Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Démocrates et Progressistes relatif à la mobilité dans le logement social.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2018


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le v?u référencé n° 168 est relatif à la mobilité dans le logement social.

La parole est à Mme Anne-Christine LANG.

M. Julien BARGETON. - Monsieur le Maire, je vais présenter ce v?u.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Julien BARGETON, pardon.

Monsieur LEGARET, s'il vous plaît !

M. Julien BARGETON. - Je vais présenter ce v?u dont l'esprit va susciter des débats. Il en a déjà d'ailleurs suscité, puisqu'on prononce le mot Métropole. Parfois, on a l'impression que c'est un peu un gros mot dans cette instance, parce qu'on propose que la question du logement puisse être traitée au niveau métropolitain avec une intégration renforcée, notamment via un fonds, via la mutualisation d'un certain nombre de logements sociaux, la construction à certains endroits.

On nous dit tout de suite, dès que l'on parle de la métropole, "vous ne voulez pas construire à Paris". Je note que ceux qui ne veulent pas construire à Paris sont souvent ceux qui nous reprochent de vouloir construire ailleurs. Dans une ville où le foncier est assez rare, évidemment cela nécessite soit de densifier, mais certains groupes de la majorité s'opposent à la densification, et donc la question posée est : où construit-on ? On peut mutualiser, ce n'est pas un gros mot, réfléchir aux compétences au niveau métropolitain. C'est le sens de ce v?u.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Ian BROSSAT.

M. Ian BROSSAT, adjoint. - Tout le monde ici est très attaché à l'idée que la question du logement ne se réglera évidemment pas à la seule échelle de Paris. Il faudrait être stupide pour penser que les 200.000 personnes qui ont fait une demande de logement à Paris?Vous n'avez pas besoin d'applaudir quand on dit une évidence, attendez la suite. Il est évident que les 200.000 personnes qui ont fait une demande de logement à Paris, notamment des habitants de banlieue d'ailleurs, auront toutes une solution dans Paris. Evidemment qu'on a besoin de réfléchir à l'échelle de la Métropole. Simplement, vos deux v?ux, le v?u précédent que vous avez présenté et celui-ci sont à lire ensemble. D'un côté vous nous dites, il faut vendre du logement social à Paris, et de l'autre vous nous dites, Paris doit financer du logement social en banlieue. On a bien compris ce dont il s'agit. Il s'agit de se débarrasser de nos logements sociaux parisiens, pour financer du logement social en première couronne, sachant que la première couronne?

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Ian BROSSAT a la parole, lui seul.

M. Ian BROSSAT, adjoint. - ? sachant que la première couronne a déjà largement contribué, je pense à la Seine-Saint-Denis, à certaines villes du Val-de-Marne, largement contribué à l'effort en matière de logement social. Le risque avec le vote de votre v?u est donc d'augmenter encore les déséquilibres en matière d'aménagement du territoire, de mettre à mal la mixité sociale. Nous ne pouvons évidemment pas être favorables à cette logique.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je mets donc aux voix?

Je pense que vous aurez des mois et des mois pour mener ce débat. Vu l'heure, je propose qu'on ne le prolonge pas maintenant.

Monsieur GLEIZES, vous avez la parole pour une explication de vote.

M. Jérôme GLEIZES. - Explication du vote du groupe Ecologiste sur ce v?u.

Dans la continuité de ce qu'a dit mon ami Yves CONTASSOT, quand on lie la question de la vente du logement social à Paris, où le prix du mètre carré est à 9.000 euros, il faut s'endetter, à des classes moyennes qui n'ont pas la possibilité de s'endetter et en même temps on fait un v?u de mobilité sociale, on exclut les classes qui habitent aujourd'hui dans le logement social, incapables de payer ce logement social, vers la banlieue.

Expliquez-nous ce mécanisme autre, Monsieur BARGETON. Nous votons contre.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Démocrates et Progressistes, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.