Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

- Subvention (200.000 euros) et convention avec le C.O. "France handball" pour l’accueil à Paris du championnat d’Europe de handball féminin en 2018.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2018


 

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Nous allons maintenant examiner le projet de délibération SG 20 relatif à une subvention de 200.000 euros avec le C.O. "France handball".

La parole est à David BELLIARD.

M. David BELLIARD. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, ce projet de délibération me permet de revenir sur un sujet qui nous est cher et sur lequel nous sommes intervenus à plusieurs reprises devant notre Conseil : l'accès au sport pour les filles et les femmes, et l'augmentation de la place des femmes dans la pratique sportive.

J'avais d'ailleurs posé, il y a deux ans, une question d'actualité à ce propos, afin de demander à notre Ville et au club du Paris Saint-Germain de soutenir le sport féminin en permettant à l'équipe professionnelle féminine de football du P.S.G. de jouer leurs matchs importants au Parc des Princes. Nous est présenté ici un projet de délibération pour le vote d'une subvention de 200.000 euros et la signature d'une convention avec le Comité d'organisation du championnat d'Europe de handball féminin 2018, championnat que notre Ville accueillera cette année, du 29 novembre au 16 décembre.

Nous nous félicitons, bien entendu, de cette subvention et nous voterons ce projet de délibération non pas, car Paris doit - je cite - démontrer son savoir-faire en matière d'accueil des grands événements car désignée ville hôte des Jeux olympiques et paralympiques 2024, comme l'exprime l'exposé des motifs, mais tout simplement car cette subvention encourage et favorise la pratique sportive féminine professionnelle.

Les inégalités à l'accès au sport entre hommes et femmes demeurent. Parmi elles, j'en cite quelques-unes, les sportives sont nettement moins payées que les sportifs. L'offre sportive est moins diversifiée pour les femmes que pour les hommes. Certains sports ferment la porte aux femmes, notamment les sports mécaniques. L'encadrement sportif est essentiellement et demeure masculin.

Il est donc souhaitable que des actions visibles soient mises en place par notre Ville à plusieurs niveaux pour d'abord amener les jeunes filles et les adolescentes vers le sport et la pratique du sport amateur, favoriser l'accès aux équipements sur l'espace public. De nombreuses études montrent qu'en effet, il existe une forte ségrégation spatiale envers le public féminin, tout d'abord au niveau budgétaire puisque la masse des moyens publics accordés aux pratiques sportives, une grande majorité du parc des équipements revient à des hommes. Notons ainsi que les skateparks et City-stades sont occupés à 90 % par des garçons.

Cet effort doit aussi se traduire par un soutien plus fort et plus spécifique aux activités physiques et sportives de plein air qui sont aussi plus largement pratiquées par des femmes et qui se développent fortement depuis plusieurs années.

Enfin équilibrer les subventions de la Ville pour s'assurer que nous avançons vers une parité budgétaire. En effet, certaines villes montrent l'exemple sur les possibles actions. Partant du même constat, la Ville de Grenoble a ainsi agi depuis 2014 pour faciliter l'accès des filles et des femmes à toutes les pratiques sportives. La Ville a en effet mis en place des critères de subventions visant à favoriser la place des femmes dans le mouvement sportif de la ville.

C'est dans ce cadre que sera organisée, en septembre 2018, une semaine du sport féminin à Grenoble, qui permettra de promouvoir les actions municipales et associatives tournées vers un public féminin. Faut-il rappeler que nous avons tout à gagner à promouvoir le sport féminin, qui a une excellente image ? Il est encore à l?abri de gros scandales, comme on peut en voir dans le sport masculin.

Je terminerai mon intervention par deux demandes. Tout d?abord, en demandant qu?un point soit fait lors de la prochaine 7e Commission sur le suivi du v?u, déposé par mon groupe et voté par le Conseil de Paris en janvier dernier, qui demandait que la Mairie sensibilise les dirigeants du club de Paris Saint-Germain à l?importance de développer le sport féminin et, ensuite, qu?un état des lieux dans la commission, ou dans un autre format, puisse être établi pour connaître ce que fait notre Ville pour favoriser l?accès aux sports amateurs pour les jeunes filles. Je vous remercie.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je vous remercie. Il y a plus qu?un léger brouhaha. Si on pouvait arrêter les conversations particulières? Monsieur GIRARD, Monsieur CONTASSOT, Monsieur GABORIAU? Voilà, merci. Je rappelle qu?il y a la buvette, avec un café défiant toute concurrence, pour les conversations particulières. La parole est à Jean-François MARTINS.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci, Monsieur le Président.

Merci à M. le Président BELLIARD.

