Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à la sécurisation des accès aux quais bas rive gauche.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2018


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Le v?u référencé n° 125 est relatif à la sécurisation des accès aux quais bas rive gauche.

La parole est à Mme BOUGERET, pour deux minutes maximum.

Mme Alix BOUGERET. - Merci, Madame la Maire.

En effet, un v?u relatif à la sécurisation des quais bas rive gauche du pont d'Austerlitz au pont d'Iéna, qui font régulièrement l'objet, on a eu l'occasion d'en parler encore ce matin, de rassemblements festifs ou d'attroupements sur les quais bas à proximité du square Tino Rossi et sur le reste des quais.

On ne peut pas également nier, au-delà de ces attroupements, les risques en termes de sécurité. Pour autant, les quais et l'accès aux quais bas rive gauche ne font l'objet d'aucune interdiction physique de type barriérage. Nous approchons de la période estivale et de nombreux rassemblements sont à prévoir.

C'est l'objet de ce v?u porté notamment par Florence BERTHOUT, Jean-Pierre LECOQ et Rachida DATI, que la Mairie de Paris mette en place des dispositifs d'accès sécurisés aux quais bas entre le pont d'Austerlitz et le pont d'Iéna avant la fin mai 2018.

Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Pour vous répondre, la parole est à Christophe NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

Nous sommes en cours de consultation pour attribuer le marché qui va nous permettre de fournir des bornes rétractables reliées au P.C. de la DPSP. Le marché devrait être attribué au début de l'été. Les premières mises en place sont attendues pour la fin de l'année.

Je rappellerai que la Préfecture de police est compétente en matière de sécurité publique. La Ville posera donc ces bornes sur les sites en relation avec la Préfecture de police et sur proposition de la Préfecture de police. Pour l'heure, ni le jardin Tino Rossi ni les promenades sur les quais bas entre les ponts de Sully et Royal n'ont fait l'objet de demandes particulières.

C'est la raison pour laquelle je ne peux donner d'avis favorable à votre v?u, même si, comme je le disais en introduction de ma réponse, nous sommes en cours d'attribution du marché, et que cette sécurisation sera donc réalisée normalement pour la fin de l'année. Pour le reste, je laisserai peut-être M. le Représentant du Préfet de police apporter des précisions complémentaires. Mais en tout état de cause, pour l'instant, nous ne pouvons pas donner d'avis favorable à votre v?u.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

La parole est au Représentant du Préfet de police.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Merci, Madame la Maire.

Comme l'adjoint à la Maire de Paris vient de le rappeler, c'est un travail plus général entre la Ville de Paris et la Préfecture de police qui vise à travailler sur la sécurisation des quais bas avec deux points de préoccupation.

Le premier est de maintenir des points d'accès facilement accessibles pour les véhicules de sécurité et de secours, que les dispositifs qui seront installés puissent préserver cette capacité d'accès à tout moment.

Le second, de prévenir l'intrusion sur ces quais, qui sont fortement fréquentés, notamment en cette période de beaux jours, de véhicules qui pourraient provoquer des accidents.

Il y a peut-être deux périmètres à distinguer, s'agissant de ces quais. C'est celui qui est sous la responsabilité de la Ville et celui qui relève plus particulièrement du domaine géré par "Haropa".

Comme je l'indiquais ce matin, en réponse au v?u relatif à la vidéo protection sur les quais bas, notamment dans le 5e arrondissement, nous devons rencontrer prochainement le nouveau directeur de l'Agence "Haropa" avec lequel nous reprendrons ce dossier qui fait déjà l'objet d'échanges depuis de nombreux mois, pour essayer d'aboutir plus rapidement et d'assurer sur l'ensemble du linéaire des quais bas cette sécurité que nous devons aux personnes qui les fréquentent.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci pour cet ensemble de réponses très complet. Il vous est donc proposé, Madame BOUGERET, de retirer le v?u et vous le maintenez.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe les Républicains et Indépendants, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée. V?u déposé par le groupe Socialiste et Apparentés relatif au calendrier de restructuration du réseau de bus. V?u déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif au nouveau plan bus parisien. V?u déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à un comité des engagements financiers pour la mise en ?uvre des opérations de réaménagement ayant un impact sur le réseau de bus. V?u déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à la réalisation des aménagements de voirie pour le nouveau plan bus.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Nous enchaînons avec les v?ux référencés nos 126, 127, 128 et 129 qui sont relatifs au nouveau Plan bus.

La parole sera à Mme Catherine BARATTI-ELBAZ pour présenter le v?u n° 126, Mme BÜRKLI présentera les trois suivants en une seule intervention. Christophe NAJDOVSKI répondra et Mme BOILLOT aura une explication de vote.

