Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche relatif à l’inégalité entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2018


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Le v?u référencé n° 97 est relatif à l'inégalité entre les femmes et les hommes pour dans les arts et la culture.

C'est Mme PREMEL qui prend la parole, pour le groupe Communiste - Front de Gauche.

Mme Danièle PREMEL. - Madame la Maire, chers collègues.

Depuis plus de 10 ans, les rapports s'ajoutent aux rapports et tous concluent au même constat : les femmes et les hommes ne sont pas égaux dans les institutions culturelles et ce, quel que soit le domaine. Le pire étant la musique amplifiée. Les salles ne programment que 7 % de groupes mixtes ou féminins. Il y a 18 % d'écart entre les salaires des femmes et des hommes dans le domaine culturel. Et la liste est longue. Le rapport du Haut Conseil à l'égalité est édifiant.

Par ce v?u, nous proposons à l?Exécutif parisien de faire un état des lieux dans l'ensemble des institutions culturelles parisiennes ainsi que dans les lieux que nous subventionnons. C'est à partir d'une photographie non retouchée que nous pourrons envisager des pistes d'action afin de corriger cette discrimination. Je ne partage pas forcément toutes les préconisations du rapport et je ne sais pas encore ce que la Ministre NYSSEN en retiendra, mais il y a des pistes intéressantes, en particulier dans les nominations, la programmation et les aides que l'on peut apporter aux initiatives des femmes dans le monde de la culture.

Je suis en revanche peu convaincue par l'instauration d'un bonus-malus, car il oblige à réfléchir à moyens constants.

Pour nous, le budget de la culture reste trop faible par rapport à la place que la culture devrait avoir dans notre pays. Je sais que certains ne voient que le mécénat. Celui-ci doit rester une exception et non une obligation. Il est urgent que nous agissions dans le domaine de la culture, car il est le lieu de la représentation. Moins nous verrons de femmes, plus nous maintiendrons l'idée stupide de "ce n'est pas pour nous". Paris fait un effort remarquable dans la féminisation des lieux publics, dans la lutte contre les violences et pour favoriser la construction de l'espace public au féminin. Il est temps que nous donnions à voir les immenses talents des femmes. L'étude que nous demandons nous donnera les moyens d'agir. Je vous remercie.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci à vous.

La parole est à M. JULLIARD pour répondre.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Merci beaucoup, Madame la Maire. Merci, Madame PREMEL, pour la présentation de ce v?u.

Ce débat, qui nous occupe aujourd'hui, fait suite à un constat tout à fait révoltant - vous y êtes revenue : l'égalité est encore loin d'être atteinte dans le secteur culturel. Alors même que les femmes sont majoritaires dans les études culturelles et artistiques - à l'université, 6 étudiantes sur 10 -, elles restent peu nombreuses à occuper des postes de direction - 3 sur 10 à compétences égales. Y compris dans le secteur culturel, le salaire des femmes est inférieur de 18 % à celui des hommes.

C'est pourquoi la Ville de Paris a consacré l?édition 2018 de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes à la place des femmes dans la culture. A cette occasion, nous avons organisé, avec Hélène BIDARD, un grand colloque en présence d'acteurs et d'actrices culturels, d?artistes, de chercheurs et de représentants et représentantes de la société civile, à travers trois tables rondes. L'objectif était de mettre en évidence ces phénomènes, mieux les comprendre pour identifier les leviers d'action et les expériences les plus efficaces.

Nous avons annoncé un plan d'action. Ce plan se déclinera autour de 4 grands axes qui ont vocation à être développés avec l'ensemble des équipements culturels de la Ville. D'abord, lutter contre les stéréotypes à travers l?éducation et l?enseignement artistique. Ensuite, garantir l?égalité professionnelle, salariale et l?accès aux postes de direction.

A ce titre, je voudrais dire qu?avec Mme la Maire de Paris, sur 22 nominations qui ont été effectuées pour des directions d'opérateurs, 12 ont permis la nomination de femmes à des postes de direction, y compris de très grandes institutions culturelles comme le Châtelet, soit nettement plus que la moitié. Troisième axe : valoriser, promouvoir la création artistique des femmes, notamment via des conventions d'objectifs avec nos opérateurs. Et enfin, réaliser des statistiques sexuées pour rendre visibles les inégalités et élaborer un diagnostic sur les inégalités observées sur le territoire parisien.

Bref, la proposition de votre groupe rejoint l'annonce faite par l?Exécutif le 8 mars dernier. Ainsi, je ne peux qu'émettre un avis très favorable à votre v?u.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup.

Je vais mettre à présent aux voix le v?u n° 97?

Ah, pardon, il y a une demande d'explication de vote du groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants.

Madame GOLDGRAB ?

Mme Laurence GOLDGRAB. - Oui, juste un petit mot. Nous voterons, bien évidemment, ce v?u qui nous réjouit. Mais, sur la programmation en matière de musique urbaine, qui est un des exemples cités dans ce v?u, je voudrais dire à quel point, effectivement, les femmes sont absentes de ce courant musical et à quel point la Ville s'honorerait de favoriser leur programmation. On ne parle plus de la place des femmes dans les postes des institutions culturelles, mais là, on parle de programmation.

Merci beaucoup.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Absolument, et je soutiens totalement cette approche, comme vous pouvez l'imaginer.

L'avis a été rendu : c'est un avis favorable à ce v?u.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Communiste - Front de Gauche, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2018, V. 102).