Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe PPCI relatif à une filière brassicole et viticole de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2018


 

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Nous examinons le v?u n° 148 relatif à la filière brassicole et viticole de Paris.

La parole est à M. Alexandre VESPERINI au nom du groupe PPCI.

M. Alexandre VESPERINI. - Merci, Monsieur le Maire, merci chers collègues.

C'est un sujet qui peut faire sourire, mais qui en réalité est très sérieux.

Je voudrais commencer tout d'abord en disant à Mme KOMITÈS et à l'Exécutif d'une manière plus générale, encore un effort vous y êtes presque.

Vous avez fait déjà beaucoup pour que la Ville de Paris reconnaisse davantage la filière brassicole et la filière viticole de Paris, vous pouvez encore faire davantage et c'est la raison pour laquelle nous vous proposons un v?u pour agir concrètement.

Vous avez fait beaucoup de choses et je crois qu'il faut aller jusqu'au bout de la logique.

Première chose, vous avez donné à ces filières agricoles une opportunité de se développer à travers le label "Fabriqué à Paris" puisqu'une Mission d'Information et d'Evaluation a été lancée à l'issue de laquelle des recommandations étaient très claires : il fallait redécouvrir le fabriqué à Paris, redécouvrir nos filières industrielles et manufacturières.

Cette filière s'inscrit donc dans la logique que l'Exécutif et le Conseil de Paris s'étaient fixée.

Deuxième chose, il y a tout un volet consacré à l'agriculture urbaine dans le Plan Biodiversité dont on a discuté il y a 24 heures? ou 48 heures, je ne sais plus car vu la longueur du Conseil de Paris, je ne sais plus où l'on en est aujourd'hui dans la séance.

En tout cas, je regrette d'ailleurs que ce v?u n'ait pas pu être discuté à l'occasion du débat qui nous a réunis sur le Plan Biodiversité, il y avait toute sa place.

Je sais ce que vous allez dire : attention à la loi Evin, attention aux addictions.

J'entends tout à fait cette réserve, mais il ne faut pas non plus confondre la bière de Paris, ce produit qui fait son retour petit à petit, fabriqué dans des conditions particulièrement exigeantes, soumis à une barrière tarifaire assez forte. Je ne connais pas beaucoup de gens victimes d'une addiction à la bière Gallia. Premièrement, je ne pense pas que le "binge-drinking" soit dû aux boissons que l'on fabrique de nouveau à Paris. Deuxièmement, il y a toute une question de pédagogie qui doit être traitée et qui l'est déjà, et je vous engage encore une fois à aller jusqu'au bout de la logique de redécouverte de nos filières brassicole et viticole. Merci.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Merci, Monsieur VESPERINI. La parole est à Pénélope KOMITÈS pour l'Exécutif.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - Monsieur VESPERINI, je vous signale que c'est vous qui n'avez pas rattaché votre v?u au projet de délibération Biodiversité.

Merci de vos propos sur notre politique en matière de développement de l'agriculture urbaine et d'avoir rappelé ce que nous faisons, notamment sur les productions de vin et de bière.

Nous avons effectivement lancé une Fête de la vigne et du raisin en 2015 pour mettre en valeur le patrimoine viticole parisien, qui permet notamment aux Parisiens de participer aux différentes vendanges des vignes du patrimoine municipal, en plus des vendanges de Montmartre.

Dernièrement, nous avons fait un partenariat avec "Brasseurs de France" pour élaborer une bière de Paris à partir de l'orge plantée dans le bois de Vincennes l'année dernière, et son brassage dans les chais de Bercy a été ouvert aux Parisiens.

Je rappelle que nous avons lancé dernièrement un appel à projets houblon sur les murs de la Capitale pour un peu plus d'un kilomètre, et que dans les jours qui viennent nous allons planter un mur de houblon le long de l'Opéra de Paris. Oui, vous l'avez dit dans la présentation de votre v?u, votre v?u va à l'encontre, puisque vous proposez des expérimentations, des organisations de dégustation de vin et de bière, cela va à l'encontre effectivement de la loi Evin. Je ne peux pas autoriser des visites scolaires qui mettent en exergue la production de vin ou la production de bière. Ceci étant dit, concernant l'agriculture urbaine, nous avons un programme de visites de nos sites d'agriculture urbaine, et y compris les vignes et le houblon déjà. Au vu des différentes actions que l'on mène avec ces acteurs et au regard de la législation, je vous demande de retirer votre v?u.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Merci, Madame KOMITÈS.

Le v?u est-il retiré ?

M. Alexandre VESPERINI. - On va retirer le v?u, mais je souhaite vraiment que l'on continue à travailler de concert avec l'adjointe dont je connais le volontarisme sur la question. Merci.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Le v?u est donc retiré, merci, Monsieur VESPERINI.