Madame BARATTI-ELBAZ ?

Mme Catherine BARATTI-ELBAZ, maire du 12e arrondissement. - Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, écoutez, je suis embêtée parce que je ne sais pas répondre aux questions de mes habitants et je ne sais pas répondre aux questions que me posent les maires des communes riveraines du bois de Vincennes concernant le calendrier de déploiement du nouveau réseau de Grand Paris des bus.

Il y a presque dix-huit mois que nous avons, nous élus parisiens, étroitement accompagné la concertation sur la réorganisation de ce grand réseau de bus à l'échelle de la zone dense autour de Paris. Concertation lancée d'ailleurs par la Région Ile-de-France et Ile-de-France Mobilités, accompagnées par la Ville de Paris et l'opérateur qui est la R.A.T.P.

Je sais que tous les élus sur tous les bancs se sont mobilisés pour que cette concertation soit la plus large possible. Effectivement, il faut revoir ce réseau pour qu?il soit plus équilibré, plus efficace et, en particulier, permettez-moi de le dire, qu'il desserve beaucoup mieux les arrondissements périphériques comme le mien et qu'il permette également d'améliorer la desserte du bois de Vincennes, qui m'est chère bien sûr, mais j'imagine aussi pour mes collègues de l'ouest, le bois de Boulogne, et allant jusque dans ces communes riveraines du périphérique. Il y a eu une très forte mobilisation de nos habitants, des élus des communes riveraines et qui a abouti, je crois, à un schéma général qui donne satisfaction à tout le monde. Nous nous en étions tous réjouis. Nous avons depuis beaucoup travaillé en lien avec la R.A.T.P. pour imaginer les aménagements qui doivent être discutés et mis en ?uvre. Ces aménagements ont été validés, nous savons ce que nous devons faire. Ils sont parfois conséquents, mais nous sommes prêts à les faire. Ils ont été transmis à la région Ile-de-France. En tant que maire du 12e arrondissement, j'ai même donné mon accord de principe pour qu?un centre de bus soit mis en place dans mon arrondissement. Alors qu?attendons-nous ? Nous, nous sommes prêts et nous sommes impatients. Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

La parole est à Mme BÜRKLI.

Mme Delphine BÜRKLI, maire du 9e arrondissement. - Merci, Madame la Maire, et merci à Mme BARATTI-ELBAZ.

J'ai été très attentive à ses propos qui contiennent un certain nombre d'informations que j'ignorais jusqu'alors. Merci infiniment.

Le v?u que nous présentons avec mon groupe s'inscrit dans un état d'esprit constructif mais vigilant. Nous avons abordé le sujet au dernier conseil d'administration d'Ile-de-France Mobilités où nous siégeons, Christophe NAJDOVSKI, Julie BOILLOT et moi-même.

Je comprends, aux propos tenus ce matin, que nous sommes bien au Conseil de Paris et que M. NAJDOVSKI ne tient pas le même discours lorsqu'il est à Ile-de-France Mobilités ou au Conseil de Paris.

Ceci étant dit, nous avons vraiment tous hâte que le Plan... Je vous ai entendu parler de certaines mesures prises par Ile-de-France Mobilités et le travail de Valérie PÉCRESSE. Ce n'était pas vraiment le discours que vous teniez encore la semaine dernière.

Ceci étant dit, nous avons tous hâte que le plan adopté par Ile-de-France Mobilités, sous l'impulsion de Valérie PÉCRESSE, soit mis en place rapidement et dans les meilleures conditions, et là je rejoins Mme BARATTI-ELBAZ, mais pour qu?il soit pleinement mis en place, plusieurs conditions sont nécessaires, notamment la réalisation d'aménagements pour le bon fonctionnement des lignes et l'ouverture de centres bus. Pour l'instant, le compte n'y est pas de la part de la Ville de Paris.

Aujourd'hui, clairement, nous avons des inquiétudes par rapport à la réalisation de ces aménagements de voirie par les services de la Ville. Pas moins de 130 aménagements de voirie sont nécessaires. Je rappelle qu'Ile-de-France Mobilités apporte 70 % du financement à la Ville pour les réaliser et, pour l'instant, ce sont cinq dossiers de subvention Ile-de-France Mobilités qui ont été déposés. On est encore un peu loin du compte.

Nous avons besoin d'un calendrier, Monsieur NAJDOVSKI, de visibilité, d'un rétro planning sur lequel nous baser pour réaliser concrètement la restructuration du réseau. Nous avons besoin d'avoir des garanties sur ces aménagements et leur capacité à faire fonctionner le nouveau réseau, bien sûr, mais aussi sur l'absolue nécessité d'améliorer la vitesse commerciale des bus pour faire du bus un véritable mode de transport fiable et rapide.

