Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par les groupes du Mouvement républicain et citoyen, socialiste et radical de gauche et communiste relatif à l’attribution du nom Maurice Halbwachs, à une rue, une place ou une école ou un collège de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2005


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous passons maintenant à l?examen du v?u référencé n° 42 dans le fascicule, déposé par les groupe M.R.C., socialiste et radical de gauche et communiste. Il concerne l?attribution du nom de Maurice Halbwachs, à une rue, une place, une école ou un collège.

La parole est à Georges SARRE.

M. Georges SARRE, président du groupe du Mouvement républicain et citoyen, maire du 11e arrondissement. - Madame la Maire, Mesdames, Messieurs, chers collègues, 60 ans c?est ce qui nous sépare de la libération des camps de concentration et d?extermination. Parmi tous les noms de camps, celui de Buchenwald n?est pas le moins inconnu.

Dans cet immense camp, sur le lieu même des méditations de Goethe, pas moins de 80.000 prisonniers s?entassent au mois de mars 1945.

Parmi eux, Maurice Halbwachs arrêté au mois de juillet 1944 pour avoir aidé son fils résistant.

Maurice Halbwachs, pionnier de la sociologie française, disciple de Durckheim, combattant de la vérité au moment de l?affaire de Dreyfus, venait d?être nommé professeur au Collège de France quand la Gestapo l?arrêta. Six mois venaient de s?écouler depuis que la Milice avait, au mois de janvier 1944, massacré ses beaux-parents Victor et Hélène BASCH.

Le long calvaire de Maurice Halbwachs, cette plongée dans la nuit et le brouillard, ce long assassinat par le système concentrationnaire devait hélas se terminer par sa mort.

Près de lui, sur les bâts-flancs du mouroir de Buchenwald se tenait Henri Maspero, sinologue renommé qui devait succomber au même mauvais traitement. La Ville de Paris a, il est vrai, déjà beaucoup de raisons d?honorer Maurice Halbwachs. Son ?uvre immense est celle d?un père de la sociologie moderne, auteur des ?Causes du suicide des cadres sociaux de la mémoire, et de la mémoire collective?. Son travail constant de compréhension des ressorts les plus subtiles de notre société fut un apport majeur.

Notre majorité a également de nombreuses raisons d?honorer le militant, celui qui, disciple de Lucien Herr, dont chacun sait le rôle qu?il joua à Normale supérieure, se fit camarade de Jaurès et Zola pour combattre les réflexes les plus hideux de la réaction.

Tous ici, élus d?une ville ouverte sur l?universel, nous ne pouvons qu?honorer un des hommes qui, dans la première moitié du XXe siècle, se sont efforcés de faire progresser la raison, le savoir et la science.

Le 16 mars 1945 à Buchenwald, la mécanique concentrationnaire assassinait Maurice Halbwachs. C?est la raison pour laquelle les élus du groupe du Mouvement républicain et citoyens auxquels se joignent tous les groupes de la majorité - j?invite d?ailleurs l?opposition à faire de même - émettent le voeu qu?une rue, une place, une école ou un collège de Paris porte le nom de Maurice Halbwachs.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs des groupes du Mouvement républicain et citoyen socialiste et radical de gauche, communiste et ?Les Verts?).

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci beaucoup, Georges SARRE.

La parole est donnée à M. Jean-Pierre CAFFET.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

Je n?ai pas grand-chose à ajouter à ce que vient de dire Georges SARRE. Je pense qu?honorer Maurice Halbwachs est une très bonne proposition et, bien évidemment, elle recueille un avis très favorable de l?Exécutif.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci, Jean-Pierre CAFFET.

Je mets donc aux voix, à main levée, ce v?u.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est adopté. (2005, V. 104).