Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Démocrates et Progressistes relatif au dispositif "Devoirs faits".

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2018


 

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Nous examinons le v?u référencé n° 46 relatif au dispositif "Devoirs faits".

La parole est à Mme Anne-Christine LANG, pour deux minutes.

Mme Anne-Christine LANG. - Comme vous le savez, le Ministre de l'Éducation nationale a mis en place plusieurs réformes depuis la rentrée, qui sont autant de moyens de lutter résolument contre l'échec et les inégalités scolaires. En plus du dédoublement des CP dans les REP+, puis dans les REP, le dispositif "Devoirs faits" a été mis en place dans tous les collèges de France après la Toussaint. Ce dispositif propose donc à tous les élèves volontaires de faire leurs devoirs au collège avant de rentrer chez eux. Il s'agit de permettre à tous, et notamment bien sûr à tous ceux qui n'ont aucune aide à la maison ni aucun espace au calme pour travailler, de bénéficier d'une aide et d'un encadrement au collège. Son originalité réside dans le fait qu'il ne s'adresse pas simplement aux élèves en difficulté, mais à tous les élèves, et qu'il n'est pas un dispositif d'aide aux devoirs en plus, mais qu'il a vocation à coordonner l'existence sous l'autorité d'un enseignant, car le fait de se mettre en lien étroit avec les enseignants permet aux personnes qui interviennent, que ce soient des assistants d'éducation, des jeunes en service civique, ou des volontaires, d'être conseillées par l'enseignant et de donner un soutien scolaire qui corresponde au mieux aux besoins des élèves. Ma question porte donc, non pas sur le bilan global du dispositif "Devoirs faits", parce qu'effectivement le rectorat le fera en son temps, y compris devant le C.D.E.N., mais bien de savoir dans quelle mesure les dispositifs mis en place par la collectivité parisienne, soit directement, soit via les associations qu'elle soutient, ont été associés, se sont mobilisés dans ce dispositif à destination des collégiens qui, encore une fois, se veut coordonner l'ensemble des dispositifs existants. Je vous remercie.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Madame LANG. Pour vous répondre, la parole est à M. Patrick BLOCHE.

M. Patrick BLOCHE, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Je m'aperçois que je ne serais intervenu que pour répondre à des v?ux. Je ne serais intervenu sur aucun projet de délibération. Ainsi le veut cette séance.

Chère Anne-Christine LANG, votre v?u porte sur un dispositif initié par le ministre de l'Éducation nationale et dont l'application à Paris dépend entièrement du rectorat, comme vous le savez.

Je partage avec vous tout l'intérêt que nous aurions à connaître les détails de cette mise en ?uvre dans les collèges parisiens, ainsi qu?un premier bilan et retour d'expérience. De ce fait, le C.D.E.N. est sans aucun doute l'instance la plus adaptée à cette communication. C'est la raison pour laquelle je me suis permis de déposer un amendement à votre v?u, et sous réserve de son adoption, je donne un avis favorable à ce v?u nº 46.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - L'amendement est adopté, Madame LANG ?

Mme Anne-Christine LANG. - Oui.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Super !

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Démocrates et Progressistes, amendée par l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u amendée est adoptée. (2018, V. 84).