Or, les chiffres en la matière sont très préoccupants puisque la vitesse commerciale a baissé de 20 % ces quinze dernières années, 4 % depuis 2014. Elle est maintenant à 9 kilomètres/heure sur les heures de pointe, voire 7 kilomètres/heure sur certains axes. Ce n'est pas acceptable. Et je suis désolée de le dire, mais la Ville est clairement responsable de cette dégradation de service.

Même inquiétude sur les centres de bus, même si j'ai entendu les propos encourageants de Mme BARATTI-ELBAZ. Nous avons besoin de deux centres bus supplémentaires équipés pour les bus électriques et les bus au gaz naturel de ville.

A ce jour, comme pour les aménagements de voirie, on ne voyait rien venir jusqu'à maintenant. Il y a urgence. 80 % des bus qui circulent sont au diesel, 15 % sont hybrides et s'avèrent aussi polluants que les autres. Ile-de-France Mobilités n'achète plus de bus polluants. Contrairement à la mandature précédente, les discours sont suivis d'actes.

La présidente Valérie PÉCRESSE s'est engagée à 100 % de bus propres, donc il faut trouver des sites propres, des couloirs de bus, des mises en sens unique avec des contresens bus. Ce v?u est donc l'expression d'une volonté politique, que ce plan soit effectivement mis en ?uvre et le plus rapidement possible, j'allais dire dès 2019. Il nous reste six mois avant cette date. La balle est désormais clairement dans le camp de la Ville de Paris.

Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à Christophe NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

Je réponds aux deux v?ux conjointement et j'espère que vous me laisserez un peu plus de temps.

La Ville de Paris a souhaité que soit mise en ?uvre la restructuration du réseau de bus parisiens qui était resté quasiment identique depuis cinquante ans.

Nous avons sollicité le S.T.I.F. dès 2015, devenu depuis "Ile-de-France Mobilités" pour que la concertation nécessaire soit initiée.

Je précise et rappelle que c'est la Ville de Paris qui a pris l'initiative du lancement de cette restructuration du réseau de bus puisque la première réunion a été organisée à l'occasion d'une commission extra-municipale des déplacements, le 1er juillet 2016, ici même, dans ces locaux de l'Hôtel de Ville, en présence du directeur général du S.T.I.F. de l'époque qui était nouvellement nommé.

Mais c'est très clairement la Ville de Paris qui a été à l'origine avec "Ile-de-France Mobilités" de cette demande de remettre la question de la restructuration du réseau de bus à l'ordre du jour.

Cette concertation s'est déroulée fin 2016-début 2017. Le schéma cible a été adopté par le conseil d'administration du S.T.I.F. le 28 juin 2017 et, depuis, les services de la Ville ont élaboré une liste de plus d'une centaine d?aménagements de voirie. Je rappelle à Mme BÜRKLI que ces 130 aménagements ne sont pas tous obligatoires. Certains sont facultatifs et consistent par exemple simplement à créer de nouveaux points d'arrêt de bus, puisqu'à partir du moment où des lignes nouvelles vont être créées ou que des lignes vont voir leur itinéraire modifié, il est nécessaire de faire de nouveaux points d'arrêt de bus. Cela correspond donc aux aménagements à réaliser.

Il y a ainsi 130 aménagements, dont certains sont très simples, mais un certain nombre d'entre eux sont en revanche considérés par "Ile-de-France Mobilités" comme des aménagements indispensables à la réalisation de la restructuration du réseau de bus. Cela consiste notamment à faire des aménagements de type couloirs bus de manière à donner la vitesse commerciale nécessaire aux bus, accompagnés du déploiement de dispositifs de vidéo-verbalisation de manière à assurer, là aussi, la vacuité des aménagements bus et faire en sorte que les bus puissent circuler rapidement et qu'ils ne soient pas occupés indûment par des véhicules qui n'ont rien à y faire.

En février 2018, la Ville a adressé 5 dossiers de demande de cofinancement qui représentent 10 aménagements. En avril, elle a envoyé 13 dossiers supplémentaires qui représentent 20 aménagements supplémentaires. Les prochains dossiers seront déposés d'ici l'été.

Nous avons partagé avec les services d?"Ile-de-France Mobilités" un calendrier de dossier de cofinancement lors du dernier comité de pilotage bus qui s'est tenu le 29 mars 2018. Il est faux, ainsi qu?il est écrit dans votre v?u, que la Ville n'aurait transmis que 5 dossiers à "Ile-de-France Mobilités", comme vous l'avez également mentionné.

