Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

relatif à l’ouverture dominicale des bibliothèques. Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif aux horaires d’ouverture des bibliothèques. Vœu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif à l’extension des horaires des bibliothèques. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2018


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Les v?ux référencés nos 99, 100, 101 et 101 bis sont relatifs à l'extension de l'ouverture dominicale des bibliothèques. Madame GOLDGRAB, vous avez à nouveau la parole pour le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants.

Mme Laurence GOLDGRAB. - Madame la Maire, merci beaucoup.

Mes chers collègues, Paris est la deuxième ville étudiante du monde cette année avec près de 550.000 étudiants qui étudient dans le Grand Paris. Pour accueillir ces jeunes, la Ville a mis les moyens en s'engageant pour la construction de 6.000 logements d'ici 2020. Elle prévoit également un accueil spécifique à destination des étudiants étrangers via le service d'accueil des étudiants internationaux en partenariat avec le C.R.O.U.S. et la Cité internationale.

La Ville met les moyens pour accueillir ces étudiants mais nous souhaitons évidemment leur donner aussi les moyens de réussir. C'est pour cela que pour nous, dans une capitale comme Paris, il est indispensable de garantir l'accès 7 jours sur 7 des lieux d?étude, de lecture et de prêt de livres, donc également le dimanche. Le maire adjoint en charge de la culture s'est engagé sur le sujet, souhaitant l'ouverture d'une bibliothèque le dimanche par grand arrondissement et les élus du groupe RG-CI saluent l'ouverture récente de la médiathèque Edmond Rostand, qui est désormais la septième accueillant du public le dimanche.

Un réel effort est ainsi mené sur les bibliothèques municipales, mais qu'en est-il des bibliothèques universitaires en faveur des étudiants ? Il convient de rappeler aujourd'hui qu'il n'y a qu'une seule bibliothèque universitaire ouverte le dimanche, qui est la B.U. de Cochin, de l'université Descartes. Pour 550.000 étudiants parisiens, c'est un peu léger, surtout qu'elle n'est accessible qu'aux étudiants en santé.

Nous le savons, l'ouverture des bibliothèques universitaires ne dépend pas du bon vouloir de la Mairie, car c'est l'Etat qui en porte la responsabilité. Mais permettre l'extension des horaires d'ouverture de trois bibliothèques universitaires, comme le préconise le rapport ORSENNA et Noël CORBIN, que nous connaissons bien à la Ville, serait véritablement une avancée.

Le v?u a donc pour objet que la Ville de Paris, la Maire, interpelle le Ministère de l'Enseignement supérieur pour que puisse ouvrir trois bibliothèques universitaires dans Paris et pour faire un point sur l'ouverture des bibliothèques le dimanche. Merci beaucoup.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci à vous, Madame GOLDGRAB.

Je donne maintenant la parole à M. Pierre-Yves BOURNAZEL et, d?après ce qu?on m?a dit, non pas au nom du groupe mais en votre nom personnel. C?est cela ?

M. Pierre-Yves BOURNAZEL. - Cela fait déjà pas mal, Madame la Maire.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - C?est beaucoup ! Je vous félicite.

M. Pierre-Yves BOURNAZEL. - C?est déjà beaucoup. Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, les bibliothèques sont des lieux de culture, de partage et de lecture pour tous. Avec ma collègue Anne-Christine LANG, nous avons d?ailleurs publié la semaine dernière une tribune pour vous demander d'ouvrir davantage nos bibliothèques, notamment le soir et le dimanche.

Pourquoi ? Parce que, malheureusement, les chiffres sont très parlants. Les bibliothèques parisiennes sont ouvertes en moyenne 38 heures par semaine, contre 65 à Stockholm, 78 à Londres, 88 à New York ou 98 à Copenhague. Il faut que les horaires de nos bibliothèques s'adaptent au rythme des Parisiennes et des Parisiens. Le rapport d'Erik ORSENNA et de Noël CORBIN, intitulé "Voyage au pays des bibliothèques" fait le même constat. Nous avons donc besoin d?agir. Béatrice LECOUTURIER pour l?UDI-MODEM et Fadila MÉHAL pour le groupe Démocrates et Progressistes vont relayer cette demande parce qu'elles travaillent sur ce sujet depuis longtemps. Je crois que l'ensemble du Conseil de Paris devrait s'honorer à faire en sorte que nous ayons un plan d'action. On peut s'appuyer, par exemple, sur des étudiants, des étudiants formés, des personnes du service civique pour ouvrir davantage nos 57 bibliothèques municipales, afin que Paris n'ait plus de retard mais un temps d'avance et que nos bibliothèques soient ouvertes à toutes celles et ceux qui souhaitent se cultiver, partager, apprendre la langue française, toutes celles et tous ceux qui ont envie de se retrouver pour essayer de travailler ou tout simplement partager un moment autour de la culture française. Je vous remercie.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci.

