Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DVD 2 - DU 8 - Aménagement de voies publiques dans le site de l’hôpital Broussais (14e). - Approbation du bilan de la concertation préalable relative à l’aménagement de voies publiques sur le site de l’hôpital Broussais, du programme de l’opération et du principe et des modalités de passation du marché de maîtrise d’oeuvre technique.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2005


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous passons à l?examen du projet de délibération DVD 2 DU 8 concernant l?aménagement de voies publiques dans le site de l?hôpital Broussais.

Je donne la parole à Mme BELLENGER.

Mme Geneviève BELLENGER. - Chers collègues, l?aménagement du site de Broussais inscrit dans le projet de territoire du Grand Projet de Renouvellement Urbain à Plaisance - Porte de Vanves constitue une opportunité indéniable pour créer, sur un site aujourd?hui fermé sur lui-même, infranchissable, un morceau de ville, une nouvelle centralité, ouverte sur le quartier, la ville et son agglomération.

En ce sens, nous préférons parler d?un projet d?ouverture plutôt que d?un projet de désenclavement, l?ouverture étant un concept plus dynamique et en cela plus conforme à l?ambition du projet urbain que nous souhaitons pour ce quartier ?politique de la ville? et que la population a largement contribué à faire évoluer.

En effet, suite à plusieurs réunions de concertation, notamment dans le cadre de l?élaboration du projet de territoire, mais également à partir du travail élaboré au sein d?un atelier populaire d?urbanisme, le collectif ?Redessinons Broussais?, qui depuis plusieurs années mène un travail de terrain avec la population, s?est dessinée une vision d?ensemble pour un véritable lieu de vie de quartier, où l?aménagement paysagé des espaces publics structurés par des liaisons dédiées aux circulations douces accompagnera une desserte locale des différents établissements sans aucune circulation de transit, que ce soit par la rue des Arbustes ou la rue des Mariniers.

Au nom des élus socialistes et radicaux de gauche, nous nous réjouissons de l?intérêt manifesté par la Ville de Paris pour l?émergence de ce nouveau pôle urbain, qu?il s?agisse de l?implantation de nouvelles activités médicosociales, comme celle d?une E.H.P.A.D., ou d?un véritable centre culturel qui fait cruellement défaut dans cette partie du 14e arrondissement, à l?instar du siège de la Croix-Rouge inauguré il y a quelques mois, et de son école d?infirmières.

Mais la vision d?ensemble du devenir de ce site stratégique pour le c?ur du quartier porte de Vanves reste encore très insatisfaisant compte tenu de ses capacités.

En effet, malgré plusieurs réunions de concertation organisées à l?initiative de l?Exécutif municipal et principalement de M. l?Adjoint à l?Urbanisme, afin de faire progresser et dégager une vision globale de l?avenir des bâtiments de l?A.P.-H.P. sur le site de Broussais, nous ne pouvons que déplorer, au terme de plus de deux ans de travail, que les rouages et les temps d?une logique de rentabilité n?aient permis d?aboutir à l?établissement d?un projet global, à l?instar de la détermination de la Ville de Paris, eu égard à l?importance des enjeux sociaux en présence.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Madame BELLENGER, je vais vous demander de conclure, s?il vous plaît.

Mme Geneviève BELLENGER. - Très bien.

Nous déplorons cette logique de rentabilité qui, jusqu?ici, a déterminé les choix, voire les non-choix et le clair-obscur qu?entretient l?A.P.-H.P. avec la Ville de Paris sur ce projet.

Je finirai simplement par cette phrase : chers collègues, il est trop urgent d?avancer et de donner espoir après des décennies de déficit d?investissements publics dans ce quartier pour nous rendre complices de quelque retard.

Merci.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci, Geneviève BELLENGER.

La parole est à M. BAUPIN.

M. Denis BAUPIN, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Oui, il n?y a rien à ajouter à la description faite par Mme BELLENGER à la fois de l?ambition de ce projet, de la concertation qui a eu lieu et de la nécessité, justement pour pallier les difficultés avec l?A.P.-H.P., d?adopter au plus vite ce projet.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci, Monsieur BAUPIN.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 2 - DU 8.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DVD 2 DU 8).

Dépôt de questions d?actualité.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Avant de suspendre la séance, je vous informe que des questions d?actualité ont été déposées.

La première, posée à M. le Maire de Paris, émane du groupe du Mouvement républicain et citoyen. Elle est relative ?au devenir et au fonctionnement de l?établissement ?Maison Blanche?.?

La deuxième question d?actualité posée par Mme AUTAIN, au nom du groupe communiste, est adressée à M. le Maire de Paris en ces termes :

?Monsieur le Maire,

Lors du comité technique paritaire académique, le Recteur de Paris a annoncé aux syndicats les mesures envisagées pour l?enseignement secondaire dans la perspective de la prochaine rentrée scolaire.