C?est effectivement un vrai plaisir que de vous entendre, Monsieur BELLIARD, nous proposer de mettre en ?uvre une politique sportive pour les femmes qui est précisément celle que nous menons. Je suis ravi de savoir que la Ville de Grenoble, dirigée par vos amis, s?inspire en fait des mesures mises en place par la Ville de Paris, comme cette Semaine du sport féminin qui ressemble trait pour trait à ce qui s?appelle "Femmes en sport", qui existe à Paris depuis 2010 et qui permet à la fois des démonstrations de sport destinées uniquement aux filles dans l?espace public et des trophées pour des associations qui ?uvrent, par exemple, dans l?utilisation du sport dans la guérison post-cancer du sein, dans l?insertion des femmes grâce au sport, dans la pratique féminine de manière générale ou la lutte contre les stéréotypes de genre dans le sport. Nous attribuons chaque année plusieurs dizaines de milliers d?euros à des associations lauréates grâce à ce programme "Femmes en sport".

Je suis ravi que Grenoble s?inspire aussi de Paris en mettant en place des critères de subventionnement qui favorisent le sport féminin car, depuis mon excellent prédécesseur, Jean VUILLERMOZ, les clubs de sport sont financés à Paris sur une règle simple : un nombre d?euros par licenciés, bonifié de 50 centimes par licencié quand il y a des actions spécifiques à destination du public féminin. Je me réjouis donc évidemment que la Ville de Grenoble s?inspire de ce que nous faisons déjà très bien et ce que nous allons faire de mieux en mieux. C?est par exemple ce qu?il y avait dans le programme d?accompagnement de la candidature aux Jeux olympiques avec une volonté de doubler les créneaux de sport féminin dans la Capitale, ce que nous continuerons à faire. Le sport à Paris étant avant tout un enjeu d?offre, il faut évidemment accompagner cette offre.

Deuxièmement sur le P.S.G. Football - nous allons revenir sur tous les sujets annexes avant peut-être de parler de ce championnat d?Europe de handball - je me garderai peut-être de faire un point à la prochaine 7e Commission puisque votre v?u est devenu réalité. Vous ne l?avez sans doute pas manqué le week-end dernier : le Classico du championnat, ce P.S.G.-O.M. qui est d?habitude le Classico chez les garçons - chez les filles, comme vous le savez, c?est P.S.G.-O.L. ; en foot féminin, c?est plutôt Lyon -, s?est joué devant une dizaine de milliers de personnes à Jean-Boin, donc un stade prestigieux, avec une affiche prestigieuse, où les filles ont pu jouer dans l?une des enceintes les plus prestigieuses, certes pas au Parc des Princes, mais elles ont effectivement gagné 4 buts à 0. Merci, Pascal, de cette précision. Cela fait toujours plaisir de battre l?O.M., chez les filles ou les garçons.

Par ailleurs, nous continuerons évidemment à inciter le Paris Saint-Germain à prendre conscience du développement du sport féminin mais j?aurais du mal à leur donner trop de leçons de morale car, comme je l?ai expliqué à l?examen du v?u à la précédente séance du Conseil de Paris, c?est le club professionnel de football qui met le plus d?argent dans le foot féminin en France et le deuxième qui en met le plus en Europe. Je me vois mal aller leur donner trop de leçons sur le sujet. Je crois qu?ils sont, en la matière, plutôt fers de lance ou "premiers de cordée", puisque l?expression est à la mode, dans le sport professionnel.

Enfin et surtout, je me réjouis effectivement que vous souteniez une subvention à un événement de sport professionnel car le handball féminin est professionnel, pour les jeunes filles et pas que pour les jeunes filles d?ailleurs. Elle sera évidemment accompagnée d?un programme d?accompagnement avec le dispositif "Hand?elles" - soutien scolaire pour les jeunes filles, plus découverte du handball ; avec le Défi 4.000 "Handballissime" ; avec des tournois de handball féminin dans les différents arrondissements ; avec un travail sur les mercredis du sport avec l?USEP sur la découverte du handball des jeunes filles en école élémentaire, tout au long de la préparation de ce championnat d?Europe.

Puisque je vois que vous faites un pas vers le soutien aux grands événements féminins, je veux, peut-être, souligner, Monsieur BELLIARD, et vous n?y serez pas insensible, que 45 % des athlètes participant aux Jeux olympiques sont des femmes. C?est l?un des seuls événements sportifs où femmes et hommes disputent la même compétition, c?est-à-dire les Jeux olympiques.

Un championnat du monde de football, ce n?est que pour les garçons d?un côté ou que pour les filles de l?autre ; un championnat d?Europe de basket, ce n?est que pour les garçons d?un côté, que pour les filles de l?autre. Les Jeux olympiques sont peut-être le seul événement sportif réellement mixte avec 45 % à Rio, un peu plus à Tokyo et, peut-être, la parité à Paris en 2024.

Derrière cet objectif de mixité et de parité et ces presque 50 % d?athlètes féminines, vous ne pourrez donc que soutenir les Jeux olympiques à Paris en 2024 tant qu?ils promouvront la pratique du sport féminin.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je vous remercie pour ce bel élan pour la parité et la mixité.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 20.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2018, SG 20).