La parole est à Mme LECOUTURIER, pour le groupe UDI-MODEM.

Mme Béatrice LECOUTURIER.- Merci, Madame la Maire.

Le 20 février dernier, l'académicien Erik ORSENNA et Noël CORBIN, qui est l?ancien directeur des Affaires culturelles de Paris, remettaient leur rapport "Voyage au pays des bibliothèques" au Président de la République et à la Ministre de la Culture.

Parmi les préconisations, une attention toute particulière était donnée à l?extension des horaires d?ouverture des bibliothèques. A Paris, il faut rappeler que l?ouverture moyenne des bibliothèques municipales est de 38 heures, alors qu?elle est de 98 heures à Copenhague et 88 heures à New York. Sans aller si loin, dans des villes en France, comme le Havre, Caen, Nice ou Besançon, l?ouverture de ces lieux culturels dépasse les 50 heures par semaine.

A ce jour, Paris compte six bibliothèques de prêt généralistes ouvertes le dimanche. Seules les bibliothèques ouvertes en soirée sont universitaires ou nationales, mise à part la médiathèque Edmond Rostand dans le 17e arrondissement. Or, les bibliothèques sont devenues de véritables lieux d?échange et de convivialité autour du livre et de la lecture.

Nous nous devons de répondre aux nouvelles habitudes de vie des Parisiens qui bousculent les pratiques obsolètes de ces ouvertures de bibliothèque. Par ce v?u, le groupe UDI-MODEM demande une accélération des démarches de la Ville de Paris pour offrir à chaque Parisien, dans chaque arrondissement, une bibliothèque ouverte le dimanche. Mais pas seulement le dimanche : nous souhaitons également que ces ouvertures soient élargies aux jours fériés. De plus, nous savons bien que les bibliothèques sont des lieux de recherche et de travail pour les étudiants. Aussi sommes-nous favorables à des bibliothèques ouvertes en soirée pour permettre ce travail étudiant, notamment en ayant recours aux étudiants pour assurer les ouvertures le dimanche, en soirée et les jours fériés, avec évidemment une rémunération accrue. Enfin, la Ville de Paris pourrait être accompagnée par l?Etat dans le financement de ces mesures, puisque le Président de la République a annoncé que l?enveloppe de 3 millions d?euros d?aides aux collectivités en la matière serait abondée de 8 millions d?euros pour favoriser les ouvertures supplémentaires des bibliothèques en semaine le week-end. Je vous remercie.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Bien.

La parole est à M. Bruno JULLIARD, pour répondre aux différents intervenants.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Merci, Madame la Maire.

Merci à l?ensemble des intervenants.

Je me félicite que le rapport d?Erik ORSENNA soit l?occasion d?attirer l?attention des conseillères et des conseillers de Paris sur le réseau des bibliothèques municipales parisiennes qui constituent un outil fondamental de nos politiques en faveur de l?accès au savoir et aux ?uvres, de l?éducation artistique et culturelle, mais aussi un vecteur majeur de réduction des inégalités.

Quelques chiffres, tout de même, pour matérialiser le succès très important de nos bibliothèques publiques, qui permettent de mesurer la force et l?impact du réseau de nos 72 bibliothèques parisiennes. Elles totalisent chaque année 6 millions d?entrées, comptent 300.000 inscrits emprunteurs et plus de 13 millions de prêts y sont réalisés chaque année. C?est un service public en mouvement permanent, qui s?adapte aux évolutions sociales, culturelles, technologiques.

C?est un service public qui répond ainsi, de manière toujours plus fine, aux besoins des habitants. Les personnels et les bibliothécaires ont été remarquablement absents de beaucoup d?interventions ou de v?ux déposés. Je voudrais, à ce stade de mon intervention, saluer l?engagement incroyable et le très grand professionnalisme dont ils font preuve chaque jour, ce qui nous permet d?avoir un service public de très grande qualité.

L?ouverture des bibliothèques le dimanche constitue l?un des projets majeurs de cette mandature : 3 bibliothèques étaient ouvertes le dimanche en 2014, nous souhaitons atteindre le chiffre de 10 en 2020.

Il s?agit d?un engagement fort de la Ville de Paris car ouvrir davantage de bibliothèques nécessite de mobiliser des moyens supplémentaires, afin de garantir une qualité de service constante. Une trentaine de personnels, équivalent temps plein, ont ainsi été mobilisés pour les ouvertures le dimanche, dont 60 % de titulaires et 40 % de contractuel étudiants. L?accès des Parisiens au livre et à la lecture, mais aussi à des outils d?éducation et de formation tout au long de la vie, est pour nous une priorité.

