Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe LRI relatif à une dénomination en hommage au colonel Arnaud Beltrame. Vœu déposé par M. POZZO di BORGO relatif à une dénomination en hommage à Arnaud Beltrame.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2018


 

Mme Olivia POLSKI, adjointe, présidente. - Nous examinons les v?ux nos 65 et 66 relatifs à une dénomination en hommage au colonel Arnaud Beltrame et la parole est à Mme Florence BERTHOUT pour deux minutes. Bien, alors allez-y, s?il vous plaît.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - Avant toute chose, nous nous associons évidemment à l'hommage rendu à Mireille Knoll. Nous participions d?ailleurs à la marche en sa mémoire, et c'est vrai que les deux noms sont souvent liés, étant donné la proximité calendaire des événements.

Le colonel Beltrame a accepté de prendre le risque de mourir pour que vive une innocente prise en otage par un terroriste, allant ainsi au c?ur même de son engagement de soldat. La Nation a d?ailleurs choisi de retenir de cette journée endeuillée, l?espoir suscité par cet acte de résistance, qui a ouvert les portes du Panthéon où ce héros est au côté des plus hautes figures de notre roman national.

Ce 23 mars 2018 ne doit pas seulement être synonyme d'attentat, mais de reconnaissance envers celui qui est allé au terme de son engagement militaire par le sacrifice de sa vie au service du camp de la liberté contre l'obscurantisme barbare.

Tout au long de son parcours, notamment au sein de la Garde républicaine à Paris, dans notre ville, Arnaud Beltrame a constamment été fidèle à ses valeurs. Paris, capitale de la France et des libertés, doit perpétuer évidemment le souvenir de sa bravoure et je sais que la Maire de Paris l?a également proposé.

C'est la raison pour laquelle nous souhaitons qu'un espace public parisien soit dénommé en hommage au colonel Beltrame. Je proposais de surcroît que la Mairie choisisse l'avenue de la porte de Sèvres, qui est au c?ur même du Ministère de la Défense, où se trouve d?ailleurs le monument aux fusillés du stand de tir de Balard pendant l'Occupation, et qui relie les deux parties du Ministère des Armées. Voilà la proposition que nous faisons pour rendre hommage à ce héros.

Mme Olivia POLSKI, adjointe, présidente. - Je vous remercie. La parole est à M. Yves POZZO di BORGO, s?il vous plaît, pour deux minutes.

M. Yves POZZO di BORGO. - Je ne vais pas revenir sur ce qu?a dit Philippe GOUJON, mais c'est ce que je pense également et je ne voudrais pas que dans cette affaire il y ait un débat. En ce qui me concerne, je serais dans la logique qu'il y ait un consensus sur le lieu.

Je voulais juste attirer l'attention sur le v?u que j'ai fait. Il se trouve que j'étais sénateur lorsqu'on a fait le rapport pour transférer les gendarmes du Ministère de la Défense vers le Ministère de l'Intérieur et une loi a réalisé cela, ce qui fait que je me suis beaucoup intéressé au travail des gendarmes et je me suis rendu compte que les gendarmes, en dehors du maintien de l?ordre, étaient vraiment les auxiliaires importants du Ministère de la Justice.

Il n'y aurait pas de justice s'il n'y avait pas les gendarmes. C?est la raison pour laquelle, puisque nous avons la nouvelle Cité judiciaire, j?avais dit qu?il ne serait peut-être pas mal que le parvis de la Cité judiciaire s'appelle "Arnaud Bertrame", mais évidemment je suis très souple dans cette affaire et je suivrai la décision collective. Je ne suis pas dans une logique de "deal".

Je considère qu'il ne peut pas y avoir de justice sans gendarme et le fait de donner le nom au parvis de la Cité judiciaire est un élément important. Je sais très bien que le président de la Cité judiciaire ne le souhaite pas cela mais ce n'est pas à lui de décider, c'est à nous. C?est la raison pour laquelle je suis prêt à retirer mon v?u. J?en ai parlé aux maires du 17e et du 15e et je laisse la Maire et l'ensemble des maires décider, mais je voulais quand même manifester ma position sur ce sujet. Merci.

Mme Olivia POLSKI, adjointe, présidente. - Je vous remercie. Pour vous répondre, je donne donc la parole à Mme Catherine VIEU-CHARIER et il y aura une explication de vote de Danièle PREMEL.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Je vous remercie, mes chers collègues, pour vos interventions.

Comme l'a rappelé hier la Maire de Paris lors de l'hommage rendu au colonel Arnaud Bertrame, victime du terrorisme dans l'accomplissement de son devoir, nous rendrons un hommage mérité à ce héros en attribuant son nom à un lieu ou un espace public parisien.

Avec un courage qui force l'admiration, la mère d'Arnaud Beltrame rappelait dans les médias quelques jours après sa mort que son fils appartenait à la France - ce sont les mots de Mme Beltrame -, parce que le colonel Beltrame n'a jamais cessé d'être l'enfant de son pays et de porter haut et fier ses valeurs. A travers cet hommage que nous rendrons bien sûr en concertation avec la famille, plus que Paris, c'est la Capitale de la France qui tient à honorer un de ses enfants, un de ses héros, et c?est bien entendu un avis favorable au v?u de M. GOUJON que je vous demanderai de voter. Pour M. Yves POZZO di BORGO, j'entends tout à fait ses arguments. Mais je vous demanderai quand même de retirer votre v?u, Monsieur POZZO di BORGO, parce que, de fait, il y a aussi une autre raison. C?est que le parvis du Tribunal de grande instance a déjà fait l'objet d'une délibération, que nous venons de voter il y a quelques mois, puisque cela a été voté en mai 2017. Cela n'enlève rien à ce que vous avez dit sur le colonel Beltrame, bien entendu.

Mme Olivia POLSKI, adjointe, présidente. - Je vous remercie. Pour une explication de vote, la parole est à Mme Danièle PREMEL.

Mme Danièle PREMEL. - Merci, Madame la Maire.

L'émotion de l'ensemble de la population française a été à son comble quand on a appris qu'un officier de gendarmerie, M. Arnaud Beltrame, n'écoutant que son courage, a choisi de rester otage pour permettre à une caissière de supermarché de partir. Ce geste a ému. Ce geste est admirable.

Bien entendu, nous savons que, par leur engagement, celles et ceux qui ont en charge notre sécurité peuvent être confrontés à la mort dans le cadre de leur mission. Mais, ce jour-là, dans cette situation-là, le colonel Beltrame savait que son choix pouvait le conduire à sa perte. Personne ne saura jamais ce qui s'est passé dans sa tête en ces terribles minutes. Faire son devoir ? Protéger des civils ? Réagir comme un soldat ? Il reste que le sacrifice de cet homme nous montre, s'il en est besoin, que, sous l'uniforme du gendarme, bat d'abord le c?ur d'un homme qui a voulu protéger son prochain. Nous pensons à sa famille, à ses proches, à ses collègues, et l'hommage de la France a été à la hauteur de son engagement et de son sacrifice. Que Paris s'associe à cet hommage, c'est important. Nous soutenons donc ce v?u.

Mme Olivia POLSKI, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 65 du groupe les Républicains et Indépendants, avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est adopté à l?unanimité. (2018, V. 209).

Monsieur POZZO di BORGO, vous avez accepté de retirer votre v?u n° 66. Très bien, je vous remercie.