En revanche, ce qui est vrai, c'est que nous n'avons pas encore reçu de réponse de la part d'"Ile-de-France Mobilités" à nos demandes de cofinancement. Malgré cela, la Ville de Paris planifie bel et bien les travaux nécessaires à la restructuration du réseau de bus, mais vous comprendrez bien que l?on ne va pas faire aujourd'hui un couloir de bus alors que l'on n'aura pas de bus qui y circulera avant un an. Les Parisiens pourraient nous reprocher à juste titre de dépenser de l'argent un peu n?importe comment si nous tracions aujourd?hui des couloirs bus et qu?aucun bus n?y circulait avant l?année prochaine. Faisons donc chaque chose en son temps et, bien entendu, nous serons prêts pour l'échéance du printemps 2019.

Pour ce qui est du remisage des bus, donc les centres bus, c?est un autre enjeu. Le v?u n° 127 sous-entend que nous n'aurions pas proposé de solution foncière, ce qui est également faux. Nous travaillons cette question de manière partenariale avec la R.A.T.P., avec "Ile-de-France Mobilités". Des places de stationnement au sein des parcs de stationnement de la Ville ont été sanctuarisés. Je pense notamment au parc S.A.E.M.E.S. Autocars de Bercy, au parc de stationnement de la porte de la Villette. Pour ce qui est du long terme, la Ville de Paris a proposé plusieurs solutions foncières dans la Z.A.C. "Bercy-Charenton", toujours dans le 12e arrondissement, avec un projet immobilier qui intégrera un atelier bus - I.D.F.M. a engagé les études. Au sein de la gare des Gobelins, dans le 13e arrondissement, il est également envisagé d'implanter un atelier et I.D.F.M. a engagé les études dont on attend les résultats. Nous avons aussi des projets urbains, Fillettes dans le Nord de Paris, également identifié, tout comme des entreprises proches de Balard.

Pour ce qui est du v?u n° 128 qui demande un comité des engagements financiers, sachez que dans le cadre des comités techniques bus qui se tiennent de manière régulière, l'ensemble des aménagements sont présentés, discutés et leurs impacts évalués. Ensuite, le comité de pilotage qui réunit l'ensemble des partenaires est le lieu où les décisions sont prises à partir des propositions techniques formulées dans les comités techniques bus et sur la base de la concertation menée avec les mairies d'arrondissement. Il est donc également faux de prétendre que les mairies d'arrondissement ne sont pas associées aux choix retenus.

Vous n?êtes pas sans savoir que des réunions ont lieu avec les mairies d?arrondissement concernées par les aménagements. La Direction de la Voirie et des Déplacements et mon cabinet se sont ainsi réunis avec l'adjointe de Mme BERTHOUT et avec d'autres élus d'arrondissement, et nous sommes en contact régulier avec la mairie du 9e arrondissement, avec la mairie du 16e par exemple, pour travailler de manière concertée et intelligente sur les aménagements de voirie et loin, je l?avoue aussi, des effets de tribune que l'on peut avoir ici même dans cette enceinte.

Compte tenu de ces éléments, je donnerai un avis défavorable aux trois v?ux déposés par les élus du groupe les Républicains.

Pour ce qui concerne le v?u déposé par Mme BARATTI-ELBAZ, nous sommes effectivement inquiets du respect du calendrier suite aux récentes annonces d'"Ile-de-France Mobilités". Nous proposons donc un vote favorable à ce v?u pour que nous soient confirmés les engagements pris. Je précise que nous attendrons également un engagement clair d'"Ile-de-France Mobilités", non seulement sur le calendrier mais également sur le niveau d'offres qui sera mis en ?uvre, c?est-à-dire la fréquence, les horaires de chaque ligne et, bien entendu, les moyens financiers.

La Ville de Paris, de son côté, est très mobilisée pour mener à bien cette restructuration du réseau de bus. Elle tient ses engagements sur les aménagements mais, en revanche, nous attendons d'"Ile-de-France Mobilités" que l'autorité organisatrice joue pleinement son rôle pour permettre le succès de cette restructuration qui bénéficiera non seulement aux Parisiens mais aussi, plus largement, aux Franciliens.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Une explication de vote de Mme BOILLOT ? Non.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u référencée n° 126, déposée par le groupe Socialiste et Apparentés, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2018, V. 242).

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u référencée n° 127, déposée par le groupe les Républicains et Indépendants, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u référencée n° 128, déposée par le groupe les Républicains et Indépendants, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u référencée n° 129, déposée par le groupe les Républicains et Indépendants, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

V?u déposé par le groupe UDI-MODEM