Je note que, sur la plupart des items du rapport d?Erik ORSENNA et de notre ami Noël CORBIN, la Ville de Paris est en pointe.

C?est la raison pour laquelle je vous propose un v?u de l?Exécutif pour répondre à l?ensemble de vos v?ux.

Nous aurons l?occasion de reparler, lors du Conseil de Paris du mois de mai prochain, d?un certain nombre de nouveaux axes de développement de nos bibliothèques, notamment dans les quartiers populaires, chère Colombe BROSSEL. Cela permettra de rappeler les valeurs qui guident notre action en la matière et de fixer un certain nombre de caps supplémentaires pour la lecture publique dans les prochaines années à Paris.

Concernant le v?u RG-CI, j?en demanderai le retrait, au profit du v?u de l?Exécutif, lequel reprend la plupart de vos demandes, notamment sur les horaires des bibliothèques universitaires.

Concernant le v?u personnel - si j?ai bien compris - de Pierre-Yves BOURNAZEL, j?émettrai un avis défavorable s?il n?est pas retiré, car s?il peut être l?occasion de belles tribunes, il n?en demeure pas moins assez éloigné de la réalité. Il demande une extension des horaires dans l?ensemble des bibliothèques parisiennes, ce qui ne répond au besoin réel ni des bibliothécaires, ni même du public dans bon nombre de bibliothèques parisiennes.

Concernant le v?u UDI-MODEM, j?émettrai aussi un avis défavorable s?il n?est pas retiré. Le v?u défend une position maximaliste qui ne correspond pas à des besoins réels, en voulant notamment que nous nous substituions aux bibliothèques universitaires qui ferment en soirée. Il propose par ailleurs que tout cela se fasse grâce à l?embauche de services civiques et d?étudiants, alors que nous veillons à conserver un équilibre d?au moins 50 % de personnels titulaires le dimanche pour assurer un service public de qualité et ne pas dégrader le métier de bibliothécaire.

En conclusion, je me permettrai, Madame la Maire, de souligner que, tout de même, il est assez regrettable qu'aucun des intervenants n'ai rappelé que Paris est l?une des dernières collectivités, non seulement à maintenir son service public de lecture, mais à l?amplifier et à le densifier par l?ouverture le dimanche, par l?ouverture de nouvelles bibliothèques et médiathèques. Je vous mets au défi de trouver d?autres collectivités qui continuent à développer leur service public de lecture aujourd?hui !

Evidemment, nous pouvons toujours faire mieux, nous sommes engagés à toujours faire mieux. Cependant, soyons ensemble pour souligner les efforts énormes que nous faisons avec nos personnels pour un grand service public de lecture à Paris.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup.

Merci pour cette réponse.

Je voudrais ajouter un point. J?ai un souvenir ému, Christophe GIRARD s?en souviendra ; François DAGNAUD était avec nous aussi lorsqu?en 2007, nous avons ouvert le dimanche la première médiathèque parisienne, la médiathèque Marguerite Yourcenar.

Nous n?étions pas très nombreux à l?époque, mais peut-être avions-nous un temps d?avance, déjà à soutenir l?idée de l?ouverture d?une médiathèque le dimanche. Nous avons innové et nous avons surmonté beaucoup de difficultés. Je me souviens des groupes de l?opposition qui n?en voulait pas ; je me souviens des difficultés à trouver?

Si, si, si ! Je me souviens en 2007 du fait que nous avions été un peu seuls. Il y avait quelqu?un qui, à titre personnel, un peu comme vous aujourd?hui, Monsieur BOURNAZEL, nous avait soutenus : c?était l?ancien maire du 15e arrondissement, René Galy-Dejean. Il était de notre côté, lors de l?inauguration de cette fameuse médiathèque, pour soutenir l?ouverture du dimanche.

Nous continuons dans notre temps d?avance. Ne vous en déplaise !

Je vais maintenant donner la parole aux explications de vote demandées par les groupes et par les personnes individuelles.

Je ne sais pas trop comment traiter la demande du groupe les Républicains, puisque j?ai deux demandes d?explication de vote, une du groupe et une de Pierre-Yves BOURNAZEL. Comment faire ?

Bon, je suis généreuse : je prends les deux. Je suis trop gentille. Priorité à celle qui représente le groupe dans cette explication de vote, Madame DUMAS.

Mme Catherine DUMAS. - Merci, Madame la Maire.

