Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DU 60 APUI - sur le site Pershing (17e) - Convention d'études et de travaux pour la mise en compatibilité du réseau Eau de Paris nécessaire à la réalisation du projet Mille Arbres.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2018


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DU 60. Il s'agit de l'appel à projets urbains innovants sur le site Pershing.

La parole est à M. Jérôme GLEIZES.

M. Jérôme GLEIZES. - Merci, Monsieur le Maire.

Oui, nous voterons ce projet de délibération pour les raisons suivantes. Nous ne voulons pas mettre en difficulté "Eau de Paris", qui est concerné par cette convention d'études.

En revanche, nous poserons différentes questions sur ce projet de délibération.

La première : pourquoi la compagnie de Phalsbourg qui a gagné cet appui, ce n'est pas elle qui prend à sa charge les frais, les travaux, mais la Ville de Paris ?

Deuxième question : à quel horizon "Eau de Paris", qui va faire l'avance sur les frais et sur les travaux va être remboursée de ces travaux ?

Autre question, d'un point de vue un peu plus technique, ces travaux concernent les canalisations d'eau liées au projet. Or, ce projet va nécessiter beaucoup d'eau puisque c'est le projet 1.000 arbres, et que ces 1.000 arbres vont être construits sur le périphérique. Ils vont être mis hors sol. L'alimentation en eau ne se fera pas par le sol, mais au goutte-à-goutte, ou par d'autres techniques, de manière aérienne. Cela va nécessiter une quantité d'eau assez importante. Il y aura des travaux pour apporter cette eau pour ces 1.000 arbres.

Nous sommes assez surpris que l'on fasse des travaux pour déplacer les canalisations d'eau, puis que de nouveaux travaux soient faits pour acheminer cette eau sur ces jardins de 1.000 arbres. Pourquoi dans les travaux n'a-t-on pas lié les deux ?

Troisième élément, la quantité d'eau nécessaire pour alimenter cette forêt de 1.000 arbres a-t-elle été bien calculée, de façon que nous n'ayons pas un problème après d'impossibilité technique de réalisation de ce jardin de 1.000 arbres ?

Voilà les questions auxquelles nous attendons des réponses.

Merci de votre attention.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Jean-Louis MISSIKA.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Je remercie Jérôme GLEIZES pour son intervention et son intérêt pour ce projet 1.000 arbres, projet emblématique de "Réinventer Paris".

Je voudrais juste rappeler que c'est normal que la Ville de Paris finance un déplacement d'infrastructures d'eau potable et non potable, et le fait que cette dépense ne soit pas prise en charge directement par "Eau de Paris", cela d'autant plus que c'est la Ville qui bénéficiera de la recette foncière de plus de 160 millions d'euros que représente ce projet.

Ce n'est pas au lauréat de payer ce déplacement d'infrastructures. Il incombe à la Ville de Paris de rendre possible le projet conformément aux règles du concours. In fine, cela ne change rien. Si nous avions imposé que le lauréat prenne en charge ce coût, la charge foncière aurait diminué d'autant.

Nous avons un calendrier assez serré pour réaliser ce projet, puisque l'arrêt de la canalisation principale est aussi lié au chantier du T3. Nous devions trouver rapidement un mode opérationnel entre le lauréat "Eau de Paris" et la Ville de Paris.

Ce déplacement d'infrastructures est nécessaire pour la mise en place du projet 1.000 arbres et sa réalisation avant les Jeux Olympiques, et nous permet de tenir les délais annoncés pour ce projet d'envergure. Le remboursement d'"Eau de Paris" se fera dans les 12 mois et il n'y aura pas de nouveaux travaux au-delà de ce déplacement de canalisation.

Enfin, sur la question de la consommation d'eau, il est évident que cela est discuté avec Eau de Paris. Il y a deux systèmes : arrosage en goutte-à-goutte avec approvisionnement sur les Hauts-de-Seine via le réseau d'eau non potable, arrosage en brumisation via le réseau d'eau potable.

Les besoins d'eau potable sont limités à 2.100 mètres cubes par an et bien évidemment, c'est anticipé par "Eau de Paris". Il faut bien comprendre que ce sont des besoins marginaux par rapport aux besoins du secteur.

Je reste à votre disposition ainsi qu?"Eau de Paris" pour des échanges complémentaires si c'est nécessaire.

Je vous invite à voter ce projet de délibération.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 60.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2018, DU 60). 2018 DU 127