Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe SOCA relatif aux abords de la gare de Lyon.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2018


 

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Nous allons examiner le v?u n° 160 relatif aux abords de la gare de Lyon.

Je vais d'abord donner la parole à Mme BARATTI-ELBAZ.

Mme Catherine BARATTI-ELBAZ, maire du 12e arrondissement. - Madame la Maire, mes chers collègues, merci.

Le v?u que je vous présente aujourd'hui est le fruit d'un travail conjoint avec mon collègue Ariel WEIL, maire du 4e arrondissement, dont je salue la mobilisation sur ces sujets.

Ce v?u porte sur les abords de la gare de Lyon, mais aussi l'extension de la ligne 72 comme préfiguration à la création d'une ligne à haut niveau de service sur les quais hauts de la Rive droite de la Seine. Deux projets très attendus par les habitants des 4e et 12e arrondissements, puisqu'ils doivent permettre de lutter contre la pollution de l'air et de participer au développement des transports en commun le long de la Seine Rive droite.

Deux projets qui relèvent au moins partiellement des compétences de la Région Ile-de-France dont nous souhaitons qu'elle confirme son engagement à nos côtés, et c'est l'objet de ce v?u.

Les abords de la gare de Lyon ont fait l'objet d'une réflexion coordonnée, constructive entre la Ville de Paris, la R.A.T.P., la S.N.C.F. et "Ile-de-France Mobilités" depuis de très nombreuses années.

Ces travaux ont débouché sur un projet consistant à réorganiser la prise en charge des voyageurs par les taxis, dans le tunnel Chalon pour libérer le parvis et ainsi fluidifier la circulation des bus autour de la gare.

La Ville de Paris, comme la S.N.C.F., a acté une participation financière importante permettant la mise en ?uvre de ce projet.

Nous demandons donc aujourd'hui que la Région Ile-de-France s'engage elles aussi à participer au financement des travaux d'aménagement des abords de la gare, pour permettre une meilleure desserte et une intermodalité de ce pôle multimodal très fréquenté par de nombreux Franciliens, il ne s'agit pas de défendre uniquement ici les intérêts des Parisiens.

Deuxième point, avec une flotte équipée de véhicules électriques, la future ligne à haut niveau de service pourra offrir une alternative respectueuse de l'environnement à la voiture individuelle polluante, pour relier Paris d'Est en Ouest et Paris à ses communes limitrophes.

Ce projet est donc attendu pour accompagner le mouvement de reconquête et de pacification de nos berges de Seine, qui resteront, j'espère, piétonnisées. A terme, d'abord jusqu'à la gare de Lyon et au vu des projets de Bercy/Charenton, mais aussi à Charenton, et au-delà, dans le Val-de-Marne.

Paris ne pourra pas lutter seule contre la pollution de l'air et pour le développement des transports en commun, nous avons besoin de l'engagement de la Région Ile-de-France. Je vous remercie.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Merci. Pour vous répondre, je vais d'abord donner la parole à M. NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

Suite à la concertation en 2016-2017 relative au Grand Paris des bus, le prolongement de la ligne de bus 72 vers la gare de Lyon a été intégré au schéma cible de la restructuration du réseau de bus parisien, approuvé en Conseil du S.T.I.F du 28 juin 2017.

Dans la foulée, les services de la Direction de la Voirie et des Déplacements de la Ville de Paris ont étudié les aménagements de voirie : couloirs bus, priorités aux feux, vidéo-verbalisation, nécessaires à la performance et à l'attractivité de cette ligne de bus.

La Ville de Paris a également organisé, en octobre 2017, une concertation sur ce projet et ces aménagements qui seront mis en service fin 2018, début 2019, avec des bus supplémentaires à motorisation électrique.

Il convient donc à la Région Ile-de-France et à "Ile-de-France Mobilités" de confirmer le prolongement de cette ligne avec des bus supplémentaires électriques, et votre v?u rappelle cette nécessité.

Faisons un simple amendement pour associer "Ile-de-France Mobilités" à la Région parmi les acteurs dont les financements sont attendus.

Dans le secteur de la gare de Lyon, le prolongement de la ligne 72 devrait être accompagné par des aménagements visant à faciliter les mouvements des bus. Aussi, l'aménagement d'une base arrière pour les taxis et d'une zone de dépose pour les V.T.C. dans l'emprise de la gare de Lyon permettra d'éviter que les bus entrent en conflit avec des remontées de files composées de taxis et de V.T.C.

Au vu des enjeux en matière de qualité et de service pour les bus, "Ile-de-France Mobilités" devrait également participer au financement de ces aménagements.

Enfin, le prolongement de la ligne 72 ne constitue qu'une première étape avant la création d'une liaison à haut niveau de service sur les quais hauts de la rive droite, qui à terme desservira le secteur de Bercy/Charenton puis le Val-de-Marne.

Suite aux premières sollicitations de la Ville, il revient à "Ile-de-France Mobilités" de formaliser une convention de financement et d'engager au plus vite les études nécessaires pour ce projet. Nos amendements visent toutefois à faire la distinction entre ligne 72 prolongée et future ligne à haut niveau de service sur les quais hauts, les échéances et objectifs étant différents. Avec ces amendements, nous donnerons un avis favorable à ce v?u.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur NAJDOVSKI. Une explication de vote de Mme MONTANDON.

Mme Valérie MONTANDON. - Merci, Madame la Maire.

Face à plusieurs années d'inaction et de manque de coordination entre la S.N.C.F., la R.A.T.P. et la Ville de Paris, "Ile-de-France Mobilités" a pris le sujet du fonctionnement du tripôle gare de Lyon - Bercy - Austerlitz à bras le corps, avec une étude de plus de 1 million d'euros financée par "Ile-de-France Mobilités", l'Etat et la Région. Je précise que la Ville de Paris n'a pas financé cette étude.

Une concertation publique aura lieu avant l'été sur ce projet, et le sujet du financement sera abordé après la concertation publique.

Je m'interroge, en déposant ce v?u, souhaitez-vous omettre la phase de concertation ?

Il est vrai que vous êtes passés professionnels en la matière.

Concernant la ligne de bus des quais hauts, il est inutile de faire un v?u sur ce qui a déjà été voté par le Conseil d'administration d'"Ile-de-France Mobilités".

En effet, en juin 2017, "Ile-de-France Mobilités" a voté le nouveau Plan de bus parisien, qui prévoit bien la mise en place début 2019 d'une ligne de bus sur les quais hauts. Il s'agit, comme vous l'avez dit, du prolongement de la ligne 72 de Châtelet à gare de Lyon. Je précise que 5 bus électriques sont commandés et seront livrés fin 2018 pour cette ligne et que le reste des bus électriques sera livré en 2019 pour avoir, fin 2019, une ligne 100 % électrique. Votre v?u n'a donc pas lieu d'être. En revanche, les aménagements de voirie relèvent, en effet, de la Ville de Paris. Ils semblent avoir du retard pour la partie Châtelet et gare de Lyon. Donc, la Ville de Paris ne peut pas prendre du retard là où "Ile-de-France Mobilités" est au rendez-vous.

Merci.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 160 du groupe Socialiste et Apparentés ainsi amendé.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u amendé est adopté. (2018, V. 138).