Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

relatif à la transformation des stations-service à Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2018


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Le v?u référencé n° 130 est relatif à la transformation des stations-service à Paris.

La parole est à Mme GATEL, pour deux minutes maximum.

Mme Maud GATEL. - Merci.

Madame la Maire, mes chers collègues, parallèlement à la diminution du nombre de voitures en ville, il n'est pas illogique de voir également le nombre de stations-service diminuer. Simplement, la tendance à la baisse concernant les stations-service est beaucoup plus forte et, contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce n'est pas forcément une bonne nouvelle car de nombreux véhicules en ont besoin, y compris chez les professionnels et les services publics.

Comme le recommande l'APUR, nous avons besoin de veiller à conserver un maillage pour permettre à ceux utilisant un véhicule thermique de pouvoir s'approvisionner sans obliger à de longs trajets. Car ce n?est pas en coupant l?approvisionnement qu?on diminuera ainsi la pollution. Parallèlement, notre v?u souhaite favoriser la transition des professionnels concernés. Les stations-service telles que nous les connaissons ont naturellement vocation à disparaître. Mais, comme vous le savez, nous sommes en retard sur le plan de déploiement des bornes de recharge électrique - 174 bornes disponibles uniquement à Paris. Accompagnons les professionnels dans l'évolution de leur métier en permettant le déploiement de systèmes de fourniture de sources d?énergie alternatives - G.N.V., hydrogène ou électrique. Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à Christophe NAJDOVSKI, puis à M. le Représentant du Préfet de police.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Madame la Maire. La distribution de carburant est une activité relevant de l'initiative privée. Elle n'entre dans les compétences de la Ville que dans les cas très minoritaires de stations situées sur des terrains qui sont propriété municipale. L'évolution du nombre de stations n?est donc que très marginalement liée à l'action municipale. Par ailleurs, vous soulignez qu'il y a à Paris moins de stations par véhicule qu'en moyenne nationale. Or un véhicule particulier parisien est moins utilisé qu'ailleurs. Vous le savez, seul un Parisien sur 10 utilise un véhicule particulier au quotidien, ce qui peut expliquer aussi cette différence avec la moyenne nationale. En revanche, comme vous le soulignez, il est de notre responsabilité de favoriser l'émergence de nouvelles énergies alternatives aux carburants fossiles classiques. Comme vous l'avez noté, nous agissons sur plusieurs fronts pour développer les alternatives comme le G.N.V. ou l'électricité. Nous venons de lancer une consultation de concession de travaux pour deux sites, quai d?Issy et porte d?Aubervilliers, avec l'intention d'y développer au plus vite des stations de ravitaillement au gaz, nécessaires pour faire le plein de nos véhicules mais également ceux des nombreuses entreprises de livraison qui s'équipent avec ce carburant. Le Conseil parisien de la mobilité, lancé à l?initiative de la Maire de Paris le 27 avril dernier, a aussi pour objectif d'accompagner la mise en ?uvre de la transition énergétique et de développer ces énergies nouvelles, en particulier la mobilité électrique et plus particulièrement la recharge électrique. Ainsi, au-delà de la question de la fermeture de stations-service classiques, l'enjeu nous semble davantage de favoriser des alternatives moins polluantes et cette question concerne les services de secours comme l'ensemble des autres usagers. Compte tenu de ces éléments, nous donnerons un avis défavorable à votre v?u.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

La parole est à M. le Représentant du Préfet de police.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Oui, c?est pour répondre à l?une des questions qui est formulée dans le v?u concernant l'approvisionnement des services publics en carburant.

En temps normal, chaque service public s'organise comme il le souhaite. La Brigade des sapeurs-pompiers, par exemple, est en train de réinternaliser ses modalités d?approvisionnement par l?intermédiaire de cuves situées directement dans les centres de secours. D?autres services publics s?organisent différemment, notamment en allant s?approvisionner dans les stations-service accessibles à chacun.

En revanche, en situation de crise, nous avons bien un plan hydrocarbures qui permet de réquisitionner un certain nombre de stations dites prioritaires et assurant un maillage territorial équilibré pour qu?au moins 25 % de leurs capacités de distribution de carburant soient réservées aux services publics dits "prioritaire", afin de garantir la continuité de service en ces périodes.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe UDI-MODEM, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.