Si j?ai bien compris, le v?u de Pierre-Yves BOURNAZEL est maintenu. J?imagine qu?il va le dire. Je voulais dire que son v?u, tout comme le v?u du groupe UDI-MODEM, apporte un éclairage tout à fait nécessaire sur la situation des bibliothèques de Paris.

Comme mes collègues, l?amplitude horaire d?ouverture des bibliothèques qui est rendue possible dans d?autres grandes métropoles ne cesse de m?interroger sur les moyens que nous, Ville de Paris, consentons à la culture : 88 heures d?ouverture des bibliothèques à New York, contre 38 heures à Paris.

Ouvrir les bibliothèques municipales plus tôt et plus tard, mais aussi le dimanche, comme les jours fériés, c?est en effet offrir, à celles et ceux qui n?en disposent pas à leur domicile, un espace de calme et de culture et ce, sur l?ensemble du territoire parisien.

En effet, le rapport commandé par la Ministre de la Culture va dans ce sens. Il est donc grand temps d?élaborer un ambitieux plan d?extension des ouvertures des 57 bibliothèques de la Ville?

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Et de conclure. Le temps est d?une minute pour les explications de vote.

Mme Catherine DUMAS. - Pour toutes ces raisons, nous voterons le v?u de Pierre-Yves BOURNAZEL.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci, Madame DUMAS. Je vais donc donner la parole à M. BOURNAZEL, pour une explication de vote personnelle.

M. Pierre-Yves BOURNAZEL. - Merci, Madame la Maire.

Ce n?est pas personnel ; je pense être soutenu par de nombreux groupes sur ce v?u.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Vous êtes "trans-groupe", c?est ça ?

M. Pierre-Yves BOURNAZEL. - Ce que je voudrais répondre d?abord à votre premier adjoint, M. JULLIARD, c?est que beaucoup de Parisiens attendent l?ouverture de leur bibliothèque dans leur quartier le dimanche. Ne vous trompez pas : ils le demandent.

Et nous avons non seulement un temps de retard par rapport aux Parisiens, mais aussi par rapport aux grandes métropoles comparables à Paris. J'ai cité Stockholm, Londres, New York, ou encore Copenhague. Il faut faire un effort supplémentaire dans l'intérêt de notre culture, de la lecture. Ce sont des lieux essentiels. Par exemple, on pourrait ouvrir ces bibliothèques avec des étudiants formés et des gens de service civique pour permettre aux étudiants de pouvoir travailler, mais aussi peut-être accueillir des familles primo-arrivantes qui ne parlent pas la langue française. Dans ces bibliothèques on pourrait leur donner des cours de français. Voilà une proposition concrète qui serait très attendue par les associations et voilà qui ferait avancer Paris et l'égalité des chances.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Je crois que, sur ce point, on ne vous a pas attendu.

Je donne la parole à Jérôme COUMET pour l'explication de vote du groupe Socialiste et Apparentés.

M. Jérôme COUMET, maire du 13e arrondissement. - Mes chers collègues, je ne comprends pas tellement l'esprit polémique qui règne dans cet hémicycle. On a une orientation très partagée, celle d'ouvrir des bibliothèques avec des champs horaires plus importants, et notamment le dimanche. Je ne comprends pas pourquoi on s'empaille alors que l'on partage cette orientation et que la Ville de Paris va y mettre des moyens.

Pour reprendre des expressions populaires, on peut regarder le verre à moitié vide et le verre à moitié plein, mais je nous incite, dans les statistiques, à ne pas mélanger les choux et les carottes. En effet, l'effort a été fait, notamment pour les bibliothèques universitaires. Pour ne citer que le 13e arrondissement où l'on a sans doute l'une des plus grandes bibliothèques universitaires avec la B.U.L.A.C. qui dépend de l'I.N.A.L.C.O., de mémoire, je crois que c'est 42 kilomètres de rayonnages de livres.

Cette bibliothèque a été construite par la Ville de Paris, en tout cas par un bras armé de la Ville de Paris, puisque c'était la S.E.M.A.P.A., avec des moyens conséquents mis par la Ville de Paris, dans un esprit de l'ouvrir le plus longtemps possible. Pour les étudiants, elle est ouverte avec des horaires très étendus, et même ouverte 24 heures sur 24 pour les chercheurs et étudiants chercheurs. On a fait des efforts, on va continuer à en faire, à aller dans le même sens. Mais pitié, ne polémiquons pas alors que nous sommes d'accord sur les orientations générales.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup, Jérôme COUMET, pour ce rappel de position.

Je vais maintenant mettre aux voix le v?u n° 99 déposé... Pardon, Madame PREMEL et Madame SIMONNET, en explication de vote.

