Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DPSP 1 - Subventions (264.280 euros) et conventions à 16 associations et S.C.I.C. dans le cadre du dispositif "Ville Vie Vacances" au titre de l’année 2018.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2018


 

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous examinons à présent le projet de délibération DPSP 1 et l'amendement technique n°°87 qui y est rattaché. Il s'agit de l'attribution de subventions et de conventions à 16 associations dans le cadre du dispositif "Ville Vie Vacances" au titre de l'année 2018.

La parole est, dans un premier temps, à M. Philippe DUCLOUX.

M. Philippe DUCLOUX. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, en ce début de journée très calme, on a des sujets très intéressants, très importants soutenus par Colombe BROSSEL que je remercie pour son action exemplaire.

Depuis désormais plusieurs années, comme vous le savez, la Ville de Paris, en partenariat avec l'Etat, a développé le dispositif "Ville Vie Vacances" qui permet à des jeunes de 11 à 18 ans, notamment issus des quartiers populaires et ne partant pas en vacances, de bénéficier d'activités et de découvertes culturelles, sociales et sportives dans les périodes d'été.

J'ai eu l'occasion, quand j'étais premier adjoint dans le 11e arrondissement entre 2001 et 2008, puisque c?était une de mes délégations, de travailler énormément sur ce sujet qui avait été impulsé à l?époque par Bertrand DELANOË, nouveau Maire de Paris et qui, évidemment, a été poursuivi par Anne HIDALGO, notre Maire actuelle. C?est un programme important, mes chers collègues, et significatif de notre politique d?inclusion et d?intégration de tous à la cité par le développement d?un sentiment d?appartenance et la construction d?un esprit de citoyenneté pour tous nos jeunes. C?est l?exemple absolu d?une politique publique ambitieuse et utile.

Ce projet de délibération apporte donc la première enveloppe de financement du dispositif pour l?année 2018 à hauteur de 264.280 euros et détaille les conventions signées avec 16 structures. Elle permettra de financer 138 actions sélectionnées par la DPSP parmi les projets déposés par de très nombreuses associations. Un nouveau soutien financier sera apporté en cours d?année par une deuxième enveloppe pour parvenir, comme l?an dernier, à plus de 300.000 euros de subvention annuelle pour toucher 30.000 jeunes Parisiens.

Les objectifs des actions proposées cette année sont, en plus des visées déjà évoquées, la participation des jeunes filles, l?usage de la réappropriation de l?espace public, et se caractérisent par leur très grande diversité. Une fresque murale sera ainsi créée par les jeunes dans le 15e arrondissement, grâce à un partenariat avec "Paris Habitat" et l?espace jeunes 15, dans le quartier des Frères-Peignot.

Dans mon arrondissement, le 11e arrondissement, et dans un tout autre domaine, c?est l?association "A.C.P. la Manufacture Chanson", à qui je rends hommage pour le travail qu?elle effectue au quotidien, qui va leur faire découvrir les comédies musicales à Londres grâce à un séjour organisé et financé par cette enveloppe. Après avoir réalisé un atelier de création, de chanson au collège Voltaire, l?occasion d?ouvrir tous les jeunes des quartiers "politique de la ville", particulièrement à la culture, au sport, aux arts, à la citoyenneté, en somme en la vie de la cité, mérite un tel soutien et un tel engagement de notre part. Dans le 18e arrondissement également, l?association "Les enfants de la Goutte d?Or" organisera une opération sport prévention et santé pour tous, grâce à un soutien de 7.000 euros de la Ville.

Comme l?an dernier, le choix a été fait d?étendre la période d?action du dispositif "V.-V.-V." au mois de juin pour mettre à profit les établissements scolaires fermés en fin d?année pour cause d?examen. L?extension de ces activités au mois de juin permet d?accentuer encore le choix et la diversité de celles-ci, avec une trentaine de projets, comme des collectifs de danse, de cuisine, dans les quartiers Flandre-Stalingrad, mon cher François DAGNAUD. Pour les jeunes approchant les 18 ans, des activités nocturnes sont également prévues avec des visites, des sorties culturelles ou des ateliers, des débats citoyens. Tous les champs de la vie en commun, mes chers collègues, sont explorés par ce dispositif. Le modèle "Ville-Vie-Vacances" constitue un outil important d?inclusion sociale, de découverte et d?accès à la culture, au sport et à de nombreux domaines que l?impossibilité, pour de trop nombreux jeunes Parisiens, de partir en vacance limite trop souvent.

La France de 2018 mérite que ces jeunes réussissent et souhaite apparemment qu?ils dépassent les carcans et les conventions et parviennent à construire le monde qu?ils veulent en se donnant les moyens d?y parvenir. Avec cette action et grâce au financement apporté, cette année encore, par ce projet de délibération, notre Ville participe à cette émancipation en les accompagnant et en leur donnant la possibilité de prendre leur juste place dans la cité. Une attention particulière est donnée ces dernières jours et dernières semaines - cela a été rappelé par certains d?entre vous - à la situation des jeunes, notamment dans les quartiers les moins favorisés de notre pays avec le rapport de M. BORLOO ou les évolutions nationales de la politique la ville. Ce projet de délibération DPSP 1, que je présente devant vous ce matin, s?inscrit dans une perspective claire d?engagement de la collectivité parisienne pour les jeunes qui ne partent pas en vacances, particulièrement dans les quartiers prioritaires de notre ville.

