Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Ecologiste de Paris relatif à la pollution sonore place de la bataille de Stalingrad et autour du bassin de la Villette.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2018


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Le v?u référencé n° 133 est relatif à la pollution sonore place de la Bataille-de-Stalingrad et autour du bassin de la Villette.

C?est M. François DAGNAUD qui le présente.

M. François DAGNAUD, maire du 19e arrondissement. - Merci.

Ce v?u part d'un constat. Le bassin de la Villette a changé. C'est une fierté pour le 19e arrondissement et, je crois, pour Paris. Il a changé grâce à l'engagement de nombreux porteurs de projets. Il donne à voir le meilleur d'une ville qui a su reconquérir ses berges et en faire des lieux de vie. C'est aussi le fruit de l'engagement de la Ville pour réfléchir à ses aménagements, apaiser la circulation et, ensemble, nous y avons les uns et les autres contribué.

Cette nouvelle dimension du bassin est encore plus évidente l'été, avec "Paris Plages", avec le bassin de baignade et bien d'autres événements. Les Parisiens s'y pressent pour des moments de détente, de joie et de fête. Sans vouloir chasser personne, nous pensons que la fête peut vivre sans empêcher les riverains de vivre. Nous savons que le bruit peut être très intrusif, très envahissant jusque dans les logements, et dérégler les rythmes biologiques des adultes et des enfants. Ce n'est pas une crispation conservatrice. Les habitants sont fiers de vivre dans un quartier attractif, mais veulent eux aussi être entendus.

Ce que propose ce v?u est simple : mieux anticiper, réguler, mesurer, prévenir et organiser la médiation. Nous proposons donc que "Bruitparif" puisse être missionné pour étendre ses outils de mesure sur le secteur du bassin de la Villette. Nous proposons qu'un outil puisse être déployé qui puisse prévenir en temps réel les acteurs, d'abord les commerçants et les organisateurs d'événements, en cas de dépassement des seuils. Nous proposons également que soit encouragé le déploiement de l'application "Ambiciti", développée par l'Institut national de recherche en informatique et en automatique, qui permet la mesure individuelle et collaborative de la pollution sonore. Nous souhaitons la rédaction d'une charte de partage des usages comprenant des critères d'horaires et de volumétrie sonore.

Nous pensons utile, enfin, que les outils, comme le Plan de prévention du bruit dans l'environnement, puissent évoluer et intégrer les événements en plein air et les quartiers festifs.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

M. François DAGNAUD, maire du 19e arrondissement. - Paris est à la pointe de la lutte contre la pollution de l'air. La lutte contre la pollution sonore ne peut plus être passée sous silence.

Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Bravo. Quelle magnifique chute ! Merci beaucoup.

Pour vous répondre, La parole est à Mme Aurélie SOLANS, pour deux minutes maximum.

Mme Aurélie SOLANS. - Merci, Madame la Maire.

Je vous proposerai une réponse à deux voix, comme cela a été convenu avec M. HOCQUARD.

Nous sommes, avec la problématique du bruit, face à une préoccupation majeure des Parisiennes et des Parisiens, un vrai enjeu sanitaire, vous l?avez dit, avec plus de 100.000 personnes à Paris qui sont impactées au quotidien par des dépassements de valeurs. Si le trafic routier arrive au premier plan des émissions sonores, effectivement, les bruits de voisinage, les bruits d'activité participent du paysage sonore de notre ville, avec des conséquences réelles sur la santé des personnes.

Loin de nier l'importance de la lutte contre ces nuisances sonores, le Plan parisien de prévention des bruits dans l'environnement se concentre, conformément au Code de l?environnement, sur les bruits des infrastructures routières. Il n'existe aujourd'hui pas de document ni de lieu de concertation équivalent au P.P.B.E. pour les bruits dits "de voisinage". C'est ce sur quoi nous travaillons, en particulier avec M. HOCQUARD sur les quartiers dits "festifs", en lien avec le Conseil de la nuit qu?il préside. Il y reviendra.

Aussi je vous propose un amendement à votre quatrième attendu, à savoir qu'un comité de pilotage rassemblant l'ensemble des directions et des acteurs institutionnels concernés par le bruit en ville, soit mis en place dès 2018 afin de compléter les actions du P.P.B.E. Et puis, pour ce qui concerne en particulier le quartier du bassin de la Villette et la place Stalingrad, évidemment nous nous accordons sur une densité d'activités de loisirs et de convivialité qui sont non sans conséquence en termes de bruit pour les riverains.

Il y a lieu de nous doter d?outils de régulation, avec une charte et aussi en missionnant "Bruitparif" avec qui nous avons un travail en cours sur cinq quartiers festifs.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Je vais vous inviter à conclure, Madame SOLANS.

Mme Aurélie SOLANS. - Je vais laisser M. HOCQUARD, justement, compléter sur le pilotage de ce projet et avec un avis favorable, évidemment, si amendé.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Chers collègues, je suis la fille la plus cool et détendue du monde, mais le co-rapport sur des v?ux auxquels on est censé répondre en deux minutes me paraît compliqué.

Néanmoins, sur ce sujet important et qui tient à c?ur aux élus du 19e arrondissement, je vous propose, Monsieur HOCQUARD, de compléter la parole de Mme SOLANS, avec plaisir.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint. - Je complète très brièvement et pas en deux minutes, je vous remercie, pour vous dire que ce dispositif que nous avons déjà développé dans d'autres quartiers, que nous étendons régulièrement à d'autres arrondissements, est un dispositif, avant tout, qui est une méthode de régulation. Je dis cela parce que cette méthode de régulation peut être accompagnée par d'autres dispositifs, mais offre la possibilité de mettre en place une méthode qui peut permettre de réguler et de régler des problèmes liés à des partages de responsabilité entre nous et la Préfecture de police. Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

Je vais mettre aux voix le v?u ainsi amendé.

L'amendement vous convient, Monsieur DAGNAUD, je crois.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par les groupes Socialiste et Apparentés, Communiste - Front de Gauche et Ecologiste de Paris, amendée d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u amendée est adoptée. (2018, V. 243).

V?u déposé par le g