S?appuyant sur une hypothèse de diminution de 900 collégiens, Maurice QUENET a décidé de supprimer 100 postes de professeurs dans le secondaire. Cette mesure s?ajoute à l?abandon des travaux personnels encadrés (T.P.E.) ainsi qu?à la fermeture de 5 classes d?accueil réservées aux élèves non francophones et à la réduction du nombre de formations, avec la suppression de 19 postes supplémentaires.

Ainsi, alors qu?un récent rapport de l?Inspection générale de l?Education nationale relatif à la situation scolaire sur Paris a souligné la mauvaise répartition des postes d?enseignants et que le Gouvernement s?apprête à présenter une nouvelle Loi d?orientation sur l?école au Parlement, la première traduction concrète passe par une nouvelle réduction du nombre de professeurs.

Les enseignants ont déjà manifesté leur colère à plusieurs reprises et des collégiens et lycéens parisiens sont descendus dans la rue pour exiger que les moyens accordés à l?enseignement soient à la hauteur des enjeux.

Or, face à l?inquiétude légitime du corps enseignant comme des élèves, le Gouvernement n?a trouvé d?autres réponses que d?organiser une opération sécuritaire médiatique à la sortie des établissements et d?envoyer des milliers de policiers pour encadrer les manifestations des jeunes, comme s?ils représentaient un danger permanent dans notre société.

Plutôt que de relever les défis d?un enseignement de qualité, qui suppose des moyens renforcés et une évaluation régulière des résultats obtenus, la baisse du personnel reste encore et toujours l?unique variable d?ajustement retenue par le Gouvernement.

Au contraire, le Rectorat aurait pu profiter de la baisse du nombre de collégiens pour réorienter les effectifs vers les publics les moins favorisés et répondre ainsi aux conclusions du rapport de l?Inspection générale. En effet, la baisse des effectifs par classe est un levier pour la réduction des inégalités, notamment dans les quartiers en difficulté.

C?est pourquoi, Monsieur le Maire, les élu-e-s communistes souhaitent connaître votre position sur cette question et vous demandent d?intervenir auprès du Recteur de Paris pour dénoncer les mesures envisagées en terme de suppression de postes dans l?enseignement secondaire.?

La troisième question d?actualité de M. Jean-François PERNIN et des membres du groupe Union pour la démocratie française est adressée à M. le Maire de Paris. Je vous en donne lecture :

?Monsieur le Maire,

Suite à la malheureuse situation d?un petit garçon arrivé en état d?hypothermie à son école et secouru par les enseignants, pourriez-vous nous préciser si la vie difficile de cette famille avait été signalée aux services sociaux du Département et du

C.A.S. ? Et dans l?affirmative, quelles ont été les mesures prises pour lui venir en aide ?

Ce dramatique événement nous interpelle tous. C?est la raison pour laquelle nous souhaitons, Monsieur le Maire, que vous interveniez auprès des responsables d?E.D.F.-G.D.F. et des services de recouvrement de l?eau pour leur demander qu?une facture impayée n?entraîne plus, après enquête sociale, une coupure de courant et d?eau chez les plus démunis.

Une bonne mesure a été prise à propos des expulsions l?hiver des locataires de bonne foi? Ne pourrait-on étendre l?esprit de cette initiative à d?autres secteurs, indispensable à une vie quotidienne normale.?

La quatrième question d?actualité, posée par le groupe ?Les Verts?, est adressée à M. le Maire de Paris. Elle est ainsi libellée :

?La perte de 100 postes d?enseignants dans le secondaire et d?une trentaine de classes dans le premier degré annoncée lors de la présentation de la carte scolaire de l?Académie de Paris, le 2 février dernier, dénoncée par de nombreux représentants de parents d?élèves et du corps enseignant va dans le sens d?un affaiblissement de la mission de service public de l?éducation à Paris.

Les motifs d?une telle réduction basée sur les seuls critères d?économie et d?appréciation des effectifs à venir ne prennent pas en compte les besoins spécifiques de la population scolaire parisienne.

Pour l?accueil scolaire des enfants non francophones les réductions des moyens auront pour conséquences de plus grandes difficultés d?intégration pour les jeunes primo arrivants alors qu?il faudrait au contraire renforcer ces moyens pour répondre à des besoins éducatifs spécifiques. La diminution des moyens alloués à l?Adaptation et l?Intégration Scolaire est en totale contradiction avec les objectifs affichés par l?Académie et le Gouvernement en faveur de l?accueil des enfants handicapés.