C?est pour cette raison, même si nous ne sommes pas encore très nombreux, que j?espère que la majorité, et à l?unanimité, nous voterons ce beau projet de délibération. Je rends une nouvelle fois hommage au travail mené par mon amie Colombe BROSSEL sur un sujet qui est toujours difficile mais qui a été exemplaire à Paris.

Je vous remercie.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, Philippe DUCLOUX.

Pour vous répondre, je donne la parole à Mme Colombe BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci beaucoup.

Cher Philippe DUCLOUX, merci d?avoir salué, une année encore, ce projet de délibération.

En effet, l?engagement de la Ville de Paris, de notre collectivité, dans le cadre des opérations "Ville-Vie-Vacances" est renouvelée cette année encore. Les "V.-V.-V." nous permettent d?agir de deux façons, l?une structurelle et, l?autre, en nous permettant d?avoir un outil pour apaiser un certain nombre de tensions. Je dis cela à dessein après votre intervention, élu du 11e arrondissement.

Une intervention structurelle, je n?y reviendrai pas : vous avez détaillé ce à quoi peuvent servir ces opérations "Ville-Vie-Vacances". Vous avez rappelé notre engagement, qui est celui uniquement de la Ville de Paris, et je comprends que, pour l?Etat, ce soit plus compliqué de s?engager à faire en sorte qu?au mois de juin, quand force est de constater que de nombreux établissements scolaires n?accueillent plus les collégiens ou les lycéens, il puisse leur être proposé des activités éducatives, citoyennes, sportives ou des séjours.

De ce point de vue, je me permets une incise pour signaler au maire du 15e arrondissement que notre travail conjoint a payé puisque, dans le 15e arrondissement, nous avons cette année six projets qui seront soutenus, suite à des propositions d?actions déposées par des associations.

Les "V.-V.-V." sont bien dans l?ensemble des quartiers populaires de Paris et ne sont pas restreints aux quartiers "politique de la ville".

Monsieur le Maire, nous sommes arrivés ensemble à faire en sorte que des projets soient proposés. Ils vont donc concerner - vous l?aurez compris - l?ensemble des quartiers populaires de Paris. C?est près de 30.000 jeunes qui, tous les ans, peuvent bénéficier de ces actions.

C?est une action d?ampleur et c?est aussi un levier pour l?accompagnement d?un travail socio-éducatif et de prévention, lorsque nous en avons besoin dans des quartiers qui ont besoin de moments d?apaisement. C?est évidemment le cas dans le 11e arrondissement, où l?ensemble des associations seront très présentes, notamment autour du square de la Roquette, parce que nous avons besoin de pouvoir travailler sur les questions de citoyenneté, d?accès à la culture, au sport ou de séjour, pour les jeunes du 11e arrondissement.

Nous savons quels ont été les événements tragiques qui ont émaillé la vie quotidienne de ce quartier.

Permettez-moi un mot car vous avez fait allusion, cher Philippe DUCLOUX, au rapport remis par Jean-Louis BORLOO au Premier Ministre à la demande des Ministres MÉZARD et DENORMANDIE.

Permettez-moi juste de rappeler que, lorsqu?il y a maintenant un an, une décision techniquement et politiquement absurde a été prise de couper l?ensemble des crédits non engagés et bien dans un certain nombre de villes, ce sont des projets de "V.-V.-V." qui n?ont plus été financés. Par exemple, pour les projets de "V.-V.-V." qui étaient programmés pour les vacances de la Toussaint, les crédits n?étaient pas engagés le 15 juillet.

Catherine ARENOU, la Maire de Chanteloup-les-Vignes, raconte très bien que, dans sa ville, ce n?était plus 50 enfants qui pouvaient partir en séjour aux vacances de la Toussaint mais seulement 25. Olivier KLEIN, le Maire de Clichy-sous-Bois, raconte très bien que, dans sa ville, ce sont l?ensemble des séjours pour les vacances de la Toussaint qui ont été annulés. Cela nous permet de nous rappeler que l?engagement dans les quartiers populaires n?est pas un engagement uniquement comptable. Ce sont des actions quotidiennes, concrètes, qui permettent de lutter contre les inégalités dans les quartiers populaires.

C?est la raison pour laquelle nous continuerons à faire en sorte que les propositions, la palette de propositions, chère Joëlle MOREL, qui ont été portées dans le rapport qu?a remis Jean-Louis BORLOO, qui sont le fruit d?une aventure collective associant associations, habitants, élus, soient réellement mises en ?uvre car ce ne sont pas que des engagements financiers. Ce n?est pas le énième plan de banlieue qui pourra être proposé. C?est du concret : des solutions pour que, dans les quartiers populaires, réellement, la lutte contre les inégalités soit au c?ur de l?engagement républicain et de l?engagement de l?Etat.

Merci à vous, cher Philippe, d?avoir salué l?engagement et le volontarisme de la Ville de Paris en la matière.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, Colombe BROSSEL.

Nous passons donc au vote.

Je mets aux voix, à main levée, le projet d?amendement n° 87 déposé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet d'amendement n° 87 est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPSP 1 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2018, DPSP 1).