Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif aux dysfonctionnements de Vélib’ 2. Vœu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif aux compensations prévues en raison du retard de déploiement du réseau Vélib'. Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif à la continuité du service public de Vélib'. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2018


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Les v?ux référencés nos 120, 121, 122 et 122 bis sont relatifs au dysfonctionnement de Vélib?.

La parole sera successivement à M. de FROMENT, Mme GATEL et Mme SIMONNET, qui n?est pour l?instant pas là.

M. Jean-Baptiste de FROMENT. - Merci, Madame la Maire.

Il n?y a pas un jour où le dossier Vélib? 2 ne nous apporte de nouveaux sujets d?inquiétude du fait des nombreux dysfonctionnements déjà constatés que je ne rappelle pas et qui sont énumérés dans les considérants de notre v?u. S?ajoute l?annonce hier du report "sine die" du dispositif de vélos électriques et du système Park+ qui permet de se garer à une station, y compris quand toutes les bornes sont utilisées, ces deux dispositifs représentant les deux innovations majeures de Vélib? 2, et on nous annonce qu?il faut y renoncer, au moins temporairement mais on ne nous donne aucun délai.

Il semble que la société "Smoovengo" a été sélectionnée sur le critère prix car son offre était moins chère que celle de ses concurrents. Aujourd?hui, je ne suis pas dans le secret des délibérés mais tout porte à croire que cette offre était sous-évaluée. Je prends un seul exemple, qui est celui de la rémunération des personnels : il n?est pas sérieux de penser que l?on peut simplement offrir une prime de 10 % à des personnes qui font un travail difficile, toute la nuit - tout ce travail de régulation, nécessaire pour assurer le service. Il est clair que, dans la facture qu?a présentée "Smoovengo", il y avait une sous-évaluation de ce poste, d?où la grève, qui est un des problèmes auxquels nous avons à faire face.

Face à cette situation qui est dramatique, la réponse de l?Exécutif est de demander "à "Smoovengo" de présenter un plan de sortie de crise". Il nous semble que, dès lors que la capacité de "Smoovengo" à faire est à ce point mise en cause, la réponse ne peut pas être de simplement s?en remettre à la bonne volonté de cette entreprise. Il faut prendre les choses en main nous-mêmes. Il faut que la Ville prenne ses responsabilités et propose elle-même un plan de sortie de crise?

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Je vous invite à conclure, Monsieur de FROMENT.

M. Jean-Baptiste de FROMENT. - ? en mettant toutes les hypothèses sur la table, y compris celle d?une défaillance. C?est le sens de notre v?u de demander ce plan de sortie de crise de la Ville elle-même.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Madame GATEL, vous avez la parole.

Mme Maud GATEL. - Merci.

Madame la Maire, mes chers collègues, c?est le troisième v?u de notre groupe sur le sujet et je souhaite sincèrement que ce soit le dernier.

L?objet de ce v?u est de s?assurer que les abonnés puissent bénéficier du dédommagement auquel ils ont droit. Nous sommes bien d?accord : cela ne compensera pas les conséquences du dysfonctionnement mais cela symbolisera au moins le fait que les conséquences sur les abonnés ont bien été prises en compte.

Sur le fond, vous le savez, c?est grâce à la mobilisation du groupe UDI-MODEM que le remboursement a été mis sur la table pour les abonnés, pour les mois de janvier à mars. Par ce v?u, nous souhaitons qu?il soit étendu jusqu?à ce que le dispositif soit totalement opérationnel, donc "a minima" - compte tenu des annonces d?hier - au moins jusqu?à juillet. C?est une demande que nous avons déjà faite et que nous souhaitions réitérer, en espérant, à nouveau, que nous n?ayons pas besoin de le faire à nouveau.

Sur la forme, aujourd?hui, peu nombreux sont les abonnés au courant de ce dispositif de remboursement. Pour ceux qui le sont, il n?est tout de même pas extrêmement simple de s?y retrouver sur le site de Vélib? Métropole. Résultat : uniquement 30.000 demandes de remboursement ont été enregistrées sur les 220.000 qui pourraient y prétendre.

Ce que l?on souhaite par ce v?u, c?est qu?un véritable dispositif de communication pour informer les abonnés soit mis en place à travers l?envoi systématique et régulier de mails, l?affichage sur les stations Vélib? - enfin, celles qui fonctionnent - et en améliorant la visibilité du dispositif sur le site.

J?ajoute un élément d?actualité, compte tenu des annonces faites hier. "Smoovengo" a annoncé la suspension du déploiement des vélos électriques. Nous souhaitons également savoir comment seront dédommagés les abonnés Vélib? ayant pris un abonnement Vélib? électrique. Est-ce qu?on peut prévoir un dédommagement, à travers la prolongation de l?abonnement ou un remboursement ?

Nous maintiendrons notre v?u, par rapport à celui de l?Exécutif car nous considérons qu?il va plus loin que le v?u de l?Exécutif?

