Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

28 - 1995, D. 1363- Subvention au Groupement d'études de la Petite ceinture, 21, rue du Repos (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1995




M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Nous passons au projet de délibération D. 1363 relatif à l'attribution d'une subvention au Groupement d'études de la Petite ceinture, 21, rue du Repos dans le 20e.
Monsieur BRET, vous avez la parole.

M. Bertrand BRET.- Monsieur le Maire, mes chers collègues, il s'agit à travers ce projet de délibération d'approuver le versement d'une subvention de 50.000 F au Groupement d'études de la Petite ceinture.
C'est la première fois, à travers ce mémoire, que la Ville de Paris s'intéresse valablement et de façon cohérente aux travaux de cette association et, par là-même, à son sujet d'étude, à savoir le devenir de cette Petite ceinture S.N.C.F. dont on sait que, sur bon nombre de tronçons parisiens, elle n'est plus aujourd'hui active en ce sens qu'elle n'accueille plus de liaisons assurées par la S.N.C.F.
Cette étude n'a d'autre objet finalement que d'établir un état des lieux, une forme de diagnostic de l'existant dans cette petite ceinture, ce qui permettrait d'éclairer d'autant non seulement les membres de l'association, mais également de notre Conseil c'est-à-dire la Ville de Paris sur ce qu'il conviendrait d'envisager ou d'étudier quant au devenir de cette emprise importante.
Je crois qu'au moment où la Ville engage des réflexions sur la réalisation d'un tramway sur la partie sud-sud-est de notre Capitale, cette étude prend toute son importance.
Reste qu'aujourd'hui, et au-delà du caractère éminemment bénéfique que cette subvention pourra avoir pour les travaux du G.E.P.C., qui d'ailleurs fera l'objet de la publication d'un livre blanc, je crois que trois questions méritent d'être abordées.
Premièrement, le problème de l'entretien des terrains de l'emprise actuelle de la Petite ceinture. Il se trouve que, notamment dans toute sa partie extérieure, la Petite ceinture est devenue une véritable décharge sauvage, singulièrement dans les arrondissements de l'Est parisien.
Alors je sais qu'il n'appartient pas à la Ville proprement dite d'assurer les opérations de nettoyage et d'entretien de cette Petite ceinture dès lors que c'est la S.N.C.F. qui en est propriétaire. Cela étant, il y a de cela quelques années, trois ans, je crois, une convention avait été passée entre la Ville et la S.N.C.F. qui avait assuré dans des conditions plus qu'honorables une remise en état, mais également l'entretien général et une mise à niveau de propreté acceptable par tous.
Donc je souhaiterais savoir ce qu'il en est de cette convention et si la Ville peut entreprendre les démarches qui s'imposent afin que de façon très concrète, dans les arrondissements singulièrement une fois encore de l'Est parisien, la Petite ceinture, à défaut de connaître des projets urbanistiques conséquents, puisse au moins pour les riverains être un élément d'agrément et non de désagrément.
Deuxième aspect des choses, je voudrais rappeler à l'occasion de ce mémoire un certain nombre d'initiatives qui ont été lancées par des mairies d'arrondissement, singulièrement dans le 19e et le 20e arrondissements, visant à la réalisation d'une promenade plantée en lieu et place de l'actuel terrain extérieur de la Petite ceinture.
Il s'agit à travers ce projet, un peu à l'image de ce qui a été réalisé par la Ville de Paris dans le 12e arrondissement, d'entretenir une relation, une liaison tout à fait originale entre le parc des Buttes-Chaumont et le parc de Vincennes à travers l'emprise de la Petite ceinture.
Des projets ont été présentés en ce sens auprès des adjoints compétents, et nous souhaiterions qu'une information complémentaire nous soit fournie.
Enfin, troisième point, je l'évoquais tout à l'heure, il s'agit des études visant à la réalisation d'un tramway dans la partie sud-sud-est liant le 15e, le 14e et le 13e arrondissement.
Un groupe de travail, Monsieur le Maire, a été constitué à cet effet. Si ce groupe de travail est composé de membres éminents, je constate par ailleurs que les élus des arrondissements concernés d'une part et que les associations d'usagers, les riverains d'autre part, en sont singulièrement exclus.
Je crois que là il s'agit manifestement d'une erreur d'appréciation, et je ne doute pas de la volonté de la Ville de faire en sorte que les élus, les riverains, les associations d'usagers soient bien évidemment présents dans le cadre de cette réflexion commune.

(Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste).

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci, Monsieur BRET.
Il nous reste encore six projets de délibération, mes chers collègues, sur lesquels des orateurs se sont inscrits. Il y a ensuite des votes et des désignations. Donc je vous demande d'être le plus bref possible dans vos interventions étant donné l'heure tardive. Je vous en remercie.
Je donne la parole à Mme COUDERC pour répondre à l'orateur.

Melle Anne-Marie COUDERC, adjoint, au nom de la 6e Commission.- Je vous remercie, Monsieur le Maire.
Monsieur BRET, vous vous souvenez effectivement qu'il y a trois ans, lorsque j'étais adjoint au maire chargé de la protection de l'environnement, nous avions passé une convention entre la S.N.C.F. et la Ville pour entretenir la Petite ceinture. C'était une opération ponctuelle qui avait fort bien fonctionné, et mon collègue Patrick TRÉMÈGE en charge aujourd'hui de la protection de l'environnement ne pourra, je pense, que partager mon point de vue sur ce sujet quant à la nécessité de refaire une opération de même nature.
Nous avons en effet tous constaté l'état de malpropreté de la Petite ceinture à certains endroits.
Sur l'étude de faisabilité d'une promenade plantée dans les 19e et 20e arrondissements, des travaux importants sur les ouvrages de cette partie de la ligne sont à l'origine de l'interruption du trafic ferroviaire ; mais celle-ci ne devrait être normalement que temporaire, cette infrastructure, comme vous le savez, devant être maintenue pour le fret dans le schéma directeur régional.
Il n'est cependant pas impossible d'examiner en tout état de cause si, localement, des itinéraires de promenade plantée sont réalisables sur les rives des voies ferrées, dans la mesure où elles devraient être maintenues en activité, et si l'on peut disposer de bonnes conditions de sécurité.
Enfin, en ce qui concerne le groupe de travail sur le tramway que vous évoquiez tout à l'heure, ce groupe fonctionnera sous l'égide du Syndicat des transports parisiens chargé des problèmes de transports régionaux.
En l'état, il s'agit de réunir les éléments techniques nécessaires. Mais le moment venu, bien évidemment, les élus et les associations seront largement associés.
Je ne sais pas si mon collègue Bernard PLASAIT souhaite ajouter quelque chose en ce qui concerne ce groupe de travail. Sinon, je ne peux que vous confirmer, Monsieur BRET, la volonté de la Municipalité de faire partager très largement les élus et les associations à ces travaux.

(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci, Madame COUDERC.
Je mets aux voix, à main levée, ce projet de délibération.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, M. REVEAU s'étant abstenu. (1995, D. 1363).