Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Ecologiste de Paris relatif au collectif de l'université de Paris-VI de soutien aux migrant-e-s.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2018


 

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint, président. - Nous passons maintenant au v?u n° 198 relatif au collectif de l'université de Paris-VI, de soutien aux migrants. La parole est à M. Jacques BOUTAULT.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Le 28 février dernier, un collectif de soutien aux réfugiés a occupé des locaux vacants à Jussieu Paris-VI, désormais appelée Sorbonne Université.

En dépit du principe humain de solidarité et de la trêve hivernale, des étudiants du collectif "Sorbonne sans Frontières" ont été expulsés dans la soirée. Malgré les efforts de la Ville, les dispositifs d'hébergement d'urgence sont encore insuffisants, tandis que l'Etat manque à son devoir et va même jusqu'à condamner certaines personnes qui pallient ses carences pour délit de solidarité envers les réfugiés.

Par ce v?u, nous souhaitons que notre Municipalité soutienne cette jeunesse étudiante exemplaire qui s'implique et donne l'exemple de la solidarité et de l'humanité inscrite d'ailleurs dans les textes comme la Déclaration universelle des Droits de l'homme. Les lieux vacants existent et il est donc légitime de les mobiliser pour mettre à l'abri des personnes qui dorment à la rue, mais il faut aussi amplifier notre soutien en direction des réfugiés avec des programmes d'accueil universitaires et linguistiques à leur destination. C'est donc ce que demande ce v?u, que les services de l'Etat mobilisent à la fois leurs locaux vacants, leur patrimoine, mais aussi envisagent de participer aux actions qui viennent en aide aux réfugiés, notamment en matière linguistique et de formation. Je vous remercie.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint, président. - Merci, Monsieur. Pour répondre, je donne la parole à Mme Dominique VERSINI.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, cher Jacques BOUTAULT, mes chers collègues, effectivement c?est une question importante que celle de l'accueil et du soutien aux jeunes réfugiés qui se trouvent sur notre territoire. Paris s'est beaucoup impliquée dans le plan de mobilisation parisienne pour les réfugiés, et nous aurons bientôt l'occasion de présenter la suite, le tome 2 de ce plan, qui comprendra effectivement des mesures de soutien pour les étudiants tel que vous nous le demandez, et également des mesures concernant l'apprentissage de la langue, l'accompagnement, la facilitation des études.

Sur le sujet que vous avez abordé, s'est passé un événement pour un groupe de personnes ayant occupé un local de l'université Paris-VI, de ce que j'ai pu comprendre des faits, un certain nombre de jeunes se trouvaient au canal Saint-Martin, accompagnés par les membres du collectif d'étudiants de l'université Paris-VI, et ils ont occupé un bâtiment du site de Jussieu.

C'était une quinzaine de personnes qui étaient abritées.

La présidente de l'université a informé la Ville et a demandé qu'un hébergement soit proposé à ces personnes. On vient spontanément vers la Ville plus que vers l'État. Néanmoins, mon cabinet a pris attache avec la Préfecture. Un nombre suffisant de places a été proposé, mais à la suite d'un échange avec l'université, dont je n'ai pas la teneur, le collectif n'a pas accepté les propositions d'hébergement. En tout cas, ce que nous avons fait, c'est de nous donner les moyens de mobiliser l'État, comme nous le faisons à chaque fois, puisque sur les 16.000 places d'hébergement qui existent dans Paris, 6.000 se trouvent dans des sites municipaux. Je terminerai en disant que bientôt, le plan de mobilisation pour les réfugiés dans sa version nouvelle et complétée vous permettra de voir que, avec Marie-Christine LEMARDELEY qui n'est pas présente mais suit de très près cette question, il y aura des propositions spécifiques pour les étudiants étrangers.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint, président. - Merci beaucoup, Madame VERSINI.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Je rends un avis favorable s'il est amendé ainsi que nous l'avons présenté.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint, président. - Vous acceptez l'amendement ? Avis favorable sur le v?u amendé.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 198 ainsi amendé avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u amendé est adopté. (2018, V. 152).