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Je vous invite à conclure, Madame GATEL.

Mme Maud GATEL. - ? qui est relativement flou sur les modalités de communication. Or, aujourd?hui, il convient d?être véritablement volontariste.

Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Pour vous répondre, la parole est à M. Christophe NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

Nous avons déjà beaucoup parlé de Vélib? mais nous allons en reparler. Je crois que nous sommes, je l?espère en tout cas, tous ici, sur les bancs de cette Assemblée, déterminés à la réussite de Vélib?. Je l?espère car, quand on entend certaines interventions, parfois on peut douter de la volonté de certains à ce que Vélib? réussisse. Aujourd?hui, nous sommes dans une situation où il y a effectivement ce que l?on appelle un plan de sortie de crise avec?

Ah oui, mais?

Un plan de sortie de crise qui, d?ailleurs, a été suggéré par la Ville de Paris, qui n?est pas restée du tout inactive. Aujourd?hui, nous en sommes à la réinitialisation du système. Il s?agit d?enlever les vélos qui dysfonctionnent et qui entraînaient ces dysfonctionnements en chaîne, qui ont fait que le système s?est bloqué. Par ailleurs, nous avons la priorité, une fois que cette réinitialisation sera faite, je l?espère, d?ici la fin de cette semaine ou au tout début de la semaine prochaine, en fonction de ce que pourra nous dire le prestataire, que l?on puisse enclencher le plan de redémarrage, tel qu?il a été présenté hier par la société "Smoovengo" qui consiste notamment à donner la priorité absolue à l?électrification des stations qui fonctionnent aujourd?hui sous batterie, de manière à ne plus avoir les dysfonctionnements en chaîne générés par le fonctionnement des stations sous batterie.

Par ailleurs, nous souhaitons aussi que "Smoovengo" discute avec les salariés et nous essaierons de faire, autant que faire se peut, un travail de médiation, s?il le faut, entre "Smoovengo" et les salariés, de manière à accélérer la sortie de crise de ce point de vue également.

Il est préférable, dans ces conditions, effectivement, puisque le prestataire dit que, pour redémarrer, il vaut mieux temporairement retirer les vélos électriques et retirer la fonctionnalité Park+?

Il est préférable, dans ce cas, d?essayer d?y aller progressivement, plutôt que de vouloir remettre à nouveau la charrue avant les b?ufs et se retrouver à nouveau dans quelques semaines dans des difficultés. De ce point de vue, il est nécessaire de pouvoir enlever certaines fonctionnalités pendant quelques semaines, mais je préfère, selon l?adage "qui va piano, va sano", à ce que, désormais, nous ayons des stations qui fonctionnent, même si elles sont peut-être moins nombreuses que celles qui étaient prévues contractuellement. L?important, aujourd?hui, est de redémarrer le système, de faire en sorte que les vélos soient disponibles, que l?on puisse prendre un vélo et le déposer simplement. C?est cela la priorité. C?est ce qu?attendent les Parisiens aujourd?hui et c?est bien le sens de ce plan d?urgence et de redémarrage, qui est en cours.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Madame SIMONNET, vous êtes arrivée entre-temps et je ne vous avais pas vue. Est-ce que vous voulez, en dehors de toute organisation normale, présenter votre v?u même si la réponse a déjà été apportée ?

Mme Danielle SIMONNET. - Evidemment, parce que dans la série des fiascos libéraux d'HIDALGO, on demande la rupture du contrat avec "Smoovengo", parce que c'est totalement hallucinant ce qu'il se passe. Cela rime, c'est magnifique, mais la réalité l'est beaucoup moins.

Puisque vous avez le v?u sous les yeux, je ne vais pas le présenter, je vais vous poser les questions.

Quand allez-vous vous décider à transmettre à chaque conseiller de Paris le contrat ? C'est un droit. Sinon, chaque conseiller de Paris ici présent devra faire sa démarche pour y accéder via la Commission d'accès aux documents administratifs. C'est un peu absurde.

Deuxièmement, quand "Smoovengo" va donc payer les pénalités puisqu'on a remarqué que "Smoovengo" avait déclaré qu'il avait la facture mais qu'il n'était pas pressé ?

Il y a beaucoup de sous sur la table. Ils n'ont pas du tout respecté le contrat. Ils ne respectent pas le contrat, pourquoi ne pas engager la rupture du contrat ?

Vous venez de dire qu'ils s'engageaient à mettre en place les stations électrifiées et non plus sur batterie et que la priorité était que cela fonctionne, donc de réduire le nombre de stations. Eh bien oui, mais ce n'étaient pas dans les clauses du contrat !

"Smoovengo" décide de renoncer à installer 30 % de Vélib' avec assistance électrique, on n'est plus dans le contrat, à mon avis.

Rien que pour ces raisons-là, on devait rompre le contrat.

