Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

- Subventions (55.500 euros) à 8 associations et conventions pour le financement de projets sociaux dans les foyers de travailleurs migrants et les résidences sociales issues du plan de traitement des foyers de travailleurs migrants.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2018


 

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DDCT 40 : subventions à 8 associations pour le financement de projets sociaux dans des foyers de travailleurs migrants et des résidences sociales.

Mme Fatoumata KONÉ a la parole.

Mme Fatoumata KONÉ. - Merci.

Chers collègues, notre groupe est intervenu à plusieurs reprises à ce Conseil afin d?exprimer son désaccord avec la manière dont le plan de restructuration des foyers de travailleurs migrants avait été et continue d?être menée à Paris.

Si l?objectif était l?amélioration du cadre de vie des résidents, nous avions une réelle crainte que cette politique mène à la disparition du mode de vie collectif appliqué dans ces lieux. Nos craintes se sont avérées car, au-delà des problématiques techniques et qualitatives des travaux réalisés, nous observons le non-respect de certains droits des résidents de la part des gestionnaires.

Pour autant, notre groupe a souhaité soutenir aujourd?hui ce projet de délibération qui vise à subventionner 8 associations ?uvrant dans l?accompagnement social des résidents des foyers de travailleurs migrants ou résidences sociales après restructuration. En effet, si une action peut être indispensable aux foyers de travailleurs migrants, c?est bien l?action sociale. Nous sommes un certain nombre à connaître ces lieux, souvent ouverts aux quartiers dans lesquels ils se situent, et à mesurer la situation sociale de ces résidents, sans doute raison pour laquelle il a été simplement décidé de les transformer en résidence sociale.

Le public des résidents des foyers de travailleurs migrants est un public bien souvent précaire. Ce sont des hommes, seuls, qui travaillent régulièrement la nuit - des invisibles comme on pourrait les appeler - dans le bâtiment, la restauration ou encore la propreté, avec de petits salaires qui, pourtant, parfois, font vivre des villages entiers au pays, généralement en Afrique de l?Ouest, mais qui vivent de grandes privations en France.

C?est la raison pour laquelle nous devons être attentifs, en tant qu?élus, à la situation sociale de ces hommes, afin que leur qualité de vie puisse être à la hauteur de celle des autres Parisiens. Cours d?alphabétisation, de français, sociolinguistiques, informatique, accompagnement administratif, sensibilisation sanitaire, accompagnement culturel, formation au rôle de délégué des foyers, autant d?actions proposées par ces associations actives et attentives à ce public - des actions indispensables qui permettront, nous l?espérons, de faire en sorte que ce public se trouve dans de meilleures conditions à Paris. C?est la raison pour laquelle je salue ce projet de délibération qui, à travers cette subvention à hauteur de 55.500 euros à ces 8 associations, permettra d?améliorer les conditions de vie des foyers de travailleurs migrants à Paris. Merci.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Merci, Madame KONÉ. Mme BROSSEL a la parole, pour vous répondre.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci beaucoup, Madame KONÉ, et merci de votre soutien.

Merci d?avoir mis en lumière un certain nombre de projets portés par les 8 associations concernées par ce projet de délibération. La question de l?accès au droit, partout, est en effet une question fondamentale ; la question de l?accès au droit dans les quartiers populaires et pour les plus invisibles des habitants des quartiers populaires, quels que soient finalement ces invisibles, est une question démocratique fondamentale. C?est la raison pour laquelle nous continuons à travailler sur ce sujet avec l?ensemble des élus d?arrondissement, sur ces questions de justice et de droit. Merci donc d?avoir mis en lumière ces actions différentes, portées par des collectifs plus ou moins grands, plus ou moins liés à l?un ou l?autre des foyers ou des résidences, qui permettent par des actions, parfois implantées depuis longtemps, de rayonner, y compris à une échelle qui dépasse l?arrondissement de départ du projet. C?est donc une dynamique vertueuse. Merci de l?avoir saluée.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Merci, Madame BROSSEL.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDCT 40.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté, je vous remercie. (2018, DDCT 40).