Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif aux produits de la future ferme maraîchère porte de la Chapelle.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2018


 

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le v?u n° 149 relatif aux produits de la future ferme maraîchère porte de la Chapelle. La parole est à Mme Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Merci.

Le projet de création de la plus grande ferme urbaine de la Capitale sur le toit-terrasse de la halle du futur quartier Chapelle/International dans le 18e est fort intéressant. Le lauréat de l'appel à projets est la société "Cultivate", qui porte le projet baptisé, "Mushroof" , excusez-moi, je n'ai pas forcément la bonne prononciation, qui installera sa ferme maraîchère sur les 7.000 mètres carrés de toiture.

Cette ferme va permettre 52 tonnes de production annuelle dont 25.000 kilos de salades et va créer 10 emplois.

Néanmoins, il est prévu que la distribution de la production soit effectuée via les enseignes de grande distribution comme "Franprix", et là les bras m'en tombent !

On est capable d'innover dans la production urbaine agricole viticole, mais on n'est pas capable de penser un autre mode de distribution émancipé de la grande distribution.

Quel dommage !

Je propose au contraire que l'on se dise que cette innovation dans la distribution de cette production alternative soit totalement repensée. Vous savez tous comme moi quelle est la grande part de responsabilité de la grande distribution dans l'ensemble des dérives de l'agriculture productiviste intensive, polluante, qui impose aux agriculteurs des prix qui font qu'il leur est très difficile de vivre dignement, et plus encore de respecter les exigences d'une agriculture paysanne bio en circuit court. Et donc, il faut être en capacité d'être inventif du début à la fin de la chaîne.

C'est pourquoi, à travers ce v?u, je me dis que nous devrions réfléchir à toutes ces associations de type AMAP, marché, halle alimentaire, coopérative qui permettraient de penser autrement la distribution des produits de la ferme de la porte de la Chapelle, dans un contexte bien plus respectueux des principes de l'agriculture paysanne bio en circuit court, qu'il importe de défendre.

Je vous remercie.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Merci, Madame SIMONNET. Pour vous répondre, Mme KOMITÈS.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - C'est effectivement une ferme de plus de 7.000 mètres carrés qui s'installe sur le toit porte de la Chapelle.

Nous avons effectivement lancé un appel à projets, qui a désigné un projet qui s'appelle "Mushroof", porté par une jeune entreprise d'agriculture urbaine qui s'appelle "Cultivate", et je rassure Mme SIMONNET, j'arrive encore à penser à des modes de distribution variés.

C'est le cas de tous les projets d'agriculture urbaine que nous développons dans Paris. C'est bien évidemment un projet mixte, avec un modèle économique qui associe du circuit court, avec de la vente directe aux Parisiens, en particulier les habitants du 18e arrondissement, une épicerie et une cantine végétale sur le toit, cela a dû vous échapper, plus une distribution de produits à travers un partenariat avec "Franprix", mais également avec des restaurateurs du 18e arrondissement, et un certain nombre d'autres partenariats à développer avec le quartier, notamment les marchés et les halles alimentaires.

Je signale que le projet a également une partie qui permet aux habitants de profiter de la vue, et c'est cet équilibre et cette complémentarité dans le projet qui ont séduit le jury. Jury qui était notamment composé de trois associations de riverains du 18e arrondissement qui étaient effectivement d'accord pour sélectionner ce projet.

Donc, je souhaite que vous retiriez votre v?u. Sinon, j'émettrai un avis défavorable.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Merci, Madame KOMITÈS.

Madame SIMONNET, le v?u est-il retiré ?

Mme Danielle SIMONNET. - Non, il est maintenu.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 149 avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est rejeté. Je vous remercie.