Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

relatif à une dénomination en hommage à Josette Dumeix.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2018


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Le v?u référencé n° 110 est relatif à une dénomination en hommage à Josette Dumeix.

La parole est de nouveau à Mme Danièle PREMEL.

Mme Danièle PREMEL. - Merci, Madame la Maire, mes chers collègues.

Longtemps, le rôle des femmes dans la Résistance a été minimisé, voire ignoré. Depuis quelques années, ce n?est plus le cas et c?est tant mieux.

Nous vous présentons aujourd?hui deux v?ux pour que des résistantes, dont une Parisienne, soient honorées. Elles ont souvent dit après la guerre n?avoir fait que leur devoir. Pourtant, ne fallait-il pas une bonne dose de courage et l?inconscience de ses 20 ans pour que Josette se lance dans l?aventure de la Résistance ?

Née en 1919, dans le 12e arrondissement, elle avait adhéré aux Jeunesses communistes en 1935 et au P.C.F. en 1936. C?est la guerre d?Espagne qui structura définitivement son engagement antifasciste. Excusez-moi, c?est très bruyant. Je n?y arrive pas.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - C?est également un peu bruyant du dehors.

Mme Catherine DUMAS. - Nous sommes en 1942, cela rappellera peut-être des choses. Elle est responsable des comités féminins de la zone Nord. Arrêtée, elle passera 22 mois dans la prison de Lille.

Elle est de ces femmes, comme Mounette Dutilleul, Madeleine Vincent ou encore Cécile ROL-TANGUY, et tant d?autres, qui ont sacrifié leur jeunesse à un idéal : la liberté de la France.

Leur action était peut-être moins visible que d?autres, mais qui aurait pu échapper aux nazis et à la police de Vichy, si des femmes n?avaient pas ouvert leur maison sans jamais rien demander ? Qui aurait pu lire "Franc-Tireur", "Combat", "L?Humanité", si des centaines de jeunes femmes n?en avaient pas assuré le ronéotage et la diffusion ?

Après la guerre, elle deviendra une militante de la lecture publique. Elle sera de celles, avec Elsa Triolet, qui animera la bataille du livre et agira pour la lecture publique dans les banlieues.

Ses dernières batailles seront de collecter des documents pour la préfiguration du musée de la Résistance à Champigny. Josette est morte le 20 juin 2008. Nous espérons que notre v?u recueillera l?unanimité. Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup, Madame PREMEL. Pour vous répondre, la parole est à Mme VIEU-CHARIER.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Merci beaucoup de ce v?u car, comme vous l?avez rappelé, les femmes en résistance n?ont pas eu la même reconnaissance que les hommes. Elles étaient souvent dans des tâches plus cachées et plus subalternes, mais ô combien importantes, puisqu?il s?agissait souvent de l?intendance, de transport d?armes et de messages.

Beaucoup ont été arrêtées, déportées, assassinées, sans que nous ne le sachions vraiment. Cette personne, Josette Dumeix, a été vraiment exemplaire, comme vous l?avez rappelé, Madame PREMEL.

Je me souviens très bien d?elle, puisqu?elle s?est notamment engagée de façon très forte auprès de l?association pour la mémoire des enfants juifs déportés du 11e arrondissement - nous avions eu l?occasion de travailler ensemble -, ainsi qu?à la création du musée de la Résistance nationale de Champigny, que nous soutenons aussi. C?est donc un avis extrêmement favorable pour ce v?u.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Communiste - Front de Gauche, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2018, V. 113).

V?u déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche