Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DASES 14 - Approbation du principe de la création du groupement hospitalo-universitaire "Paris-Psychiatrie & Neurosciences".

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2018


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DASES 14 relatif à l'approbation du principe de la création du groupement hospitalo-universitaire "Paris-Psychiatrie & Neurosciences".

La parole est de nouveau à Fanny GAILLANNE. Chère Fanny, tu continues.

Mme Fanny GAILLANNE. - Merci.

Madame la Maire, chers collègues, une fusion de trois hôpitaux va s'effectuer : le centre hospitalier Sainte-Anne spécialisé en psychiatrie et neurosciences, l'établissement public de santé Maison Blanche et le groupe public de santé Perray-Vaucluse, tous les trois dédiés à la psychiatrie. Cette fusion va permettre de créer le groupement hospitalo-universitaire "Paris-Psychiatrie & Neurosciences". Le G.H.U. "Paris-Psychiatrie & Neurosciences" aura une stratégie hospitalière commune aux trois entités. Cette stratégie est sur trois axes : un projet médical d'excellence au service des Parisiens, une politique de partenariats ouverte sur le territoire et une organisation support au service des soins de demain.

Le groupe Communiste s'est toujours opposé, par principe, aux regroupements hospitaliers. Plusieurs arguments justifient cette position : la question de la fracture territoriale, de l'offre de soins, de la réduction des effectifs qui accompagnent souvent les regroupements. Bien souvent, ils sont motivés par des questions dites "d'efficacité" et justifiés par l'objectif de réduction budgétaire, plus que par le service rendu à l'usager pourtant si indispensable en matière de santé.

L'hôpital subit des coupes budgétaires importantes depuis quelques années, nous le savons. La stratégie qui nous est présentée s?accompagne d'un projet social, mais nous n'avons pas encore les détails de ce projet social. Les salariés ont des craintes sur l'avenir de leurs droits sociaux concernant le temps de travail, les ?uvres sociales du personnel et sur les primes de fin d'année. La direction ne veut pas répondre aux revendications des acteurs sociaux. Or, quelles garanties apporter aux acquis sociaux ?

Une convocation en urgence de la direction et des acteurs sociaux pour qu?une réelle négociation ait lieu afin de garantir les acquis sociaux des salariés, est essentielle. Il est important que le projet social soit dévoilé. Des garanties en matière d'offre de soins pour les usagers doivent aussi être clairement explicitées.

Pour toutes ces raisons, le groupe Communiste et ses élus ne voteront pas favorablement ce projet de délibération. Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci. Pour vous répondre, la parole est à Anne SOUYRIS.

Mme Anne SOUYRIS, adjointe. - Merci, Madame la Maire.

Il se trouve que moi, je suis particulièrement heureuse de pouvoir vous présenter ce projet de délibération, car il approuve le principe de la création d?un groupement hospitalo-universitaire à Paris, "Paris Psychiatrie & Neurosciences".

Ce regroupement, Madame GAILLANNE, existait en fait déjà mais, à la différence de ce qui préexistait, il devient universitaire. Cela signifie qu'il n'y a pas de diminution salariale, qu?il n'y a pas de fusion particulière mais une réorganisation qui permettra un pôle d'excellence et à la recherche de s'exprimer et d'avoir plus voix au chapitre en matière psychiatrique, ce qui est très important en matière psychiatrique et de neurosciences.

Je vous rappelle que c'est un Parisien sur 40 qui a recours aux services du G.H.T. Paris actuellement, soit 95 % de la file active du G.H.T. Je ne veux pas vous assommer avec des chiffres, mais ce sont 77.600 patients pris en charge, dont 6.000 suivis pour addiction. Vous le savez, c?est très importante à Paris et nous faisons pour cela des efforts particuliers.

Cette direction commune de ce groupe hospitalier existe déjà depuis 2014. Cela n'est pas un regroupement nouveau, je le répète. Il est important aussi car il va permettre néanmoins, en plus de ce qui existe déjà, une meilleure articulation des soins de proximité avec les filières de soins spécifiques. C'est une manière aussi de favoriser le partenariat avec les différents acteurs. Enfin et je vais mettre l'accent sur ce point, c'est aussi une manière de favoriser l'"empowerment" des patients et de faire en sorte que le patient soit vraiment au centre de son parcours, à la fois en ville et à l'hôpital, ce qui est encore problématique en général en matière de soins, mais en particulier en matière de soins psychiatriques. Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 14.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2018, DASES 14).