Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DASES 114 G - Subvention (10.000 euros) et convention avec l’Association pour la promotion et le développement du centre de ressources européen en clinique transculturelle (14e).

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2018


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DASES 114 G relatif à l'attribution d'une subvention de 10.000 euros et d'une convention avec l'Association pour la promotion et le développement du centre de ressources européen en clinique transculturelle. La parole est à Mme ATALLAH.

Mme Marie ATALLAH. - Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, vous nous demandez d'approuver l'attribution d'une subvention en faveur du centre Babel, un centre de ressources européen en clinique transculturelle.

Ce centre a pour mission d'optimiser la prise en charge des usagers des services publics en introduisant les concepts de clinique transculturelle. L'objectif de l'intervention du centre Babel est d'agir sur la barrière linguistique et la distance culturelle qui sont parfois des obstacles dans la communication entre professionnels et usagers, et aussi, la sensibilisation et la formation des professionnels aux enjeux de la multiculturalité.

Je me permets de signaler que ce centre Babel a été auditionné par la M.I.E. "Paris, ville interculturelle" que j'ai eu le plaisir de présider. Nous avions, à l'époque, appris qu'ils étaient aussi intervenus auprès des professionnels de l'accueil des mineurs isolés étrangers pour les sensibiliser et les former aux enjeux de la médiation inter ou transculturelle.

Pour revenir au présent projet de délibération, il s'agit ici, plus spécifiquement, de faciliter l'accès aux soins des populations migrantes. Les consultations de médiation interculturelle assurées par le centre Babel permettent de faciliter la compréhension mutuelle entre les patients et les professionnels de santé. En effet, les représentations que se font les patients des pathologies génétiques, chroniques, psychologiques ou autres et des soins nécessaires peuvent varier en fonction de la culture des personnes et de leur parcours migratoire, ancien ou récent, parfois traumatique. Les consultations de Babel permettent donc une approche globale des problématiques des personnes afin d'éviter les impasses dans les parcours de soins, dues parfois aux malentendus et incompréhensions entre le patient et le professionnel de santé. Avec la présence d'un grand nombre de migrants primo-arrivants à Paris et l'engagement volontariste de notre collectivité dans l'accueil et l'accompagnement de ces populations ayant eu un parcours migratoire souvent traumatisant et douloureux, je me réjouis du recours de notre collectivité à ce type d'acteurs de médiation inter ou transculturelle. Permettre à nos services publics d'innover, de réinventer leurs interventions sanitaires et sociales pour mieux les adapter aux nouveaux besoins des publics est une démarche qui mérite d'être saluée ici.

C'est pourquoi les élus écologistes voteront avec enthousiasme ce projet de délibération. Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Pour vous répondre, la parole est à Anne SOUYRIS.

Mme Anne SOUYRIS, adjointe. - Merci, Madame la Maire. Merci, Marie ATALLAH, de cette intervention. Effectivement, "Babel" est une association qui permet de faire en sorte que le soin soit vraiment à la hauteur de l'enjeu quand il s'adresse à des personnes qui ne sont pas de culture française et même francophone, je dirais, plus exactement, mais aussi française car la culture, ce n'est pas seulement la langue, c'est aussi l'endroit d'où l'on vient, la culture que l'on peut avoir, qui prend beaucoup de formes différentes. Un des sujets importants sur cette question, c'est de pouvoir faire en sorte qu'entre le patient et le soignant, il puisse y avoir un espace qui se crée et qui part de l'endroit d'où est le patient. Or, vous savez comme moi, certainement, que les relations sociales entre les êtres humains ne sont pas les mêmes en fonction des cultures. Comme vous l'avez très bien dit, tout à l'heure, en dehors même de la barrière de la langue, cela peut impliquer carrément des malentendus graves sur des situations. Je vais aussi vous parler d'une dernière question qui est celle de l'éthique et, du coup, de l'acceptation du soin par la personne. En effet, c'est aussi très important que les personnes qui seront soignées puissent comprendre et accepter, en sachant de quoi il est question, les soins, les médicaments, les traitements dont elles feront l'objet, non seulement pour être mieux soignées, mais aussi parce que cette acceptation est évidemment essentielle. Je ne parlerai pas des questions en plus qui se joignent à cela, comme tout ce qui est de nature contraceptive ou l?avortement, qui peuvent évidemment aussi poser un certain nombre de difficultés. Donc, oui, cette association est très importante. Le développement de cette clinique transculturelle à Paris est un signal fort, pour nous, pour favoriser l'enrichissement interculturel de notre ville. Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 114 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2018, DASES 114 G). V?u déposé par le g