Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Parisiens, Progressistes, Constructifs et Indépendants relatif à la création de places de crèche dans les quartiers prioritaires.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2018


 

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Nous examinons le v?u n° 137 relatif à la création de places de crèche dans les quartiers prioritaires.

La parole est à Pierre AURIACOMBE.

M. Pierre AURIACOMBE. - Merci, Madame la Maire.

Il s?agit d?un v?u de mon collègue Jérôme DUBUS.

Considérant que nous avons environ 34.000 places en crèche aujourd?hui pour 2.300.000 habitants, certes, c?est un effort important, mais qui est inégalement réparti ;

Considérant que les quartiers prioritaires de "politique de la ville" n?ont pas de crèches à moins de 500 mètres pour un tiers d?entre eux, une des conséquences étant que seulement aujourd?hui 5 % des enfants des 20 % des ménages les plus modestes sont accueillis en crèche contre 30 % pour les autres ;

Considérant que les places en crèche ne couvrent que 22 % des besoins de ces quartiers prioritaires de la "politique de la ville" et alors que le Gouvernement, le Chef de l?Etat se sont engagés à créer 30.000 places en crèche supplémentaires durant le quinquennat, en précisant que : dans les quartiers les plus difficiles l?Etat prendra sa part avec un financement supplémentaire pour un montant de 1.000 euros par place dans les quartiers prioritaires de la ville, nous demandons que la Ville s?engage dans la création de places de crèche supplémentaires dans les quartiers prioritaires "politique de la ville" en s?inscrivant dans l?action du Gouvernement.

Merci.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Pour vous répondre, je donne la parole à Sandrine CHARNOZ.

Mme Sandrine CHARNOZ. - Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, je suis très surprise du contenu de ce v?u qui ne prend pas en compte les efforts sans commune mesure conduits par Paris depuis plus de dix ans pour développer l?offre d?accueil de la petite enfance dans tous les quartiers en demande et avec une attention permanente dans les quartiers "politique de la ville".

Pour votre information, je me permets de vous rappeler ce bilan qu?aucune autre ville française ne peut revendiquer. Un enfant sur deux de 0-3 ans est accueilli au sein d'une crèche financée par la Ville de Paris, c'est supérieur à la moyenne nationale qui est de 16 %. Paris est le premier département de France en matière d'accueil de la petite enfance, place que nous allons conforter avec la création de 5.000 places supplémentaires entre 2014 et 2020.

La création de places de crèche dans les Q.P.V. constitue un objectif. Il est inscrit dans la Stratégie parisienne pour l'enfance et les familles, et ce dès 2015, et je vous invite à la relire. Il est réaffirmé dans le contrat de ville 2015-2020. Il est mis en ?uvre dans le cadre du programme de création des 5.000 places de crèche souhaitées par Anne HIDALGO, la Maire de Paris.

Les places créées sur ces territoires constituent plus du tiers du parc parisien dans sa globalité, et cet effort se poursuit puisque 20 % du programme de création des 5.000 places se fera dans les quartiers "politique de la ville".

Au-delà des considérants inexacts, voire fallacieux de votre v?u, comme le lien présumé entre déménagement et manque de place en crèche et vos chiffres que je vous invite à revoir, je vous signale qu'en plus de la création de places, nous ne ménageons aucun effort pour accompagner les plus vulnérables vers un parcours d'accueil adapté.

Nous avons réalisé une étude avec l'APUR pour lutter contre le non-recours des familles à un mode d'accueil. Nous avons créé les premières crèches à vocation d'insertion professionnelle en partenariat avec la C.A.F. et Pôle Emploi pour accompagner les familles en matière d'insertion, dispositif désormais déployé sur le reste du territoire.

Sachez également que dans un objectif de mixité, les enfants en situation de pauvreté sont d'autant plus nombreux dans les crèches municipales qu'ils ne le sont dans leur arrondissement. Au-delà des objectifs nationaux fixés dans ce cadre, là encore la démarche initiée par Paris devrait être généralisée par l'Etat dans les prochains mois. Je vous rappelle que toutes ces données concernant l'accueil sont transparentes et accessibles au public, notamment dans les 11 mairies d'arrondissement signataires de la charte "Priorité transparente".

J'espère que vous serez au rendez-vous et à nos côtés pour nous assurer que les aides promises par l'Etat dans ce cadre seront à la hauteur de l'ambition que porte Paris.

Je vous demande le retrait de ce v?u ou j'émettrai un avis défavorable.

Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Je pense que le v?u est maintenu ?

M. Pierre AURIACOMBE. - Voulant nous assurer que cette politique sera bien mise en place, nous maintenons le v?u.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - J'ai une demande d'explication de vote de M. de FROMENT.

M. Jean-Baptiste de FROMENT. - Merci, Madame la Maire.

Sur ce v?u nous nous abstiendrons, parce que nous partageons le constat fait par Pierre AURIACOMBE de l'insuffisance de l'offre de places de crèche, mais il nous semble que l'étude de l'APUR révèle que les zones en plus forte tension ne correspondent pas forcément à celles qui relèvent de la politique de la ville. Je pense au 15e arrondissement, où l'on a plus de 3.000 demandeurs non satisfaits, plusieurs quartiers parisiens comme les Batignolles dans le 17e, la Muette dans le 16e, Folie Méricourt dans le 11e, qui avaient été identifiés par cette étude de l'APUR.

Je ne voudrais pas qu'en votant ce v?u, on dédouane d'une certaine façon la Ville de Paris de sa responsabilité sur ces quartiers, ce qui ne veut pas dire bien entendu qu'il ne faille pas accorder une attention particulière aux quartiers "politique de la ville". Ce n'est pas "raccord", si vous me permettez l'expression, avec l'étude de l'APUR, donc nous nous abstenons.

Merci beaucoup.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 137 du groupe Parisiens, Progressistes, Constructifs et Indépendants avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est rejeté.