail. Merci beaucoup.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Agnès EVREN ayant demandé une explication de vote sur un v?u qui n'est plus d'actualité, je vous laisse quand même une minute de parole.

Madame EVREN ? Allez-y !

Mme Agnès EVREN. - Vous êtes bien aimable, je vous remercie, Monsieur le Maire.

Je voulais tout simplement ajouter ma voix à celle de M. COUMET et à celle de Béatrice LECOUTURIER puisque je partage les mêmes vues sur le Musée des arts ludiques.

C'est vrai que le nouveau projet, envisagé au c?ur de la Cité de la mode, est ambitieux. Il est capable de redonner une nouvelle impulsion à ce lieu dont l'avenir est depuis trop longtemps incertain. Il faut être vigilant sur le devenir de l'offre du Musée des arts ludiques, sa matière et sa programmation. J'ai bien entendu ce qu'a dit M. HOCQUARD. Je réinsiste sur ce point. Merci infiniment.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci beaucoup. Je précise pour notre Assemblée que vous vous étiez inscrite sur le projet de délibération.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 21.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2018, DU 21).