Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à la publicité pour des aliments gras, sucrés ou salés dans le métro.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2018


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous arrivons au v?u référencé n° 61 relatif à la publicité pour des aliments gras, sucrés ou salés dans le métro.

La parole est à Jean-Baptiste MENGUY.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Merci, Monsieur le Maire.

L'alimentation - nous en avons déjà parlé lors des différents débats qui ont eu lieu au Conseil de Paris - n'est plus seulement un sujet culturel, mais plus que jamais un sujet de santé publique, en particulier pour les enfants et les adolescents, et un discriminant social, même à Paris. Nous le voyons notamment dans les relations que nous pouvons avoir avec les familles et les enfants qui déjeunent à la cantine via les caisses des écoles d'arrondissement, qui montrent bien que ce sujet est majeur. Beaucoup de choses ont été faites, beaucoup de débats ont eu lieu, encore la semaine dernière à l'Assemblée, dans le cadre du projet de loi sur l'alimentation, mais je pense que nous pouvons aller plus loin et de façon assez intelligente.

Il y a des mesures adoptées sur la publicité sur les aliments gras, sucrés et salés, que tout le monde connaît dorénavant, peut-être trop, d'ailleurs. Les enfants ont souvent ce slogan en tête sans vraiment savoir à quoi il correspond. C'est certainement de notre responsabilité de fixer ou d?actualiser de nouvelles règles en matière de publicité, en particulier dans les transports en commun et le métro parisien - je voyais encore, ce matin, quelques publicités sur ce sujet - en réservant, sur le modèle de ce que Jacques TOUBON avait fait pour les chansons en langue française, une partie de la publicité alimentaire sur la production locale, sur les aliments sains, et en regardant ce qui se fait par ailleurs. Le maire de Londres - je sais que la Maire de Paris prend souvent exemple sur ce qui se passe outre-manche - a d?ores et déjà pris un certain nombre de mesures qui vont en ce sens et qui vont même plus loin, aux abords des établissements scolaires.

C'est une réflexion que je propose d'entamer par ce v?u, en espérant que les autorités publiques compétentes - parce qu'il y a un croisement de compétences, j?en suis tout à fait conscient - chacune et chacun prendra ses responsabilités et accompagnera ce mouvement présenté dans ce v?u. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Jean-Baptiste MENGUY. La parole est à Célia BLAUEL.

Mme Célia BLAUEL, adjointe. - Merci, Monsieur le Conseiller, pour en avoir déjà discuté avec vous. Je peux redire ici que je partage pleinement votre préoccupation pour ce sujet. Vous le mentionnez d'ailleurs, nous menons une stratégie pour une alimentation durable et l?un de nos objectifs est la réduction de l'obésité à Paris, par la promotion d'une agriculture durable puis locale, par le renforcement des dispositifs d'éducation à l'alimentation pour réduire la consommation de certains produits au profit d'aliments plus frais, plus sains, etc. Vous l'avez dit aussi, l'actualité récente a montré un intérêt croissant pour ces questions, à travers les débats parlementaires. Ces débats ont aussi rappelé l?existence de lobbys importants qui empêchent d?avancer de manière conséquente sur ce sujet. Dans ce contexte, je souhaite donc vous proposer d'apporter des modifications à votre v?u pour que nous puissions en faire un v?u de notre Conseil, en supprimant d?abord la mention du métro pour concentrer le propos sur l'ensemble de la publicité, comme nous n?avons pas de compétence particulière sur la régie "pub" du métro, et pour que suite à ce Conseil la Ville porte cette demande de nouvelles dispositions législatives que vous mentionnez, pour que les publicités sur les aliments gras et sucrés fassent l'objet de la même réglementation que celle qui existe pour l'alcool. J?ajoute sur ce dernier sujet que, pour avoir travaillé sur ces questions dans une autre vie, tout ce que vous dites est de très bon sens mais une fois que l'on entre dans la machine, c'est bien plus compliqué. Si vous êtes d'accord, le v?u ainsi amendé pourrait avoir un avis favorable pour devenir un v?u de notre Conseil. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Célia BLAUEL.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe les Républicains et Indépendants, amendée par l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u amendée est adoptée. (2018, V. 301).