Le mouvement de sorties de Zones d?Education Prioritaire prévu dans le 18e arrondissement est injustifié compte tenu du nombre d?enfants en difficulté dans cet arrondissement et suscite de très vives inquiétudes pour l?avenir des autres Z.E.P. de notre ville.

Par ailleurs, le regroupement de 3 écoles maternelles et primaires en écoles polyvalentes dans le 13e arrondissement a déclenché de vives réactions des parents d?élèves et d?enseignants. Ce choix a-t-il été opéré en concertation avec eux et dans quelle mesure améliore-t-il le fonctionnement actuel ?

L?abandon de l?effort particulier en faveur de la scolarisation en maternelle des enfants dans leur troisième année dont on sait qu?elle favorise l?égalité des chances à l?école se fait aussi au détriment de la vie professionnelle des femmes. Alors que notre Municipalité a fourni un effort sans précédent pour la prise en charge collective des jeunes enfants, l?Etat à travers l?école publique n?assure pas le relais.

Ce désengagement de l?Etat tend à favoriser la garde à domicile et le recours à l?enseignement privé ; cela constitue pour nous une régression sociale.

Le groupe ?Les Verts?, très inquiet des conséquences négatives de ces mesures, vous demande, Monsieur le Maire, d?intervenir auprès de l?Académie pour solliciter un accroissement des moyens de l?Etat alloués à l?enseignement public à Paris, en particulier ceux affectés aux quartiers les moins favorisés ainsi qu?à la petite enfance.?

La cinquième question d?actualité émane du groupe socialiste et radical de gauche. Elle est adressée à M. le Maire de Paris en ces termes :

?Monsieur le Maire,

En janvier 2001, le groupe ?LVMH? achetait l?ensemble des biens de la Samaritaine avec pour ambition de rendre à ces magasins une meilleure attractivité. Cet achat global a amené des changements dans la politique de ces magasins puisque deux bâtiments ont connu des rénovations de grande qualité et d?autres affectations. Quelle est la situation aujourd?hui puisqu?il semblerait que ces magasins ont du mal à retrouver une activité d?antan ? Il s?agit sûrement d?une période de transition plus longue que prévue, mais les salariés ont lancé en novembre une procédure d?alerte.

On trouve tout à la Samaritaine, nous souhaitons tous retrouver la Samaritaine dans cette artère très commerçante qui se modifie tous les jours avec l?arrivée de nouvelles enseignes. Sur l?impulsion de Mme Lyne COHEN-SOLAL, les premières illuminations de Noël depuis longtemps sont la preuve de l?intérêt de cette Municipalité pour la rue de Rivoli. Est-il vrai que le magasin qui se trouve sur la rue de Rivoli et qui devait être restructuré du sous-sol au toit risque de l?être mais avec une autre destination qui comporterait surtout des bureaux ?

Dans ce quadrilatère, il existe aussi des suites d?immeubles d?habitation murés depuis des années, dont certains font l?objet d?escroquerie à la location à la barbe de la Samaritaine. Ces immeubles se dégradent très vite et leur proximité avec une école primaire et une crèche n?est pas pour rassurer parents et enfants.

Enfin le magasin Conforama dit du Pont Neuf vient d?annoncer officiellement qu?il rendait les clés le 31 décembre 2005. Que vont devenir les salariés de ce magasin populaire ? Nous sommes inquiets des conséquences que cela pourrait avoir sur les autres magasins de ce quartier. Un équilibre commercial n?est-il pas toujours un équilibre fragile ?

Nous sommes ici dans le berceau des grands magasins, de l?aventure Cognac-Jay et des grandes foules qui se pressaient dans cette partie de l?arrondissement. L?aménagement ferroviaire des Halles n?était pas basé uniquement sur une centralité géographique, mais aussi sur un c?ur d?emplois et de commerces. Ces modifications ne vont-elles pas avoir des répercussions sur l?habitat, sur les écoles, les maternelles, la circulation automobile, les livraisons, le commerce de proximité ?

C?est pourquoi, le groupe socialiste et radical de gauche souhaiterait savoir si le groupe ?LVMH? a présenté ses plans réactualisés pour les années à venir (le magasin Conforama étant leur locataire). Nous croyons que la Ville peut émettre des hypothèses concernant les immeubles d?habitations. La Ville qui travaille depuis plusieurs années sur des modifications d?usage de ce quartier pourrait tirer profit de ces futures aménagements, et un travail conjoint serait porteur d?avenir.?

La sixième question d?actualité est posée par M. Jean-Didier BERTHAULT, au nom du groupe U.M.P. Elle est relative ?à la propreté?.

Je vous souhaite un bon appétit.

Nous nous retrouvons à 14 heures 30 pour l?examen de ces questions d?actualité.