Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DPJEV 111 - Communication de M. le Maire de Paris relative à l’arrêté préfectoral du 2 mars 2007 autorisant et réglementant, au titre du Code de l’Environnement, l’implantation et l’exploitation par le Syndicat Mixte Central de Traitement des Ordures Ménagères d’un centre de tri de collecte de déchets ménagers, comportant des installations classées pour la protection de l’environnement situé 62, rue Henry-Farman (15e).

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2007


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du projet de délibération DPJEV 111 concernant une communication de M. le Maire de Paris relative à l?arrêté préfectoral du 2 mars 2007 autorisant et réglementant au titre du Code de l?environnement l?implantation et l?exploitation par le Syndicat mixte central de traitement des ordures ménagères d?un centre de tri et de collecte de déchets ménagers comportant des installations classées pour la protection de l?environnement situé 62 rue Henry-Farman, dans le 15e arrondissement.

Monsieur GOUJON, vous avez la parole.

M. Philippe GOUJON. - Monsieur le Maire, je rappellerai, à l?occasion de l?examen de ce projet de délibération, combien nous sommes favorables au recyclage des déchets, qui s?inscrit dans la continuité du tri sélectif individuel effectué par les Parisiens et inauguré sous la précédente mandature. Et plus largement, bien sûr, à toutes les initiatives visant à la protection de l?environnement.

Nous voterons donc ce projet.

Mais, je continue à m?interroger car je n?ai pas eu les bonnes réponses jusqu?à présent sur l?intérêt d?implanter le premier centre de tri parisien dans ce site pour trier 15.000 tonnes de déchets des 14e et 15e arrondissements, alors qu?à moins de 300 mètres la nouvelle usine ISSEANE, quai Roosevelt, triera à elle seule 55.000 tonnes de déchets et en incinèrera 500.000 autres, pour un coût déjà de plus d?un demi milliard d?euros.

Ce projet a été imposé. Malgré les promesses faites, à une certaine époque, il n?y a jamais eu la moindre concertation sur le choix de l?implantation, pas plus au conseil de quartier qu?au conseil d?arrondissement. Et nous n?avons pas eu de réponse sérieuse sur le choix du site qui est, encore une fois, à proximité d?un autre centre et d?une autre usine beaucoup plus importante.

Et si je reprends le procès-verbal d?une réunion du Conseil municipal d?Issy-les-Moulineaux de 2005, on constate l?opposition à la réalisation de ce centre de tri dans le 15e arrondissement, non seulement du maire, André SANTINI, mais aussi du Conseiller du groupe ?Les Verts? d?Issy-les-Moulineaux, Didier ARNO.

L?usine ISSEANE, très légèrement modifiée, aurait pu accueillir les déchets affectés au centre de tri, ce qui aurait permis d?économiser à la collectivité, en particulier au SYCTOM, 22 millions d?euros.

Par ailleurs, ce chantier, qui est arrêté à la suite d?une découverte archéologique, prendra certainement du retard. Quand est-il aujourd?hui ? C?est la question que je pose principalement. Les travaux sont-ils toujours suspendus ? Quand pourront-ils reprendre ?

En outre, je m?interroge aussi sur la gestion du surplus de trafic de bennes et de poids lourds généré par l?installation de ces deux centres, à proximité l?un de l?autre, dans un secteur qui est déjà fort embouteillé. A-t-on notamment prévu un plan de circulation ?

Le maire du 15e arrondissement a demandé au Président du SYCTOM que la mairie du 15e arrondissement soit associée, dans un souci de transparence et de concertation, aux différentes hypothèses étudiées par le SYCTOM concernant les itinéraires qu?emprunteront les bennes de collecte sélective et les camions qui entreront et sortiront du centre de tri.

Ce secteur dont l?urbanisation était restée inachevée aurait pu, selon nous, recevoir un meilleur traitement avec la création de logements et d?équipements collectifs. Il ne s?agit pas, bien sûr, de contester en quoi que ce soit la collecte sélective ni la réalisation de capacité de tri à proximité des zones de collecte et encore moins à Paris intra muros.

Néanmoins, nous nous interrogeons sur cette implantation simultanée de deux centres de tri à 300 mètres l?un de l?autre.

En tant qu?élu du 15e arrondissement, il me fallait m?étonner de cette incohérence de la proximité de ces deux centres qui vont accomplir le même travail et du manque de concertation qui a entouré ce dossier.

Je vous remercie.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Monsieur CONTASSOT, vous avez la parole.

M. Yves CONTASSOT, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Monsieur GOUJON, vous ne devez pas bien connaître ce qui se passe dans le 15e arrondissement parce que le maire de cet arrondissement a été consulté très largement sur cette question, mais peut-être y a-t-il des soucis de concertation interne dans le 15e arrondissement ?

Il ne vous a pas échappé, vous qui connaissez bien, apparemment, la question du tri des déchets, que à ISSEANE, on ne triera pas les déchets de Paris, mais les déchets de la banlieue. Et 55.000 tonnes, cela ne suffit pas pour les trier à la fois.

De plus, nous avons même été obligés de supprimer des dispositifs qui étaient déjà prévus à ISSEANE, compte tenu des modifications demandées par le maire d?Issy-les-Moulineaux?

M. Philippe GOUJON. - Ce n?est pas ce qu?il a dit.

M. Yves CONTASSOT, adjoint, rapporteur. - Il ne vous dit peut-être pas la vérité ! Mais reportez-vous au compte rendu du SYCTOM dans lequel siègent un certain nombre de vos amis, et vous verrez les décisions, hélas, que l?on a été obligés de prendre, pas de gaieté de c?ur, et qui ont considérablement surenchéri le coût d?ISSEANE.

Il nous fallait et il nous faut toujours un certain nombre de centres de tri pour les déchets des Parisiens et il n?est pas question de systématiquement considérer que c?est la banlieue qui doit les accueillir.

C?est pourquoi nous avons décidé qu?il y aurait quatre centres de tri, dont un à cet endroit pour les déchets des seuls Parisiens et je vous rappelle que les bennes circulent déjà à cet endroit, puisque ce sont les déchets du 15e et du 14e qui seront traités à cet endroit essentiellement. Donc ce sont des bennes qui collectent dans votre arrondissement et qui iront ensuite simplement vider les déchets à proximité. Il n?y aura donc pas un afflux de camions, comme on veut le faire croire ici ou là ; il y aura simplement un certain nombre de camions qui passeront et c?est une petite capacité, 15.000 tonnes, par rapport aux autres centres de tri. Je le rappelle, ISSEANE, c?est 55.000 tonnes et ses riverains s?inquiètent davantage que ceux de la proximité d?ailleurs, il y en a assez peu - de ce centre de tri.

Nous avons donc cette contrainte effectivement d?accueillir sur notre territoire, et c?est légitime, des équipements qui, jusqu?à présent, étaient systématiquement mis en banlieue. C?est aussi cela, la solidarité.

M. Alain LHOSTIS, adjoint. - C?est pour les papiers gras de M. GOUJON !

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci. De toute façon, il n?y a pas de vote. Il s?agit d?une communication et d?un arrêté préfectoral du 2 mars 2007.