Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par l'Exécutif relatif au soutien de l'Etat à la Mission locale de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2018


 

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je vais maintenant donner la parole à Afaf GABELOTAUD pour présenter le v?u de l'Exécutif n° 23, relatif au soutien de l'Etat à la Mission locale de Paris.

Mme Afaf GABELOTAUD, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Effectivement, chers collègues, le réseau des missions locales en France est le premier service public de proximité dédié à l'insertion professionnelle et sociale des jeunes de moins de 26 ans, et, à Paris, avec 8 sites d'accueil, la Mission locale de Paris a pu ainsi accueillir près de 9.000 nouveaux jeunes et en accompagner plus de 19.000 tout au long de l'année. Tout ceci ne peut se faire que grâce à l'engagement de 195 salariés et 175 bénévoles qui, tous les jours, s'impliquent au sein des sites de la Mission locale de Paris pour accueillir, orienter, écouter, aider, assister et offrir du temps à ces jeunes Parisiens qui, souvent, sont en décrochage, sont un peu perdus ou ont besoin d'orientation particulière.

Je profite de ce moment pour les remercier et signifier toute notre reconnaissance pour tout leur travail au quotidien. La Mission locale de Paris porte aujourd'hui des jeunes dans de très nombreux dispositifs dédiés : la garantie jeune, avec 1.222 jeunes en 2017, l'accompagnement des jeunes sous main de justice, 655 jeunes, la plateforme dynamique insertion professionnelle pour les jeunes de l'A.S.E. et de la prévention spécialisée, 320 jeunes, mais également la lutte contre le décrochage scolaire, l'accompagnement vers la santé, la formation des jeunes et l?accompagnement généraliste vers l'emploi.

Le budget 2018 a été présenté au conseil d'administration de la Mission locale de Paris le 3 avril 2018, avec une notification 2018 de l'Etat relative à la contribution socle de l?Etat qui informait la Mission locale d'une baisse de 436.294 euros, soit 12,7 %, sachant que la convention pluriannuelle d'objectifs triennale prévoit un engagement à ne pas réduire la subvention de plus de 5 % par an et, tout au plus, de 10 % par an. De plus, la décision de l'Etat d'affecter à Paris un quota de 1.350 garanties jeunes au lieu des 1.600 annoncées, va dans le sens opposé à un renforcement du réel dispositif.

Je vous propose, au nom de l?Exécutif, que le Conseil de Paris forme le v?u que l'Etat continue de contribuer au dispositif innovant de la garantie jeune en fixant des objectifs ambitieux en réelle augmentation ; que l'Etat respecte ses engagements en termes de contractualisation, notamment sur la convention pluriannuelle d?objectifs et n'impose pas de nouveaux critères sans discussion ; que l?Etat renonce à réduire la dotation de la Mission locale de Paris au motif d?encourager la fusion des missions locales, fusion des cinq missions locales de Paris ayant déjà été réalisée en 2012, en ce qui nous concerne ; que l'Etat continue de soutenir, aux côtés de la Ville de Paris, la Mission locale de Paris pour garantir un accueil inconditionnel aux jeunes Parisiens et Parisiennes, et la poursuite des missions et objectifs prévus par la convention pluriannuelle.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je vous remercie.

J?ai une explication de vote de Danièle PREMEL.

Mme Danièle PREMEL. - Voilà un nouvel exemple du fonctionnement de ce Gouvernement qui, au lieu du dialogue, impose ses décisions autoritaires et unilatérales presque rétroactives. Un deuxième trait caractéristique, c?est son mythe de la fusion comme solution universelle. Hier, c'étaient les H.L.M. Aujourd'hui, ce sont les Missions locales, avec la pression financière et la réduction des subventions comme moyen de pression. Nous ne pouvons que soutenir ce v?u de l'Exécutif qui s'élève contre cette attaque de la Mission locale qui est un pilier de la politique d'accompagnement des jeunes et dont les résultats témoignent de sa pertinence, en espérant que l'Etat entende notre position et revienne à des considérations où le jeune continue à rester au centre des préoccupations.

Je vous remercie.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint, président. - Je vous remercie.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 23 déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est adopté. (2018, V. 185).