Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif au contrat de naming du Palais omnisport Paris-Bercy.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2018


 

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Nous allons maintenant étudier le v?u n° 20, relatif au contrat de dénomination du Palais omnisports de Paris-Bercy.

La parole est à Danielle SIMONNET, pour deux minutes.

Mme Danielle SIMONNET. - Oui, merci.

Comme vous le savez, la Ville de Paris a un partenariat fort avec la société "AccorHotels" puisqu'elle a décidé, via un contrat de "naming", de donner à l'un de ses plus grands équipements de sport et de loisirs, le Palais Omnisports de Paris-Bercy, le nom de cette entreprise. Plusieurs conseillers de Paris, plusieurs groupes ici présents se sont opposés à cette appellation.

Je voudrais que ce débat soit relancé, au regard de l'actualité, concernant AccorHotels. Parce que, quand même, "AccorHotels", il y a quand même une affaire extrêmement grave qui montre qu'il y a eu des liens très forts entre "AccorHotels" et le régime d'Azerbaïdjan. Le régime d'Azerbaïdjan est soupçonné tout simplement de corruption via la diplomatie du caviar, affaire dans laquelle ce régime aurait approché certains élus européens pour acheter leur amitié en échange de lobbying en faveur du régime d'Asie Centrale.

Une enquête et des informations, rendues publiques en avril 2018 par des journalistes du projet "Daphne", qui poursuivaient les enquêtes de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia, assassinée en octobre 2017, justement dans le cadre de son enquête, montrent toutes les affaires de corruption qu'il a pu y avoir et qui impliquent justement "AccorHotels", et qui établissent que deux hôtels du groupe "AccorHotels", situés à Dubaï, ont été construits ou sont gérés en collaboration avec des sociétés écrans dont les bénéficiaires réels sont Leyla et Arzu ALIYEVA, les filles du président d'Azerbaïdjan, Ilham ALIYEV.

Franchement, je vous le dis, chers collègues, il faut que cela cesse. Je pense qu'il faut arrêter de donner des noms de "naming" à des équipements de la Ville de Paris, à des entreprises qui sont à ce point loin d'être exemplaires et qui, au contraire, entachent l'honneur de la Ville de Paris.

C'est pour cela qu'à travers ce v?u, je souhaite que le Conseil de Paris entame des démarches pour rompre le contrat de "naming" du Palais Omnisports Paris-Bercy, passé avec l'entreprise "AccorHotels", et renonce à tout autre partenariat avec cette entreprise. Je vous remercie.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - La parole est à Jean-François MARTINS.

Ensuite, il y aura une explication de vote de Nicolas BONNET-OULALDJ.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Avis défavorable.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Nicolas BONNET-OULALDJ ?

M. Nicolas BONNET-OULALDJ. - Merci, Monsieur le Maire.

Je remercie Danielle SIMONNET de relancer ce débat que j'avais impulsé, il y a deux ans, dans ce Conseil de Paris, au moment du débat sur le "naming". Avec le groupe Ecologiste, vous vous en souvenez, nous avions voté contre le "naming". Nous avions d'ailleurs proposé d'appeler Bercy Alain Mimoun. Ce v?u avait été adopté, mais il n'a pas été mis en ?uvre, bien sûr, puisque le projet de délibération avait été adopté malgré notre vote contre. J'ai reproposé dernièrement que l'on prenne le nom de Johnny Hallyday. Je me réjouis que Danielle SIMONNET relance ce débat. Je pense, cher Jean-François MARTINS, que ce matin, nous avons parlé de culture. Durant ce débat culture, j'ai parlé de sport et de la culture sportive. Je tiens à dire que ce sujet du "naming" pose une vraie question culturelle sur notre patrimoine. La culture sportive se transmet aussi par le patrimoine sportif. Là, nous avons, par l'hégémonie des entreprises, une emprise sur la culture sportive. C'est cela qui est le plus gênant. On n'a pas beaucoup parlé ce matin du travail de mémoire que mène Catherine VIEU-CHARIER au sein de la culture. Quand on prend la décision de nommer notre patrimoine public par un résistant, une résistante, un chanteur, un sportif, on fait ?uvre de culture. C'est pour cela que le "naming" est l'antinomie de la culture. C'est pour cela que nous voterons le v?u de Danielle SIMONNET.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Pour une explication de vote aussi courte, la parole est à Pascal JULIEN pour la dénomination, puisqu'on a aussi parlé de francophonie ce matin.

M. Pascal JULIEN. - Je souscris à ce qui vient d'être dit. Je dois dire que l'on n'avait pas prévu de prendre la parole, mais là, je la prends parce que je suis très choqué par le fait que l'adjoint ait répondu avec mépris à Danielle SIMONNET par une simple hostilité dépourvue d'arguments.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 20 avec un avis défavorable de l'Exécutif, vous l'aurez compris.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est rejeté.