Mme Danièle PREMEL. - Nous remercions l'Exécutif d'avoir pris en compte nos remarques, d'abord, sur la nécessité d'une concertation avec les habitants, sur la prise en compte aussi spécifique des arrondissements. Je crois qu'il faudra bien regarder, arrondissement par arrondissement, quelle bibliothèque on va ouvrir, et ainsi, voir le déploiement de moyens à la fois humains et financiers pour réussir cette mesure qui me semble importante. D'autre part, nous aurons, au prochain Conseil de Paris, le plan d'orientations générales des bibliothèques. Je crois que ce sera pour nous l'occasion aussi d'approfondir cette question, dans ce qu'on y met et à quels publics on répond. Merci.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup, Madame PREMEL. J'ai Mme Anne-Christine LANG pour le groupe DP. Pardon ? Non ? C'est ce que l'on m'a dit. Tout va bien.

Donc, la parole est à Mme SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Il ne faut pas confondre la question du travail du dimanche pour l'ouverture des magasins, et la question de l'ouverture des équipements culturels.

Ma position sur la question de l'ouverture des bibliothèques le dimanche était la suivante : pas d'opposition de principe, parce que permettre à des citoyennes et des citoyens, le dimanche, d'aller dans une bibliothèque, doit pouvoir faire partie de l'accessibilité culturelle. Néanmoins, il est possible de réserver ses livres la veille et de les lire chez soi tranquillement le dimanche. La priorité, dans les bibliothèques, c'est déjà que cela fonctionne bien les autres jours, avec le personnel suffisant, aux horaires étendus et respectés, avec un fonds budgétaire qui permet le renouvellement des collections. Or aujourd'hui, selon les échos qui remontent des agents, c'est qu'ils sont en sous-effectifs, qu'il y a une souffrance au travail, des problèmes de sécurité qui ne sont pas garantis dans certaines bibliothèques, que des petites bibliothèques de quartier ont fermé. Il y a tout un travail à redévelopper. Evidemment, quand tout cela sera garanti les autres jours de la semaine, on pourra travailler sur le dimanche. Mais si vous croyez que vous pourrez le faire à moyens constants, vous ne l'aurez pas. Ensuite, Monsieur BOURNAZEL, j'ai bien entendu vos propositions concernant les migrants. Mais quel dommage que, sous votre Gouvernement, c'est là que les subventions aux associations faisant ce travail ont fondu comme neige au soleil le plus profondément.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - J'ai encore une explication de vote. Ce serait bien que vous le disiez tous avant. C'est vrai qu'il y a beaucoup de groupes maintenant dans ce Conseil. Sandrine MÉES pour le groupe Ecologiste de Paris.

Mme Sandrine MÉES. - Merci, Madame la Maire.

Nous souhaitons joindre notre voix à ce ch?ur nombreux, bien que nous nous soyons déjà exprimés à plusieurs reprises sur ce sujet en long et en large.

Je vais donc redire, comme beaucoup de mes collègues, ce que nous avons déjà dit, à savoir que nous ne sommes absolument pas opposés au travail du dimanche dans les bibliothèques, dès lors que cela est négocié avec le personnel, que l'on ne recourt pas à des emplois précaires.

Nous voulons souligner aussi que, pour nous, cet accès le dimanche à la culture, gratuit et universel, qui caractérise les bibliothèques parisiennes est important puisque cela permet aussi à des gens de se former tout au long de la vie. Pour nous, c'est fondamental. Cela fait partie de l'éducation populaire. Je ne serai pas plus longue.

Je vous remercie beaucoup.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Dans cette belle unanimité, je vais mettre aux voix le v?u n° 99 déposé par le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants. Le v?u n° 99 est retiré ? Oui. Merci.

Le v?u n° 100 déposé par les Républicains, lui, est maintenu, c'est cela ? Il est maintenu ?

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe les Républicains et Indépendants, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Le v?u n° 101 déposé par le groupe UDI-MODEM, est-il maintenu ? Oui. Avis défavorable.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe UDI-MODEM, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée. Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u référencé n° 101 bis déposé par l'Exécutif. Qui est pour ?

Que faites-vous ? Je n'ai pas compris. Vous êtes pour ! Merci, Madame la Maire du 8e arrondissement.

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté à l'unanimité. (2018, V. 104).

C'est à l'unanimité que ce v?u de l'Exécutif? c'est très bien, c'est le rôle d'un Exécutif de construire des majorités et des consensus.

Je vous remercie.

V?u déposé par le groupe Démocrates et Progressistes relatif aux bibliothèques.