Est-ce que oui ou non quand il y a eu ce marché, vous avez choisi "Smoovengo" parce que c'était le moins-disant social ? Que constate-t-on à travers la grève qu'il y a en ce moment ?

Sous JCDecaux, ils étaient plus de 300, là ils sont à peine une centaine. On les fait travailler de nuit, avec des salaires majorés de même pas 10 %, et le dimanche, avec des paniers repas dérisoires. Ils font une grève, que leur propose-t-on ? Quelques centimes d'augmentation sur le panier repas. Bref, un mépris social hallucinant, avec des assignations par huissier à domicile. C'est un mépris complet.

Voilà pourquoi dans ce v?u, je demande la municipalisation de Vélib', le passage de Vélib' en régie directe.

Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - J'ai été saisie d'une demande d'explication de vote de Jean-Noël AQUA.

M. Jean-Noël AQUA. - Merci, Madame la Maire, mes chers collègues.

Nous voterons pour le v?u de l'Exécutif et le v?u n° 122. Le v?u de l'Exécutif mentionne une reprise du dialogue avec les salariés de "Smoovengo". C'est un des n?uds du problème.

Nous avons appris la semaine dernière que l'entreprise "Smoovengo", titulaire du marché nouveau Vélib', aurait recours à des salariés intérimaires en remplacement des salariés en grève, et ce au mépris du Code du travail.

Plutôt que de chercher à casser la grève de ses salariés, "Smoovengo" s'honorerait à dépenser son temps et son énergie à négocier avec eux. D'autant que ses salariés sont dépositaires de tout le savoir-faire acquis sous Velib' 1 en tant qu'anciens de "Cyclocity".

Notre exigence est bien la mise en place rapide de Velib' 2, mais cette mise en place ne doit pas se faire au détriment des conditions de travail des salariés, ni au mépris du Code du travail. Dès l'attribution du marché, nous dénoncions le choix du moins-disant social. Nous regrettons malheureusement d'avoir eu raison en avance.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci. Je vais mettre aux voix successivement les v?ux nos 120, 121 et 122 avec un avis défavorable, puis le v?u n° 122 bis avec un avis favorable.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u référencée n° 120, déposée par le groupe les Républicains et Indépendants, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u référencée n° 121, déposée par le groupe UDI-MODEM, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u référencée n° 122, déposée par Mme SIMONNET, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u référencé n° 122 bis déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2018, V. 240). V?u déposé par les groupes les Républicains et Indépendants et UDI-MODEM relatif à la requalification de l'avenue de Clichy.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Le v?u référencé n° 123 est relatif à la requalification de l'avenue de Clichy.

La parole est, pour deux minutes maximum, à Alix BOUGERET, puis à Olga JOHNSON, qui n'est pas là.

Mme Alix BOUGERET. - Merci, Madame la Maire.

Un v?u très simple, notre demande n'est pas nouvelle et s'inscrit dans le prolongement des travaux de requalification partielle de l'avenue de Clichy entre la Place et la Fourche réalisés en 2013.

Nous vous demandons l'extension du périmètre de cette requalification à la portion de l'avenue de Clichy qui n'a pas bénéficié à ce jour de ces travaux, afin d'améliorer le cadre de vie des habitants et des commerçants de l'avenue de Clichy.

Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à M. Christophe NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

Des investissements importants sont déjà prévus d'ici 2020 sur cet axe de l'avenue de Clichy, qui fait déjà l'objet de projets de réaménagement avec un couloir de bus dans le cadre de la restructuration du réseau de bus parisiens, et l'aménagement d'une piste cyclable.

Pour ce qui est de la partie comprise entre la place de Clichy et la Fourche, elle a déjà été requalifiée en 2013. Cet axe est loin d'être délaissé. Vous nous proposez une requalification complète qui aurait pour conséquence d'augmenter de près de 2 millions d'euros la facture de l'aménagement. Or, il n'est pas prévu dans le plan d'investissement de la mandature une telle somme d'ici 2020. Je rappellerai que d'autres investissements de voirie conséquents sont réalisés dans le 17e arrondissement sur l'avenue de Saint-Ouen, les boulevards des Maréchaux requalifiés jusqu'à la Porte d'Asnières dans le cadre du projet du tramway, ainsi que le prolongement jusqu'à la Porte Maillot. On a aussi les voies et passerelles qui sont créées dans le nouveau quartier des Batignolles et de nombreux projets de moindre importance, mais liés au budget participatif et qui sont soit en cours d'étude, soit en cours de réalisation. Il faut plutôt regarder ce que vous évoquez dans une perspective de moyen terme en intégrant une approche plus globale à partir d'une étude des usages et un objectif de végétalisation.

C'est la raison pour laquelle l'Exécutif donnera un avis défavorable à ce v?u.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par les groupes les Républicains et Indépendants et UDI-MODEM, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.