Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DASES 78 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention triennale avec l’association “Collectif Les Morts de la rue”, 72, rue Orfila (20e). Attribution d’une subvention au titre de l’exercice 2007 pour son action d’accompagnement des convois des défunts indigents. - Montant : 20.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2007


 

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Nous commençons par l?examen du projet de délibération DASES 78 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention triennale avec l?association ?Collectif Les Morts de la rue?, 72, rue Orfila (20e).

Monsieur Olivier PAGÈS, vous avez la parole.

M. Olivier PAGÈS. - Merci, Madame la Maire.

Je serais très bref. Je souhaite intervenir sur ce projet de délibération à la fois en tant que conseiller de Paris et en tant que président du Comité parisien d?éthique funéraire.

Le ?Collectif Les morts de la rue? qui est, entre autres, membre du Comité d?éthique funéraire, développe depuis plusieurs années une action d?accompagnement des personnes dépourvues de ressources financières et relationnelles, d?accompagnements de convois de défunts organisés par la Société d?économie du funéraire, soit de l?I.M.L. ou des hôpitaux vers le cimetière de Thiais où se trouve l?espace dit ?des indigents? qui devrait se dénommer ?Jardin de la fraternité?. Elle organise une célébration de commune humanité. Elle participe aux recherches d?identité ainsi qu?à des recherches de proches ou amis du défunt.

Le renouvellement de la convention triennale avec l?association ?Les morts de la rue? permet un engagement dans la durée et l?amélioration de cet accompagnement. Nous ne pouvons donc que nous féliciter de reconduire ces modalités de financement pour trois ans en faveur du collectif.

Vous conviendrez avec moi que le respect dû à la personne de son vivant doit également s?étendre à sa mort. Quelle qu?ait pu être sa vie, chacun doit pouvoir bénéficier d?obsèques dignes réalisées dans des conditions décentes. Nous sommes des citoyens tout au long de la vie jusque dans la mort.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Je donne la parole à Mme de CLERMONT-TONNERRE.

Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Merci, Madame la Maire.

Tout d?abord, je voudrais vous remercier d?avoir permis au Conseil de reprendre ses travaux en acceptant de présider cette séance.

La venue de cette délibération devant notre Assemblée nous donne l?occasion de rendre un hommage reconnaissant à l?action conduite par le ?Collectif Les morts de la rue? et, à travers lui, à l?ensemble des associations qui agissent en faveur d?un accompagnement digne des hommes et des femmes sans-abri qui se sont éteints dans la rue, le plus souvent dans la solitude et la détresse morale ou matérielle.

Ce collectif, qui accompagnait plus de 252 personnes en 2006, sollicite une subvention de fonctionnement pour lui permettre de mener à bien son action d?accompagnement des convois de défunts vers le ?carré 58? du cimetière de Thiais, plus communément appelé ?carré des indigents? ou ?carré des gratuits?.

Or, vous vous souvenez sans doute, mes chers collègues, que lors de notre séance de septembre 2003, au lendemain de cette cérémonie particulièrement émouvante au cours de laquelle 57 personnes seules victimes de la canicule ont été inhumées, j?avais attiré l?attention de notre Assemblée sur la nécessité de donner au ?carré des indigents? un nom plus respectueux des hommes et des femmes qui y reposent. Vous m?aviez alors répondu par la voix de l?un de vos adjoints qu?une dénomination spécifique serait recherchée et proposée à un prochain Conseil de Paris.

C?était en 2003. Aucune proposition ne nous ayant été soumise depuis cette date, en décembre 2006, j?ai saisi de cette question le Conseil d?administration de la Société mixte des pompes funèbres, puisque comme vous le savez, Madame la Maire, cette société a une délégation de service public lui confiant l?organisation de la conduite à Thiais des convois pour les personnes ne disposant pas de ressources suffisantes.

Je me réjouis que cette demande ait fini par aboutir puisque j?ai récemment appris par la voix du président de cette S.E.M., notre collègue Alain MORELL, que le ?carré des indigents? porterait désormais le nom de ?Jardin de la fraternité?.

Je pense, Madame la Maire, que pour aller jusqu?au bout de notre démarche, il serait opportun de matérialiser cette nouvelle dénomination sur les plans situés dans l?enceinte du cimetière et d?y sensibiliser l?ensemble des personnels et des associations qui organisent, accompagnent ou accueillent les convois afin que cette nouvelle dénomination soit bien ancrée en ces lieux.

Je vous en remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente, au lieu et place de Mme Mylène STAMBOULI, adjointe, au nom de la 6e Commission. - Merci.

Je vais donc répondre aux orateurs, les remercier pour l?intérêt qu?ils portent à cette subvention.

En effet, le ?Collectif Les morts dans la rue? regroupe de nombreuses associations caritatives oeuvrant en faveur des personnes sans-abri. Il veille à l?organisation d?obsèques dignes comportant une célébration conforme aux croyances et à la personnalité des défunts.

La Municipalité attache beaucoup d?importance à l?inhumation dans des conditions dignes de personnes sans ressources ; c?est un devoir moral. L?association souhaite développer une activité en faveur des familles endeuillées qui se font connaître et souhaitent bénéficier d?un accompagnement, d?un soutien et être informés du déroulement des obsèques de leurs proches.

En effet, Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE a évoqué la dénomination du ?carré des indigents? qui deviendra ?Jardin de la fraternité?. M. Olivier PAGÈS avait répondu par avance dans ce sens et j?y associe naturellement M. Alain MORELL, très impliqué au sein de la S.E.M. des pompes funèbres.

C?est donc volontiers que nous procéderons à cette nouvelle dénomination. Comme le collectif accroît son activité, nous avons porté la subvention de 15.000 à 20.000 euros pour 2007, sachant que cette association est soutenue depuis 2004.

Je vous invite à voter favorablement ce projet de délibération.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 78.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, DASES 78).